Skip to content

Damien Hirst

05/02/2013
tags: ,

Damien Hirst Galerie de Bellefeuille 2013

Damien Hirst
Galerie de Bellefeuille
1367 avenue Greene
Finissage 5 février

Bien que l’exposition se termine aujourd’hui, vous pourrez tout de même vous procurer des  sérigraphies ou épreuves à jet d’encre de Damien Hirst à tout moment à la Galerie de Bellefeuille. Ci-dessus, détail de Self portrait (2008), Fun 11616 (2008) et Godless (2011). Explorant continuellement le triangle relationnel vie, mort et art, Damien Hirst est essentiellement fasciné par les sciences depuis son tout jeune âge.

Vous trouverez sur  le site de l’artiste ses œuvres depuis plus de 25 ans de carrière dont des séries :  Entomologiques avec Capaneus ou  Kaleidoscope composés de milliers de papillons et d’insectes; Anatomiques avec Holy Trinity ou  l’immense sculpture en bronze The virgin mother ; Zoologique avec Natural history; Microscopique avec Biopsy; Pharmacologique avec Medecine Cabinets … et gastronomique avec The last supper. Par ailleurs son restaurant Pharmacy dont les sièges étaient en forme de pilules a malheureusement fermé ses portes en 2004.

 

Pour en savoir plus

HIRST Damien (2005 ). The elusive truthNew paintings, éditions Other Criteria, 56 p.
Et le Tate Catalogue de l’exposition 2012 par Ann Gallagher

JAMES Nicholas (2012). A retrospective, éditions CV,  36 p.

HIRST Damien (2011 ). Myths, Monsters and Legends, éditions Rankin Photography, 157 p.

NITTI Patrizia (2010). C’est la vie ! : Vanités de Pompéï à Damien Hirst, éd. Flammarion, 299 p.

Livres Damien Hirst

Voir aussi les billets suivants
Pharmakon, Memento mori, Fabuleux : Crânes et Méiose,  Pharmabijoux,
Cabinet de Lyne Lapointe, Sarah Garzoni,
Crâne de Holbein et
le montage de représentations de crâne dans Tableaux en musique
Ainsi que ceux de la rubrique Diapo du mois –  Pathologies & Arts
Et le fascinant site Anatomy UK

3 commentaires leave one →
  1. Robert Richard permalink
    05/02/2013 17:14

    La « Virgin Mother », avec son clin d’oeil à l’oeuvre de Degas, est particulièrement impressionnante.

    • 05/02/2013 17:54

      Une variante de Virgin Mother est la très controversée Verity de 20 mètres de haut qui surplombe la ville balnéaire Ilfracombe sur la côte du Devon en Angleterre. À travers cette représentation allégorique, Damien Hirst met en garde du danger possible que le pouvoir prenne le dessus sur la justice si on ne parvient pas à maintenir le juste équilibre – représenté ici par la balance derrière le dos. http://www.bbc.co.uk/news/entertainment-arts-19881524

      Une autre très jolie en marbre blanc est Anatomy of an angel,
      ( http://www.damienhirst.com/the-anatomy-of-an-angel )
      inspirée de la sculpture d’Alfred Boucher (1850-1934)
      intitulée L’hirondelle blessée
      ( http://catalogue.drouot.com/ref-drouot/lot-ventes-aux-encheres-drouot.jsp?id=2510951)

      Nous pourrions associer cette magnifique sculpture
      à ce percutant poème de Robert Richard

      Armchairs are budging again
      Filling the sky with stilted light
      heard there was a way out
      and it’s gotta be up
      Overstating paradise
      So you feel heady
      lost in a total embrace
      while it blows apart
      Pastors’ past pastoral orals
      Oh sing Molly
      like you done before
      Sing the praises
      of taddy gone to war
      Bound for heaven he is
      his ship blown out of the sky
      oh that ocean of cracked windows
      oh my darling clanking kiss
      oh my bloodshot battlefields
      And the key
      aye, the key
      to open the heart of alabaster noon
      On the stroke of twelve
      say « aaaah ».

      Robert Richard (2000)

  2. Robert Richard permalink
    07/02/2013 11:31

    La « Virgin Mother » et l' »Anatomy of an Angel » de Hirst sont d’une beauté étonnante, et c’est sans doute le côté « écorché » de ces deux sculptures qui frappe celui qui les contemple. Dans le domaine des beaux-arts et dans l’étude de la médecine, un « écorché » est un dessin, un moulage ou une statue qui représente un animal ou un être humain sans la peau. Cela permet de voir les « dedans » de l’animal ou de l’être humain en question.

    Or c’est bien l’art de l’écorché que pratique ici Damien. On a pas l’habitude – c’est le moins qu’on puisse dire – de se représenter les viscères de la vierge Marie. Comme on sait, elle serait née sans tache originelle, ce qui fait qu’elle aurait pu, à sa mort, monter, âme et corps, tout droit au ciel. C’est là le sens du dogme de l’Assomption, établi en 1950 et célébré le 15 août de chaque année : Marie n’aura donc pas eu à attendre le Jugement Dernier pour accéder au paradis, son corps ayant été épargné la souillure du péché originel.

    La vierge est source de vie, mère de Jésus. Mais voici que Damien Hirst nous la présente comme étant, elle aussi, habitée par la mort. On voit non seulement ses viscères, mais son squelette, son crâne. La mère de Dieu serait donc traversée, investie par la mort, comme nous tous.

    Il en va de même pour l’Ange de Damien. Dans la « Somme théologique » de Thomas d’Aquin, les anges sont vus comme ayant été créés hors temps. Ils sont incorruptibles bien que n’existant pas de toute éternité (Dieu les a créés). Au contraire de cette tradition – attestée par Dante, soit dit en passant — l’Ange de Damien serait corruptible, du moins si on se fit à cette présentation en ‘écorché’.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :