Skip to content

Realismo Magico

25/02/2013

Realismo Magico_Blain_Lorenzo_Gonzalez

Realismo Magico au Musée des beaux-arts de Montréal
Studios Art & Éducation Michel de la Chenelière
Communiqué de presse
Jusqu’au 24 mars

Cette exposition est le fruit d’une collaboration culturelle, pédagogique  et amicale entre des étudiants de l’Académie  El Alba  à Holguin au Cuba et ceux du Collège de Bois-de-Boulogne à Montréal. Ci-dessus, Vanité de Marie-Pier Blain de Montréal et Tant nager et mourir sur la rive… d’Ernesto Lorenzo et Lapinet Gonzalez de Cuba. En espérant que se rajouteront dans les expositions à venir,  des œuvres également des deux professeurs responsables de ce projet qui pour se dévouer à leurs étudiants doivent mettre de côté passagèrement leurs projets personnels. L’instigatrice du projet Marie-Louise Pépin, spécialiste  en enluminure  relate les origines et procédures de cette minutieuse technique  sur le site suivant. Pour la carte que l’on voit ci-dessus Et In Umbram Alarum , elle s’est inspirée  de chant grégorien du IXe siècle.  Vous pouvez voir d’autres œuvres d’Ernesto Blanco Sanciprian, que l’on voit sur la photo de droite, sur les sites  Pais de Pixeles et Artelista.com.

PÉPIN Marie-Louise (printemps 2010). « Artistic collaboration and teaching in Cuba…quite an experience ! », revue de Pédagogie collégiale , Vol.23 no.3 2010

Marie-Louise Pépin ET Ernesto Blanco Sanciprian

Et In Umbram Alarum de Marie-Louise Pépin et  Photographie d’Ernesto Blanco Sanciprian

Voir aussi

Behind the wall de Rolando Javier Almirante Castillo et Sebastian Cordero
11e Biennale d’art de La Havane regroupant 25 artistes de Cuba et d’ailleurs
Mercredi 20 mars à 21h  #96 Phi  et  Samedi 23 mars à 18h30 #149  MACM
Dans le cadre du Festival International du film sur l’art – FIFA 2013

Autre exposition en cours au Musée des beaux-arts de Montréal
Pérou: royaumes du soleil et de la lune –  billet précédent

One Comment leave one →
  1. Robert Richard permalink
    26/02/2013 10:07

    Certains critiques considèrent que le court roman « Pedro Paramo » (1955) de Juan Rulfo (1917-1986) occupe une position clé dans ce qu’on a appelé le « réalisme magique » en art. Le terme « réalisme magique » remonte à 1925, mais son sens moderne remonterait à 1955, l’année de publication du roman de Rulfo. D’autres critiques prétendent toutefois que ce roman n’appartient pas au courant du réalisme magique, mais se fonde plutôt sur des processus d’écriture proche d’une affection comme la schizophrénie.

    Juan Rulfo n’a écrit que ce roman et un recueil de nouvelles. Oeuvre mince, donc, mais essentielle, devenue une « référence dans les universités du monde entier », comme le dit le traducteur Roger Lescot.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :