Skip to content

Démuseler les scientifiques

31/05/2012

Congrès de l’Association des communicateurs scientifiques du Québec
Table ronde : Quelle liberté pour les chercheurs ?
Mercredi 30 mai à14h

Lors de la table ronde du congrès de l’ACS  on a précisé que le muselage scientifique existe non seulement au niveau de diffusion de la recherche, mais également dans la production de la recherche. Bien que certaines contraintes et procédures soient légitimes ex. respect des règles déontologiques, évaluations par les pairs, budget- Richard Shearmur  a insisté qu’il demeure primordial que la recherche ne soit pas conditionnée par les besoins matériels au détriment du bien commun.

Jean-Marc Fleury de la Fédération mondiale des journalistes scientifique a rappelé l’exécution de plusieurs journalistes aux Philippines- décrétée par le Réseau mondial de liberté d’expression comme  » pire massacre de journalistes jamais perpétré « . Pour M. Fleury, une des meilleures descriptions du Journalisme scientifique a était proposé par Hans Peter Peters lors d’un séminaire sur la science dans l’espace public.

Félicitations à l’ACS qui grâce à l’initiative de Binh An Vu Van et Julie Dirwimmer,
a remporté le Prix annuel de la liberté de presse .

 

Lectures en lien

« Liberté pour les chercheurs canadiens  »  lettre ouverte Le Devoir du 16 février 2012

« Ottawa accusé de museler ses scientifiques  » La Presse du 17 février 2012

« La politisation de la science  »  sur le site de l’Agence Science Presse du 21 février 2012

« Frozen out  » éditorial de la revue Nature du 1er mars 2012

Table ronde  dans le cadre du congrès de l’AAAS-
American Association for the Advancement of Science
Compte rendu dans le bulletin de l’ACS- Omniscient

Voir aussi billet du 08/02/2012  SciEnTIfiQUE

3 commentaires leave one →
  1. Michel Dussault permalink
    31/05/2012 10:56

    On peut imaginer facilement
    – combien de sujets de recherche fondamentaux
    peuvent être négligés, parce que les bailleurs
    de fonds n’en voient pas trop la rentabilité;
    – ce qui risque de se produire, lorsque les résul-
    tats d’une recherche vont à l’encontre des intérêts
    de ceux qui l’ont commandée et financée…
    M.D.

    • 31/05/2012 13:30

      Voici le dernier paragraphe d’un article de Éric Martin et Maxime Ouellet sur les dangers de la marchandisation du savoir. Ils sont également les auteurs du livre Université inc.:http://www.luxediteur.com/content/universite-inc

      « En cultivant l’autonomie à l’encontre des pouvoirs, l’université doit maintenir une distance critique avec le monde, celle-là même qui devrait lui permettre d’éduquer au jugement, de transmettre la culture et de réfléchir sur le sens de notre présence dans le monde. En des temps de crise économique, écologique, culturelle et sociale, nous aurions plus que jamais besoin d’un lieu dédié à une telle réflexion. Mais il faudra pour cela résister à la nouvelle «université inc.» promue par les milieux d’affaires et les recteurs. »

      « Économie du savoir – L’université n’est pas une entreprise » Le Devoir 26 octobre 2011

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :