Skip to content

Venise, cité musicale, partie III

31/01/2011

      
Ridotto de Francesco Guardi,  Concert familial de Pietro Longhi
et caricature d’un castrat  par  Anton Maria Zanetti 

Dimanche 30 janvier

Venise, cité musicale, partie III 

Le XVIIIe siècle
par François Filiatrault
au MBAM (Fondation Arte Musica)

 Points saillants et commentaire personnel :

Comme le dit Patrick Barbier, au XVIIIe siècle Venise vit « la plus joyeuse et insouciante des agonies ». Jusqu’à sa prise brutale par Napoléon en 1797, elle est considérée comme la capitale des plaisirs de toute l’Europe; son carnaval dure 6 mois par année et attire plus de 30 000 visiteurs. 

Au XVIIIe siècle, les jeux de hasard (cartes) occupent une bonne part de la vie des Vénitiens et le premier casino du monde, Il Ridotto, est inauguré en 1638. Plusieurs autres ouvriront leurs portes, lieux de rendez-vous de toutes les classes sociales (voir tableau de Guardi).

Durant cette conférence, François Filiatrault nous a commenté des extraits musicaux d’Albinoni, Marcello, Galuppi, Bertoni ainsi que plusieurs de Vivaldi, musicien et compositeur vénitien le plus connu de cette période. L’opéra faisait alors fureur et employait les voix des plus grands castrats, parmi lesquels Farinelli. (C’est par contre à Naples que l’on émasculait à cette époque autour de 4000 garçons par an.)

 

Pour en savoir plus sur les castrats:

MAMY Sylvie (1994). Les grands castrats napolitains à Venise au XVIIIe siècle
Liège, Éditions Mardaga 200 pages ISBN: 9782870095072 

 

Et pour en savoir plus sur les jeux de hasard:

– Site web  
http://www.cmathematique.com

– Article 
DREHER J-C (nov.-déc.2005). « Le cerveau a le goût du jeu », CNRS le journal no.190

– Livre
PICARD P. (2007). Hasard et probabilités– histoire, théorie et applications des probabilités, éditions Vuibert, 224 pages ISBN 2-7117-4018-8

(Autres livres en lien avec la science)

– Bar des sciences 
Le jeu qui gagne quoi ?
au Cœur des sciences de l’UQAM
Jeudi le 10 février à 18 :00

« Les jeux de hasard rapportent beaucoup : près de 7 milliards par année au Canada seulement. Que donnent-ils aux joueurs? Le rêve? Un divertissement? Un moyen de faire de l’argent? La possibilité d’assouvir un besoin vital, voire une pulsion, ou encore de croire en un système qui pourrait faire d’eux des gagnants? À l’inverse, les joueurs sont-ils manipulés, contrôlés par une industrie dont une bonne partie des revenus va à l’État? Regards croisés d’un biologiste, d’un ethnologue, d’un sociologue, d’un chercheur en travail social et de tous ceux que cette question préoccupe. »

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :