Skip to content

Lépidoptères

22/04/2014

Alain Lefort_ Les Brûlants

Les Brûlants d’Alain Lefort à la Galerie Lacerte à Québec jusqu’au 30 avril

Papillons en liberté à l’Espace pour la vie à Montréal jusqu’au 27 avril

Il y a quelques semaines, les visiteurs de l’Espace pour la vie ont vibrés au Rythme des papillons lors d’un concert du Moulin à musique, qui avait pour but de sensibiliser les jeunes à la nature et aux arts. Vous avez encore jusqu’à dimanche, pour parcourir les serres du Jardin botanique, lépidoptère à l’épaule, car il y a de fortes chances qu’un des flamboyants papillons en liberté s’y dépose. Et si vous aviez des ailes, vous vous envoleriez pour… Québec voir les lumineux papillons de nuit d’Alain Lefort. Sinon vous les apercevrez placardés sur les vitrines d’un local vacant au 3489 boul. St-Laurent (projet À Louer d’UMA). L’exposition Les Brûlants fait partie de la série Seraphim pour laquelle l’artiste a numérisé des centaines d’espèces différentes. Saraph signifie brûler en hébreu, d’où le titre de l’exposition inspiré aussi des Métamorphoses d’Ovide et du mythe de Pan, qui à sa mort jaillissent des ténèbres, les papillons. Dans Le Soufle d’Écho en 2012, l’artiste évoquait alors Echo- la nymphe du mont Hélicon, dont on lui arracha la parole, ne lui permettant que de répéter les derniers mots des autres. Alain Lefort a ainsi dû braver les alligators dans les Everglades de la Floride pour photographier la mangrove. Tandis qu’Arcadia en 2010 était une reconstitution d’un pays imaginaire à partir des régions forestières du Québec.

La prochaine exposition d’Alain Lefort se tiendra en 2015 à la Galerie Plein Sud à Longueuil.

JUTRAS Benoit et LEFORT Alain (2013). Cour des Miracles, éditions J’ai vu, 48 p.
Autres poèmes de Benoit Jutras sur le site poemesale.com

Benoit Jutras et Alain Lefort Quatrième de couverture
Je mange des phosphores sévères, des ténèbres de fable, j’ai le corps refusé, regardez. Je m’offre dans la cour aux miracles, est-ce vous qui riez ? Des couleurs tombent sur l’herbe, dans les pays les plus beaux, pour que je reste caché. La nuit est un sein qui boit le sens de ma vie. Mais les âmes, les lessives de guerre, les fanaux qui peinent, les cendres des livres. Quelque chose dit oui qui ne me connaît pas.

 

 

Pour en savoir plus

Différences entre papillons de jour et papillons de nuit sur le site insectes.org
Documents pédagogiques en lien avec Papillons en liberté sur le site espacepourlavie.ca
Rubrique Insectes sur le blogue Espace pour la vie
Galerie de photos de divers insectes et liste des spécimens
sur le site 1 et le site 2 d’Entomart de l’artiste belge Claude Galand.

Vous y trouverez également le poème Berquinade d’Irène Hamoir
épouse du surréaliste Louis Scutenaire et qui figure sur plusieurs tableaux de Magritte;
Faisant tous partie du documentaire le Désordre alphabétique (2011) de Claude François.

Berquinade

Quand je t’ai vue courir
Jambes nues dans la vigne
Je me suis laissé prendre
J’avais pourtant deux jours
A vivre encore

Pique-moi à ton liège et souris
A mes ailes poudrées d’or
A mes antennes qui tremblent
A mes yeux qui acceptent
De mourir pour toujours
Piqué à ton liège jeune fille

Irène Hamoir sur le site Entomart.be

 

Pour ceux à Bruxelles – Hubert Duprat à La Verrière du 26 avril au 12 juillet 2014
Connu pour ses œuvres faites en collaboration avec des larves de Trichoptères
Trichopetere.hubert-duprat.com et Vidéo explicative des Musées Norfolk 

Autres poèmes sur le thème de l’entomologie aux éditions Seuil :
Muses et Ptérodactyles- la poésie de la science de Chénier à Rimbaud (2013)
Anthologie sous la direction d’Hugues Marchal
Ex. L’olympe des entomologistes à la p.363

De nos monts escarpés emblème du Parnasse,
Quand l’Entomologiste osa gravir l’espace,
Se croyant transporté sur le haut Hélicon,
Inspiré des neuf Muses et chéri d’Apollon,
Il tenta de s’ouvrir un chemin vers la gloire.
En nommant chaque insecte,
en traçant son histoire […]
[…]
Dans les lieux habités par ce peuple volage,
Tout s’anime et retrace à l’esprit quelque image.
Près des Muses, Phébus folâtre en papillon;
Les Muses pour errer font choix d’un beau vallon.

M.Le Roux (1814) extrait de L’Art entomologique

 

Voir aussi le billet Poésie scientifique.

 

 

 

 

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :