Skip to content

Brubeck

05/04/2012
tags:

Brubeck

Dave Brubeck: In his own sweet way de Bruce Ricker 90 min

Voici un autre documentaire sur une légende vivante- Dave Brubeck, qui garde encore le même  enthousiasme à jouer du jazz avec de vieux amis. Présenté la semaine dernière au FIFA, ce film de Bruce Ricker (1942-2011) relate la carrière de ce premier musicien jazz à avoir fait la une du magazine Time. Il fut également récipiendaire du prix Miles Davis du Festival de Jazz de Montréal de 2010, l’année de son 90e anniversaire.

Après une année à l’université en zoologie il transfère pour le conservatoire. Il n’étudie avec nul autre que Darius Milhaud en 1946 qui voit en lui le talent de pianiste et de compositeur. Père de 6 enfants, son fils ainé se nomme Darius et il est musicien tout comme ses 3 autres frères. Il baptise également plusieurs de ses pièces en l’honneur de d’autres musiciens, dont Duke.

Ce qui caractérise ses compositions c’est le défi des nouveaux rythmes qu’il impose à son fameux quartet comme 5/4 dans le si célèbre Take Five, d’autres morceaux à 6/4, 7/4 ou 11/4 pour sa Valse à onze temps.  Porteur d’un stimulateur cardiaque depuis peu, Brubeck explique en entrevue l’importance du rythme en musique à l’instar de celui du coeur-  qui est celui que l’on entend avant même de naître et….le tout dernier.

Figure 18.14 de MARIEB E. et HOEHN K. (2010). Anatomie et physiologie humaines, éditions ERPI, 1 400 p.

Cette illustration du système de conduction résume la succession normale des potentiels d’action pendant un battement. Le stimulateur cardiaque a pour but de rétablir le système dans le cas d’une lésion du nœud sinusal. Pour en savoir plus sur cet appareil, allez sur les sites de pacemaker-online.net  et Fondation des maladies du coeur

 

Pour entendre du jazz à l’année à Montréal

L’Astral de la Maison du Festival 305 rue Ste-Catherine Ouest
Maison du jazz 2060, rue Aylmer
Dièse Onze 4115-A St. Denis
Le piano rouge 22 St. Paul East
Upstairs 1254 MacKay  qui présentera ce soir:

Le chanteur Norbert Kögging d’Amsterdam pour la promotion de son 1er album Daydreaming avec en première partie, des étudiants de McGill qui joueront en plus de jazz standards un Stella by Starlight dont la réharmonisation et l’arrangement sont du pianiste Eric Haynes ainsi que Super Rosa composition du bassiste Ben Rackow tous deux faisant partie de la relève de demain.
Voir billet du  04/11/2011 Havre de jazz

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :