Skip to content

Le Rhino de Longhi

06/12/2013

Pietro Longhi_Le petit concert
Le petit monde de Pietro Longhi –
Musique et vie quotidienne
à Venise au XVIII siècle

Conférence du 5 décembre par
François Filiatrault  au  MBAM
Musée des beaux-arts de Montréal
Fondation Arte Musica

C’est à François Filialtrault que nous devons la merveilleuse sélection de musique du guide audio accompagnant l’exposition Splendore a Venezia présentée au MBAM jusqu’au 19 janvier 2014. Avec sa conférence d’hier soir, il fait mouche encore une fois ! Vous le constaterez vous-même en écoutant le 2e mouvement du concerto pour deux mandolines en sol majeur de Vivaldi (1678-1741) jumelée à cette toile de Pietro Longhi (1701-1785) où les dames jouent de la mandoline milanaise. Ancien professeur de psychologie, François Filiatrault ne manque pas de souligner l’aspect plutôt superficiel de l’image de la science qui se dégage de La leçon de géographie; Venise n’étant pas comme Florence, Padoue ou Bologne, une ville de savoir scientifique, et de constater que les diseurs de bonne aventure utilisaient à l’époque les mêmes trucs qu’aujourd’hui. Sans compter que la ligne était plutôt floue entre charlatanisme et médecine, au point que l’on pouvait pratiquer à Venise cette profession sans même le diplôme de l’université de Padoue.

Pietro Longhi relate par ailleurs, dans Le Rhinocéros, un évènement historique des sciences naturelles qu’est celui de la présence en Europe d’un rhinocéros femelle nommé Clara. Buffon (1707-1788) l’examina avec grand intérêt et la représentation que Jean-Baptiste Oudry en fit se retrouve dans l’Histoire Naturelle de Buffon après avoir également fait fureur au Salon de 1750. Intéressé par les sciences, le marquis Scipione Maffei (1675-1755), avait écrit lui aussi un article au sujet de cette attraction de l’époque –article original se trouve sur Rhinoresourcecenter.com.  Cependant, c’est  la gravure fantaisiste du  Rhinocéros de Dürer de 1515, qui inspira le plus les artistes et qui s’est vendue en début d’année à 866 500 $. Dans le tableau de Longhi qui date de 1751, vous remarquerez 2 sortes de masques vénitiens : La bauta – masque blanc que portait les nobles – et La moretta – masque noir des filles du peuple. Et rassurez-vous… la corne que brandit l’un des personnages n’est pas celle de Clara comme on peut lire dans la biographie de Clara sur rhinosinfo.com. Composée de kératine, la corne repousse après 2 ou 3 ans mais le braconnage actuel des cornes de rhinocéros est à ce point inquiétant que les espèces restantes sont  en danger d’extinction. Depuis la photo-choc de Brent Stirton au World Press Photo 2012, les choses ne se sont pas améliorées. Les 15 derniers rhinocéros du Mozambique ont été abattus cette année (article du 6 juin 2013 sur greenetvert.fr) et il y en aura presque mille de tués en Afrique du Sud d’ici la fin de l’année (article du 28 octobre 2013 sur afriquinfos.com).

Autres conférences de François Filiatrault dont Farinelli et Venise, cité musicale partie I à III.

Pietro Longhi_Rhinoceros

Pour en savoir plus sur les Rhinocéros et les dangers qui les guettent,
consultez le site rhinos.orgThe international Rhino foundation

Voir aussi les billets Faune Urbaine et  Romain Gary pour le braconnage d’éléphants.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :