Skip to content

Nijinski

25/10/2013

« Je sens l’asphyxie de la Terre. La Terre étouffe. Les gens ne comprennent pas… » V.Nijinski

Nijinski 1939_Théâtre_Cahiers

Je ne tomberai pas- Vaslav Nijinski
Mise en scène de Bernard Meney
Chorégraphie d’Estelle Clareton
jusqu’au 25 octobre
Théâtre de 4’sous

Ce spectacle Danse-Théâtre est inspiré des Cahiers de Vaslav Nijinski (1890-1950) que le danseur étoile des Grands ballets russe et chorégraphe écrit en six semaines à St-Moritz avant de sombrer définitivement dans l’abysse. Peu de temps après, il sera interné et traité à l’insulinothérapie ou cure de Sakel décrite sur Psychiatrie.histoire.free.fr  et expliquée dans son contexte socio-historique par Frédéric Masseix sur le site Serpsy.org. Considéré prometteur à l’époque, ce premier traitement biologique fut remplacé par des neuroleptiques. 

«On m’a dit que j’étais fou, je croyais que j’étais vivant.»   Vaslav Nijinski

Le paroxysme de la folie est transmis à travers l’excellent jeu d’acteur de Bernard Meney dans Je ne tomberai pas, dont il signe également la mise en scène, le but n’étant pas de l’imiter, mais de ressentir plutôt le mal de l’âme de celui que l’on considère le père de la danse contemporaine.  La chorégraphie d’Estelle Clareton fait allusion justement à la gestuelle des mains élaborée par Nijinsky et à la scène du foulard dans L’après-midi d’un faune ainsi qu’à la dimension ethnologique du Sacre du printemps. Vous retrouverez d’ailleurs deux mesures du Sacre du printemps dans la conception sonore moderne et originale d’Éric Forget. Quoique le spectacle couvre une période sombre de la vie de Nijinski il se termine par un rappel de cet instant lumineux en 1939 capté par le photographe Jean Manzon c.a.d.  saut de Nijinski en 1939 au Sanatorium en Suisse lorsque le danseur Serge Lifar lui renda visite.

Les sauts prodigieux de Nijinsky seraient dus à deux facteurs;  le premier étant la combinaison d’un pied court avec un long talon d’Achille. C’est-à-dire qu’en dorsiflexion plantaire, l’extrémité du talon est à une distance de la cheville presque aussi longue que celle des orteils. Le deuxième à l’entrainement chevronné qu’il s’impose travaillant « comme un bœuf » dit-il et capable de synchroniser adéquatement ses muscles dorsaux et abdominaux (réf.p.24 de Nijinsky ou la grâce: sa vie, son esthétique et sa psychologie (1957) par Françoise Reiss)

Autres commentaires d’ A.Apostolska, P.Couture ou L.Renaud

Vaslav Nijinsky

Lecture, théâtre et documentaire en lien impliquant
Christian Dumais-Lvowski – chargé de mission de la Vaslav & Romola Nijinski Foundation

NIJINSKI Vaslav (1995 v.o.1919). Cahiers, éditions Actes Sud 299 p.
Version intégrale traduite du russe par Galina Pogojeva  et Christian Dumais-Lvowski  

Journal de Vaslav Nijinski (1993)– adaptation théâtrale par Christian Dumais-Lvoswki
Plusieurs autres existent depuis dont celle Nijinski 1919 de Gilles Guillian

Vaslav Nijinski, une âme en exil (2000)- documentaire d’Elisabeth Kapnist
et Christian Dumais-Lvowski  durée 1h Dossier de Presse présenté par ARTE
À voir absolument en guise de préambule.

 

NB
Les impatients exposent pour l’occasion quelques œuvres dans le lobby du Théâtre de Quat’sous
Voir billet Les impatients et tous les articles de ce site portant sur les Maladies mentales.

Autre spectacle de danse à ne pas manquer est celui de la Compagnie Marie Chouinard
Henri Michaux: Mouvements et Gymnopédies au Théâtre Maisonneuve 
Jeudi 31 octobre, Vendredi 1er novembre et Samedi 2 novembre
(prochain billet)

6 commentaires leave one →
  1. Robert Richard permalink
    25/10/2013 14:26

    On l’oublie, mais c’est beaucoup plus la chorégraphie de Nijinski que la musique de Stravinski qui a fait scandale lors de la création du « Sacre du printemps », le 29 mai 1913 au théâtre des Champs-Élysée.

    • 25/10/2013 14:34

      D’où la fameuse anecdote lors de la scène des vierges se tenant la tête en dansant que quelqu’un s’écria dans la salle : « un docteur » et puis un autre « un dentiste » et on répondit « 2 dentistes ! »

  2. Robert Richard permalink
    27/10/2013 12:07

    On peut voir, dans ce court film, Nijinski qui fait le saut du faune:

    • Michel Dussault permalink
      27/10/2013 14:50

      Nietzsche disait que penser, c’est savoir DANSER
      avec des concepts…Dommage qu’on l’ait parfois
      oublié, dans l’interprétation même de son œuvre!
      Penser exige souplesse, sens du mouvement, capacité
      de redonner fluidité à ce qui s’est malencontreusement
      pétrifié ( transformé en dogmes « dévitalisés » ). Souvent,
      cela exige un « grand saut », c’est-à-dire, arrachement,
      élévation, mais, tout autant, capacité, ensuite, de revenir
      au sol, peut-être bien prosaïque…mais néanmoins
      nourricier et vivifiant, à la source de tout élan.
      M.D.

  3. Robert Richard permalink
    27/10/2013 12:18

    Le traitement de la folie — ou de la psychose, devrait-on dire — était au centre de la pratique de Jacques Lacan (1901-1981). Ce psychanalyste prenait des suicidaires et des psychotiques comme patients.

    Dans la ville de Québec, c’est Willy Apollon et son GIFRIC qui poursuivent cette expérience de traiter la psychose par la parole.

    Normalement, la psychanalyse se penche sur la névrose, laissant la psychose à la psychiatrie avec son lot de médicaments. Mais certains psychanalystes tentent ce rude chemin pour aller à la rencontre de celui ou celle qui n’a jamais pu intégrer pleinement le symbolique et l’ordre du langage.

    p.s. GIFRIC = Groupe interdisciplinaire freudien de recherche et d’intervention clinique et culturelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :