Skip to content

Opéras en fleurs

29/08/2013

Scènes de jardins

En collaboration avec l’Opéra de Montréal
Jardin lyrique ! à Espace pour la vie
les 5, 6 et 7 septembre à 16h30

Si vous n’avez pas encore eu la chance d’admirer les magnifiques Mosaïcultures au Jardin botanique,  planifiez donc d’y aller du 5 au 7 septembre afin que votre pause Cocktail & Tapas soit agrémentée des plus beaux airs d’opéra. Dans leur livre Au fil des fleurs – scènes de jardins, Martine Kahane et Delphine Pinas illustrent l’empreinte des fleurs dans les décors et costumes de diverses productions, notamment à l’Opéra et tels que certains ont pu voir l’automne dernier à Aix en Provence lors de l’exposition Fleurs en scène. Parmi les opéras au titre floral il y a – Narsico de Scarlati et Zéloïde ou les fleurs enchantées sur la musique de M.Lebrun sans parler que La Traviata est directement inspiré de La dame aux camélias d’Alexandre Dumas; Filles-Fleurs sont par ailleurs des personnages dans Parsifal  tandis que les fleurs sont des accessoires vedettes dans plusieurs autres, tels  :

Quelle belle fleur est celle du jasmin ! / Parfum et blancheur emplissent chaque branche
pour le plaisir de chacun. / Laissez-moi en choisir une pour la donner à quelqu’un /
Fleur de jasmin, oh fleur de jasmin !

(Chœurs
dans Turandot de Pucini – acte 1 et suivant )

La fleur que tu m’avais jetée/ Dans ma prison m’était restée/
Flétrie et sèche cette fleur
/ Gardait toujours sa douce odeur.
(Don José dans Carmen de Georges Bizet – acte 2)

Révélez à son âme/ Le secret de ma flamme!/ Qu’il s’exhale avec vous/ Parfums plus doux! … Fanée!/ Ce sorcier que Dieu condamne/ M’a porté malheur!/ Je ne puis sans qu’elle se fane/ Toucher une fleur!
(Siebel dans Faust de Gounod – acte 3)

Il revient et il m’aime./ Secoue ces branches de censier/ Et couvre-moi de fleurs/ Dans cette pluie odorante/ Mon front brûlant ! […] Va chercher des fleurs. Que tout/ Soit fleuri ici, comme la nuit/ est étoilée. […] J’ai donné à ces terres mes larmes ; / Elles me doivent / Bien leurs fleurs.
(Mme Butterfly dans l’opéra éponyme de Puccini – acte 2)

Comme dernier exemple, un air bien connu – Le duo des fleurs
Sous le dôme épais/ Où le blanc jasmin / À la rose s’assemble/
Sur la rive en fleurs/ Riant au matin/ Viens, descendons ensemble.

(Lakmé et Mallika dans Lakmé de Léo Delibes  – acte 1)

qui sera interprété prochainement sur la scène de l’Opéra de Montréal
par Audrey Luna (Lakmé) et Emma Char (Mallika)
les 21, 24, 26 et 28 septembre à 19h30

 

Source: YT Béatrix Lamothe
Autre vidéo sur YT Lucie Besson – extrait de l’Opéra imaginaire
réalisée par Pascal Roulin et animée par Violaine Janssens, production Ex Machina – Paris. 

Lire aussi Hamlet, L’Horloge florale de Linnée, Mosaïcultures , Fleur de Shanidar 
ainsi que  L’opéra en classe pour des guides pédagogiques en références.

5 commentaires leave one →
  1. Robert Richard permalink
    30/08/2013 16:17

    Puis, en littéraire que je suis, je ne peux m’empêcher de mentionner, parmi ces belles et sensuelles références florales, « Les fleurs du mal » (1857) de Baudelaire. Drôle de titre qui annonce notre modernité, car pour Baudelaire, les vraies fleurs se trouveraient dans le mal, voire dans la laideur. Ce que le dernier Beethoven, celui de la troisième manière, avait déjà fort bien compris…

  2. Michel Dussault permalink
    30/08/2013 16:37

    Dans cette atmosphère florale qui inspire
    musique et poésie, je me permettrai de
    rappeler la forte parole du poète et
    mystique allemand Angelius Silesius ( 1624-
    1677 ), tirée de son ERRANT CHÉRUBINIQUE:
    « La rose est sans pourquoi; elle fleurit parce
    qu’elle fleurit,
    N’a garde à sa beauté, ne cherche pas si on la
    voit. »
    M.D.

  3. 02/09/2013 13:10

    Magnifiques références ! Je rajouterai aussi
    La pauvre fleur disait au papillon céleste – poème de Victor Hugo tiré du recueil Les chants du Crépuscules, mis en musique par Gabriel Fauré (1845-1924). Voici Le papillon et la fleur – opus 1 no.1 de Fauré chanté ici par Nathalie Stutzmann, contralto et chef d’orchestre également fondatrice de l’ensemble Orfeo 55 :

    Source: YTb de Muzikazaile

    Mais hélas, l’air t’emporte, et la terre m’enchaine./Sort cruel!/
    Je voudrais embaumer ton vol de mon haleine./ Dans le ciel!

  4. Robert Richard permalink
    04/09/2013 19:31

    Cette chanson de Gabriel Fauré est très belle. J’avoue que je ne l’aurais pas reconnue comme étant de la plume de Fauré. Puis, très belle image christique de Nathalie Stutzmann. Les gnostiques auraient apprécié!

  5. Robert Richard permalink
    04/10/2013 15:41

    Puis, autre référence florale, il y a le poète Stéphane Mallarmé (1842-1998) dont le désir était d’exprimer la fleur « absente de tout bouquet », comme il est dit dans dans son texte « Crise de vers ».

    Ainsi Mallarmé entamait-il ce qui allait devenir une des thématiques les plus insistantes dans les arts au XXe siècle: le vide. Ce serait donc à partir du symbolisme que l’art et l’écriture se mettront à tourner autour de la case vide comme autour de sa cause (la case vide étant cause ou déclencheur d’écriture).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :