Skip to content

Ai Weiwei

15/03/2012
tags:

 

Ai Weiwei : Without fear or favour
de Matthew Springford 2010 Royaume-Uni 55 min
Sa 24 à 18h MAC #148 et Di 25 à 15h30 UC #172
En supplémentaire Di 25 à 18h UC #181
Festival du Film sur l’Art – FIFA

Journée même où à Montréal se tenait une manifestation contre la brutalité policière, certains on pu visionner  le film sur  l’artiste chinois Ai Weiwei qui suite à une agression policière,  a du être opéré d’urgence à Munich en 2009 pour une hémorragie intracrânienne.  Au lendemain de l’horrible catastrophe  ayant causée la mort d’un groupe d’enfants belges, on regarde gorge serrée sa muraille de sacs d’écoles en mémoire des milliers d’enfants qui ont péri lors du séisme de 2008 dans la région de Sichuan; Il y dénonce aussi la construction brique à foin des écoles. Sa plage de graines de tournesol au Tate Modern l’année dernière a par ailleurs fait sourire bien des visiteurs; 100 millions  de graines en céramiques faites à la main, une à une, suivant  les techniques ancestrales de la dynastie  Ming. 

Cet excellent film ressemble étrangement à celui de Alison Klayman – Ai Weiwei : Never sorry qui a gagné cette année le Prix spécial du Jury au Festival de Sundance mais dont je n’ai vu qu’un extrait. Le réalisateur de celui-ci, Mathew Spingford, a également réalisé plusieurs autres documentaires pour la BBC dont un sur DarwinOf apes and men et Art of the sea présenté  également au FIFA.

 

Ai Weiwei :Without fear or favour vous permettra de découvrir cet incontournable artiste  du XXI siècle qui construit et déconstruit avec une  approche esthétique  moderne et critique. Son père, Ai Qing (1910-1996) un des poètes chinois  le plus connus avec ceux du groupe des poètes obscurs ou « misty », dénonçait tout autant le régime malgré l’amour pour son pays comme en témoigne le poème ci-dessous.

J’aime cette terre
Même si j’étais un oiseau
avec mon gosier enroué je chanterais
cette terre fouettée par les tempêtes
ces fleuves où déferlent nos colères et nos peines
ce vent furieux qui n’en finit pas de souffler
et cette aube infiniment tendre venue de la forêt…
Enfin avec la mort
je laisserais mes plumes se décomposer dans la terre
Ah! pourquoi mes yeux sont-ils toujours embués de larmes
Parce que j’aime cette terre d’un amour très profond…
Ai Qing  traduit par Zhang Yunshu (site francopolis.net)

 

Pour en savoir plus sur Ai Weiwei et les les dangers des traumatismes crâniens

« Ai Weiwei- L’art de la rebellion au jeu de paume » site Goomi France du 1mars 2012

BORK Henrik (6 avril 2011).  » Nous vivons à l’âge de la folie « , Courrier International

STIX Gary (février 2012). « Inside story: What happens when brain hits skull-Watch the frightening mechanics of a concussive blow to the head », Scientific American  Et voir billet du 01/03/2012 – K.O.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :