Skip to content

Variations sur un même ciel

19/07/2013

Variations sur un même ciel 2012
Collectif  (2012).
Variations sur un même ciel,
éditions La ville Brûle, 352 p.

Sommaire

Préfacé par Hubert Reeves

Coordonné par Jean-Philippe Uzan

Voici quelques informations supplémentaires
sur 4 duos de textes parmi 26 ainsi qu’en
hyperliens des podcasts d’entrevues
du site Ciel & Espace Radio.
 

 

Le Renard pâle de Germaine Dieterlen & Marcel Griaule  et
La création Dogon. Le premier matin du monde par Jean-Marc Bonnet-Bidaud p.65-76
Commentaires de Jean-Marc Bonnet-Bidaud – astrophysicien, sur Ciel & Espace Radio.

Dossier pédagogique du Musée du quai Branly  (2011) incluant le récit de la création du monde d’après les Dogons.  Ci-dessous à droite une figure hermaphrodite de 2 mètres de haut (Xe siècle) du musée ainsi que les 2 anthropologues Marcel Griaule (1898-1956) et Germaine Dieterlen (1903-1999), qui nous ont beaucoup appris sur  ce peuple malien. Dans leurs rapports, ils relatent que les dogons qui aimaient observer le ciel, étaient au courant de la gémellité de l’étoile Sirius- étoile binaire brillante de la constellation du Grand Chien.

Les Dogons
Images : lekti-ecriture.com, ƒb de Marcel Griaule, amisdumali.com, connaissancedesarts.com
———————————————————————————————————
Tables pruténiques des Mouvements célestes
dErasme Reinhold et
De l’importance des horoscopes en cosmologie par Denis Savoie p.101-108
Commentaires de Denis Savoie – astronome, sur Ciel & Espace Radio.

Tables servant à calculer et prédire la position des astres :
Tables alphonsine (1252) d’après le système de Ptolémée.
Tables pruténiques (1551) par Erasme Reinhold d’après le système de Copernic.
Tables rudolphines (1627) par Kepler d’après ses travaux et celles de Tycho Brahé.

Tables pruténiques etc
Montage à partir des images du site de l’Observatoire de Paris et de wikicommons
————————————————————-
L’horloger de
Robert Louis Stevenson et
Comment ne pas en faire tout un monde ? de Jean-Philippe Uzan p.143-154
Commentaires de Jean-Philippe Uzan – cosmologiste, sur Ciel & Espace Radio.

La lecture de ce conte surprend par sa démarche scientifique, ses nombreuses allusions à l’histoire des sciences et sa description cohérente d’un modèle de l’Univers. Cette riche culture scientifique, Robert Louis Stevenson (1850-1894) le doit certainement à son père et grand-père, ingénieurs astucieux de renommée internationale. Poussé à faire des études en sciences à l’Université d’Edinburg, il diplôme finalement en droit. Les découvertes de Pasteur et de Koch en microbiologie durant la même période l’ont peut-être également inspiré. Du côté maternel lui viennent par ailleurs ses références religieuses. Il s’intéressa ensuite beaucoup aux travaux de Darwin d’où les questionnements de l’existence ou non d’un créateur et de l’origine de l’Univers dans cette fable allégorique. Lire la biographie par A. Harvey pour en savoir plus sur RLS.

Fable de RL Stevenson

——————————————————————————-
Petite cosmogonie portative de
Raymond Queneau
Jeunesse ô jeunesse, Zazie dans le cosmos de Jean-Pierre Luminet p.321-330
Commentaires de Jean-Pierre Luminet – astrophysicien, sur Ciel & Espace Radio.

Dans cette entrevue de Jean-Pierre Luminet on apprend que ce chef-d’œuvre de Queneau est construit afin que 1 million d’années soit attribué à chaque vers et que leur nombre corresponde à la durée des différentes périodes géologiques. Il se termine donc par 2 vers représentant ainsi le Quaternaire : Le singe (ou son cousin) le singe devint homme /
lequel un peu plus tard désagrégea l’atome.

Cosmogonie de Raymond Queneau
Source des images : francs-bibliophiles.fr et exposition virtuelle de la BNF

 

Activités estivales en lien avec l’astronomie

Festival d’astronomie populaire du Mont-Mégantic 
Activités prévus tous les vendredis jusqu’au 23 août

23e Festival d’Astronomie de Fleurance du 3 au 9 août
Programmation des Grandes conférences

6 commentaires leave one →
  1. Robert Richard permalink
    19/07/2013 10:57

    La nuit étoilée… comment ne pas penser à ce texte de Kant, tiré de « La Critique de la raison pratique »:

    « Deux choses me remplissent le coeur d’une admiration et d’une vénération, toujours nouvelles et toujours croissantes, à mesure que la réflexion s’y attache et s’y applique : le ciel étoilé au-dessus de moi et la loi morale en moi. […] Le premier spectacle, d’une multitude innombrable de mondes, anéantit pour ainsi dire mon importance, en tant que je suis une créature animale qui doit rendre la matière dont elle est formée à la planète (à un simple point dans l’Univers), après avoir été pendant un court espace de temps (on ne sait comment) douée de la force vitale. Le second [la loi morale], au contraire, élève infiniment ma valeur, comme celle d’une intelligence, par ma personnalité dans laquelle la loi morale me manifeste une vie indépendante de l’animalité et même de tout le monde sensible. »

    Le spectacle du ciel étoilé lui fait voir qu’il n’est qu’une créature animale qui, comme le pensaient les libertins, rendra sa matière, sa poussière, à la planète, à la terre. Puis, il y a la loi morale qui lui fait voir qu’il est, contrairement à l’animal, « infiniment perfectible » comme le disait celui que Kant lisait avec passion: l’anti-libertin Rousseau.

    • 19/07/2013 20:56

      Ce n’est pas étonnant que pour Variations sur un même ciel, le philosophe Jean Seidengart a choisi également un texte de Kant (1724-1804)- lui qui, inspiré tout de même de Newton, imagina un espace infini rempli de matière et d’où prennent naissance les mondes. Crucial donc de ne jamais sous-estimer l’importance de l’intuition !
      Dans son livre La fabrique du beau, le neurologue Roger Vigouroux rappel à la p.258, les 3 stades importants dans le processus de création en référence aux sciences mathématiques mais pouvant évidemment s’appliquer à d’autres disciplines: 1. L’incubation 2. L’illumination ou L’intuition et 3. La vérification.

  2. Michel Dussault permalink
    23/07/2013 12:06

    Ciel étoilé. Loi morale. Pour Kant, les deux sont,
    notons-le bien, objets d’admiration et de vénération,
    non pas de simple curiosité, d’intérêt passager…
    encore moins de plaisirs sensuels. J’oserais dire
    qu’il y a, chez notre penseur, une même « piété »
    à l’endroit des deux…piété qui lui aurait fait
    vraisemblablement trouver « étrange » qu’on puisse
    « vénérer » l’un sans l’autre. Choisir entre le ciel étoilé
    et la loi morale? Refuser le sublime au nom du
    sublime ? Je ne croirais pas cela très kantien…
    à moins de tout oublier de la CRITIQUE DU JUGEMENT…
    du moins me semble-t-il!
    M.D.

  3. Michel Dussault permalink
    23/07/2013 13:34

    Autour de ce thème du ciel étoilé et de la loi
    morale, voici quelques vers tirés deux poètes
    allemands contemporains de Kant ( 1724-1804 ):
    – Mathias Claudius (1740-1815) « Lise, l’astrologue »:
     » Souvent je regarde à minuit,
    Quand j’ai terminé mon ouvrage,
    Et que tout dort en la maison,
    Les étoiles dans le ciel.
    (…)
    (Elles) scintillent toutes vastement
    Et scintillent belles et pures:
    Je vois l’immense splendeur
    Et jamais ne m’en fatigue…

    Alors sous le firmament,
    Une voix dit en mon cœur:
    ‘Il y a mieux en ce monde
    Que ses joies et ses douleurs.’

    Je me jette sur ma couche,
    Et longtemps reste éveillée,
    Cherchant cette chose en moi-même
    Et me languissant d’elle. »

    – Johann Wolfgang Goethe (1749-1832), « Testament »:
    « Mais maintenant tourne-toi sans tarder
    Vers le dedans; tu y trouves le centre
    Qu’un noble coeur ne saurait mettre en doute.
    Là tu ne vas manquer d’aucune règle
    Car, existant par soi, la conscience
    Est le soleil propre à ta vie morale. »

    ( ANTHOLOGIE BILINGUE DE LA POÉSIE ALLEMANDE.
    Gallimard 1993, col. « La Pléiade » )

    M.D.

    • 23/07/2013 15:13

      Quelles belles offrandes que ces sublimes extraits d’éminents poètes, auxquels je rajouterai les vers suivants de l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet :

      « Les soleils roulent sans obstacle
      sur leurs cercles démesurés:
      localiser la perfection morale »

      Extrait tiré de Itinéraires célestes (2004) aux éditions Le Cherche Midi (p.46 chapitre Purgatoire) http://www.cherche-midi.com/theme/detail-Itineraire_celeste-9782749102634.html
      Mais également 1 des 25 poèmes sur le thème du firmament, sélectionnés par Jean-Louis Philippe dans le recueil Lumières d’étoiles (2005) aux éditions AkR

  4. 23/07/2013 21:18

    Pour les lecteurs anglophones, voici une analyse parue cette année
    FRIEDMAN Michael (2013). Kant’s Construction of Nature: A Reading of the Metaphysical Foundations of Natural Science, éditions Cambridge University Press, 641 p. http://www.cambridge.org/us/academic/subjects/philosophy/eighteenth-century-philosophy/kants-construction-nature-reading-emmetaphysical-foundations-natural-scienceem

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :