Skip to content

Festival de la poésie de Mtl 2014 2/2

02/06/2014

Video-poème 2014

Festival de la poésie de Montréal 2014  jusqu’au 8 juin
Présenté par la Maison de la Poésie de Montréal

À l’ère du numérique, le 15e anniversaire du Festival de la Poésie de Montréal innove avec des affiches munies d’un code QR pour Quick Response, un code-barre 2D pouvant stocker 7089 caractères, comparé à seulement une dizaine avec le code barre classique. Des milliers de passants pourront ainsi à l’aide de leur téléphone intelligent, voir apparaitre à leur écran une des 8 vidéos-poèmes également disponibles sur www.videopoeme.com.

Cidessus les codes QR d’un extrait de Thérèse pour Joie et Orchestre (2008) d’Hélène Monette, en hommage à sa sœur décédée, qui lui a valu le Prix du Gouverneur général. En prière dans le champ magnétique est un extrait de ce recueil, solennellement mis en images et en musique par l’artiste interdisciplinaire Suzan Vachon, prolifique avec ses œuvres d’art public intégrées à l’architecture. Hélène Monette avait en 2012 composé Étoiles comprises, pour accompagner une photographie de neurones au concours La preuve par l’image, organisé par l’ACFAS.

L’autre code ci-haut, est celui d’une vidéo de Monique Moumblow, où l’on entendra en polyphonie Erin Moure réciter son poème en galicien, tiré de Petits théâtres ou Aturuxos calados (2013) aux éditions du Noroît. On y retrouve à la p.17 un Hommage au minéral de base du bortsch sur la betterave, « récipient d’eau/sang-de-la-terre/sang cultivé/sang bleui par tant de carmi/.. » et d’autres sur le chou, l’oignon, l’ail et Hommage au potentiel de la patate. Il faudrait toutefois consulter le site Passeport santé, pour connaître la liste des éléments nutritifs de ce tubercule de la famille des Solanacées, qui permit aux ouvriers de survivre durant la crise de la Révolution industrielle au XIXe siècle et dont fait mention le poème de Moure. Riche en fibres, minéraux et vitamine B6, le Solanum tuberosum fut attaqué parle champignon Phytophthora infestans – mieux connu sous le nom de mildiou, responsable de la grande famine d’Irlande de 1845 à 1848.

Amah
mon amah
Pivoine de Chine du Nord
au fleur de pommier du Canada
qui protège des monstres,
et de la retentissante solitude
Garde moi, sous ton aile
Sainte Jonquille qui protège de cette modernité,
frustre et glacée, qui nous tue par trop de soleil,
et par trop de trop,
allumons l’intensité, partageons les communions
et les communications,
Et prions, discrète ou démesuré mais prions
Extrait de Thérèse pour Joie et Orchestre (2008) d’Hélène Monette, éd. Boréal

 

Voir le billet précédent pour des poèmes d’Octavio Paz et pour la soirée en son honneur,
ainsi que le prochain qui présentera les finalistes du Prix du Festival de la Poésie de Mtl.
Poèmes en lien avec la science, sur ce site à la rubrique Poésie.

One Comment leave one →

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :