Skip to content

Du MAC aux RIDM en passant par Abbas Akhavan

05/11/2014

Abbas Akhavan au MAC

Fatigues 2014 d’Abbas Akhavan à la Biennale de Montréal 2014

Les animaux empaillés au Musée d’Art Contemporain vous surprendront de par leur discrétion, gisant là où vous ne les attendez point. À la Galerie de Vancouver,  il y a quelques années, Abbas Akhavan accueillait les visiteurs par des enregistrements de chants d’oiseaux installés dans le haut des arbres à l’entrée de la galerie (Landscape : For the birds 2009).Mais dans son installation Green house 2013, c’est de la lecture en direct d’un livre sur l’histoire naturelle des jardins que les visiteurs peuvent écouter.  Tandis que pour Study of a Glass house 2013, il s’inspire du livre de Thomas De Quincey – Les confessions d’un mangeur d’opium anglais, réédité aux éditions Gallimard et dont vous pouvez lire un excellent résumé par Céline Lochot sur le site Le Panoptique. Fasciné par le monde végétal et sa taxinomie, Abbas Akhavan  fabrique des moules de bronze gigantesques pour Study of a hanging garden 2014. Il décide de commémorer ainsi, des espèces endémiques de l’Iraq qui poussent à proximité des rives du Tigre et de l’Euphrate afin de montrer la fragilité des êtres vivants et les conséquences de la guerre sur l’environnement.

Voici une vidéo de La Grande Galerie de l’Évolution du Muséum National d’Histoire Naturelle, dans laquelle Christophe Gottini explique les principales étapes de la taxidermie. Lire aussi
THINEY J. et GRISOLIA S. (jan.-fév. 2012). « Extension du domaine de la taxidermie« ,
La lettre de l’OCIM no.139, p.5-13.

La Biennale de Montréal se poursuit jusqu’au 4 janvier

 

Natural History de JamesBenning

Natural history de James Benning – États-Unis 77 min
Dimanche 16 novembre à 21h Cinémathèque québécoise

Notez qu’avant de devenir une figure de proue pour le cinéma contemporain, James Benning était d’abord professeur de mathématiques et semble avoir comme chiffre fétiche π. Dans un Grand opera 1978, par exemple, il reprend des séquences de son film précédent One way boogie woogie, mais en le coupant au montage selon les décimales de Pi – réf. jonathanrosenbaum.net et lire La poésie des nombres de Daniel Mamet.  Le film de James Benning, présenté cette année aux RIDM, a été filmé au Musée d’Histoire Naturelle de Vienne qui existe depuis 125 ans, en mettant l’accent sur les collections de biologie, géologie et certaines parties du musée interdites au public. Natural history est aussi fidèle au chiffre  Pi  à 26 décimales, chacune correspondant à la durée des différentes scènes.

Les RIDM présentent également une section Restrospectives- Les hommes et les bêtes, allant de documentaires des années 30 du monde animal dans toute sa splendeur par Jean Palvé jusqu’à Wild boar de Willem Baptist filmant l’agressivité entre humains et animaux. On y projettera aussi, les grands classiques tels que Le griffe et la dent 1976 et Microcosmos 1995 ainsi que A comme animal  1996 de l’abécédaire du philosophe Gilles Deleuze.

 

Autres suggestions sur ce site de films dans le cadre des
Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal – RIDM du 12 au 23 novembre.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :