Skip to content

Padoue

13/08/2012
tags:

L’Université de Padoue a été fondée en 1222  suite à un transfert massif d’étudiants et de professeurs de l’Université de Bologne qui tenaient à se dissocier du dogme religieux et à se prévaloir ainsi d’une liberté intellectuelle d’où la devise « Universa universis patavina libertas » i.e. La liberté de Padoue- universelle et pour tous !

Son amphithéâtre anatomique construit en 1584 est un des plus beaux qui existe. Le Belge André Vesale considéré « Père de l’Anatomie » et auteur de La fabrique du corps humain y enseigne tout comme William Harvey qui élucida la circulation sanguine et Galilée pendant presque 20 ans.  Université cosmopolite et de haut calibre, Padoue contribua directement à la Révolution scientifique. En 1678, Elena Lucrezia Piscopia marqua l’histoire comme étant la première femme au monde à obtenir un diplôme universitaire. Polyglotte, philosophe et mathématicienne elle ne pût toutefois y enseigner. C’est à Bologne au XVIIIe que l’on permis à Anna Morandi Manzolini de remplacer son mari  anatomiste et à Laura Bassi d’enseigner les mathématiques & la physique.
Voir billet du 09/08/2012  Bologne

 
Musée de l’histoire de la médecine et de la santé de Padoue ouvrira ses portes en 2013
« Padoue ville des sciences  » sur le site du Consortiums de Promotion Touristique
Proposition d’itinéraire sur le site  turismopadova.it
Caffe Pedrocchi

 

Lectures en lien

NEGRO Piero Del et al. (2001). The University of Padoue- eight centuries of history,
éditions Signum Padova 295 p.

CARLINO Andrea (1999). Books of the body – anatomical ritual and renaissance learning,
éditions Press U of Chicago 280 p.

Les siècles d’or de la médecine – Padoue XV-XVIIe, éditions Électa

WRIGHT Thomas (2012). William Harvey: A life in circulation,
éditions Oxford Press 304 p. résumé dans The Lancet

    

Et pour se divertir intelligement,  le roman L’œil de Galilée ou l’intégrale- Les bâtisseurs du ciel  de Jean-Pierre Luminet aux éditions JC Lattès; voir billet du 14/01/2011 Le destin de l’Univers.

5 commentaires leave one →
  1. 13/08/2012 20:01

    Merci pour cet éclairage sur l’histoire des universités!

  2. 13/08/2012 21:41

    Le système organisationnel de l’époque était en effet bien particulier.
    Les étudiants avaient alors des rôles décisionnels
    dans la « Démocratie communale Padouane ».
    Comme l’explique les auteurs dans le livre
    Les Universités et la ville au Moyen-Âge
    par P.Gilli, J.Verger, D.Le Blévec
    p.187

    http://www.brill.nl/les-universites-et-la-ville-au-moyen-age
    Communauté estudiantine…et pouvoir politique à Padoue
    p.181 à 204

  3. Michel Dussault permalink
    14/08/2012 10:03

    La devise de l’Université de Padoue devrait
    être celle de toutes les institutions d’enseignement.
    Les adversaires de la liberté prétendent bien
    souvent lutter au nom des valeurs qui, comme
    l’ordre, le bien commun, la « vérité », les « acquis »
    du passé, demandent, certes, considération…
    mais comment créer, innover, améliorer, sans
    le  » droit » de contredire, de heurter, de déranger?
    Ce droit, on ne le quémande pas. On le prend…
    quitte à énerver les bien-pensants et à être prêt
    à en payer le prix. Selon moi, TOUTE autorité, si
    « respectable » soit-elle, et même ( et surtout peut-être )
    lorsqu’elle prétend se réclamer de « la Science », exige
    de l’esprit libre une vigilance critique constante.
    M.D.

  4. 20/08/2012 15:23

    C’est le retour en classe aujourd’hui pour les étudiants du Cégep de Saint-Laurent et le Syndicat des professeurs a pensé souligner l’évènement en invitant le personnel à signer et compléter les phrases suivantes :

    « Chères étudiantes, chers étudiants,
    Merci de nous avoir appris et révélé…
    …la fécondité du débat démocratique…
    …le courage et les visages de votre génération… »

  5. 21/10/2013 14:39

    Vient de paraître:
    Jean-Baptiste Morgagni ou la naissance de la médecine moderne de François Paoli

    « C’est à Jean-Baptiste Morgagni (1682-1771), formé à Bologne puis professeur à Padoue pendant soixante ans, que l’on doit la découverte de l’anatomopathologie et le premier classement logique des maladies, conduisant à la méthode dite « anatomoclinique ».
    Éminent anatomiste et remarquable clinicien, il écrira en 1761 un ouvrage révolutionnaire, rédigé en latin puis traduit, le De Sedibus et causis morborum per anatomen indagatis (« Des foyers et causes des maladies décryptés à travers l’anatomie »). »
    Annoncé par Alexandre Klein sur le site histoiresante.blogspot.ca
    http://www.editions-glyphe.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=1498

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :