Aller au contenu principal

Pathologies & Arts – diapo du mois

29/09/2012

   

Diapositive du mois tirée du tableau Pathologies & Arts

 

Les Jeux paralympiques de Londres  ont battu un record cette année à tous les niveaux.  Ces jeux ont permis au monde entier d’honorer  des milliers d’athlètes ayant des handicaps physiques, au même titre que les vedettes olympiennes – visionner Meet the superhumans .  Incarnant le dépassement de soi, l’astrophysicien Stephen Hawking faisait partie des cérémonies d’ouverture rappelant le Big Bang. Comme écrit Julian Jappert, cofondateur du  « think tank » Sport & Citoyenneté : « En œuvrant ainsi pour la solidarité, la cohésion sociale et culturelle de la société, le sport pourrait être bien plus qu’un moyen de rester en bonne santé, mais bel et bien un puissant outil d’intégration, d’ouverture aux autres et d’affirmation de soi « . 

De notre délégation québécoise, Benoît Huot  a battu également son record en natation et a remporté 3 médailles, dont une en or.  Benoît Huot  est né avec une déformation appelé pied bot comme le titre que l’on donna à ce tableau  lors de son entrée au Louvre, mais qui à l’origine était intitulé Le nain. Ribera est un peintre espagnol qui  passa une partie de sa vie en Italie. On l’appelait l’Espagnolet car il était lui aussi de petite taille. Dans l’article ci-dessous, vous pourrez lire les explications du Dr Fitoussi qui prouve que ce jeune mendiant de Naples souffrait plus précisément d’une hémiplégie droite avec perte de motricité des membres inférieurs et supérieurs. Ce type de paralysie est provoquée par une lésion au cerveau du côté opposé. L’aire motrice du langage ou aire de Broca semble avoir était atteint, causant la perte d’élocution dont était victime apparemment ce jeune garçon qui tenait une note demandant la charité.

 

Pour en savoir plus

FITOUSSI Franck et MESLAY Olivier. « Un regard médical sur le modèle… », fiche du Musée du Louvre no.120. Résumé dans un clip vidéo à l’émission D’Art d’art !

Histoire du Pied bot sur le site Orthopédiegénérale.com

Traitements sur les sites Piedbot.info et Piedbot.net

5 commentaires leave one →
  1. Michel permalink
    29/09/2012 16:09

    « J’aime! »

  2. Lacasse-Joubert Élise permalink
    29/09/2012 17:45

    Super intéressant! Merci pour toutes ces infos.

  3. Robert Richard permalink
    02/10/2012 17:18

    Le pied-bot joue un rôle tout à fait central dans le roman « Madame Bovary » (1856) de Flaubert. Le roman raconte des événements fictifs situés dans les années 1830.

    Madame Bovary est une ambitieuse. Elle va pousser son mari Charles, qui est un médecin assez ordinaire, à opérer le pied-bot d’Hippolyte, simple écuyer de profession (chapitre 11). Elle espère que son mari acquerra ainsi une certain notoriété comme médecin. Mais l’opération tourne mal. Un autre médecin devra intervenir pour réparer les dégâts en amputant la jambe d’Hippolyte qui s’est infectée. Charles Bovary est humilié.

    Sa femme, Emma, reportera ses rêves sur deux amants successifs. Ce sera d’abord Rodolphe, puis Léon. Emma finira par se suicider en prenant de l’arsenic.

    • 03/10/2012 12:30

      Merci pour ce lien avec Mme Bovary.
      En fin de semaine c’est toutefois avec Le roman de Johnny que je me suis évadée. Il m’a emmené dans son univers de prime abord surréaliste… mais peut-être pas ? Ses angoisses, son amertume pour les injustices et son amour pour la nature et la littérature sont peut-être bien réels ?

      Et vivent les tournesols qui s’ajouteront aux cendres de notre espèce ! (Robert Richard- Le roman de Johnny)

      Voici une critique par Eva Tihanyi du Roman de Johnny (1971) aux éditions Balzac-Le griot 103 p. http://www.booksincanada.com/article_view.asp?id=913

      Et maintenant…je cours me procurer votre autre livre
      RICHARD Robert (2004). L’émotion européenne, éditions Varia 242 p. Préface de Wajdi Mouawad et analyse de Gilles Dupuis dans Spirale no.205, 2005, p.49-50 http://www.erudit.org/culture/spirale1048177/spirale1058254/18207ac.pdf

  4. Michel Dussault permalink
    04/10/2012 14:35

    À propos de la toile « Le Pied Bot », je lis dans PROMENADES
    AU LOUVRE ( Laffont, 2010, col.Bouquins ) une citation du
    peintre Jean-François Raffaelli:  » Il (Ribera) prouva ainsi, de
    façon irréfutable, après Ghirlandaio et son vieillard au nez
    monstrueux, qu’aucun des plus déshérités n’est indigne de
    notre attention et de notre amour, n’est incapable de servir
    de modèle à de la beauté.Et cette pensée est réconfortante
    infiniment. » ( MES PROMENADES AU MUSÉE DU LOUVRE,1913 )
    N.B.Raffaelli vécut de 1850 à 1924: tout le monde, à l’époque,
    ne semble pas avoir eu la même largeur de vue ( le « bon goût »
    de certains était offensé…)
    M.D.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :