Skip to content

Art Brut – Collections de Stadshof et Bruno Decharme

12/12/2014

Art Brut à Paris 2014

Sous le vent de l’Art Brut/2 : Collection de Stadshof  jusqu’au 4 janvier
À la Halle Saint Pierre – 2 rue Ronsard 75018 Paris
Séminaire mensuel avec Jean-Pierre Klein
pionnier de l’art-thérapie et un invité.
Revue de Presse

Art Brut / Collection ABCD de Bruno Decharme jusqu’au 18 janvier
À la Maison Rouge – 10 Boulevard de la bastille  75012 Paris
Séminaire «Parler de l’art brut aujourd’hui»
Jeudis 8 et 15 janvier à 19h
Dossier de Presse

 

Comment définir l’art brut ? Est-ce de l’art naïf ? De l’art populaire ? Certainement pas l’art des fous ! Mais, comme dirait Antoine de Galbert, c’est plutôt un symbole de Liberté que tout artiste aspire à atteindre pour pouvoir créer. Bien avant l’utilisation de ce terme en 1945 par Jean DuBuffet, plusieurs psychiatres publient des ouvrages sur les artistes-patients à commencer par Pinel (1801) suivie par John Haslam (1810), Benjamin Rush (1812), A.F. Browne (1837), Cesare Lombroso (1877). C’est par contre avec le psychiatre Paul Meunier alias Marcel Réja, que l’on observe une certaine sensibilité esthétique (1907), puis évidemment Walter Morgenthaler (1921) qui met en valeur des œuvres d’Adolf Wolfie et de même pour Hans Prinzhorn (1922) auteur de Bildnerei der Geisteskranken ou Expressions de la Folie, dont la collection comprenant plus de 5 000 œuvres se trouve à l’hôpital psychiatrique de l’Université de Heidelberg. On reconnait alors le talent de ces patients et considère leurs tableaux, dessins, sculptures, etc. comme des œuvres d’art à part entière ! Pour plus d’informations, lire l’article d’Allan Beveridge dans J Soc Med. Nov 2001; 94(11): 595–599 et SAGAN Olivia (2015). Narratives of Art Practice and Mental Wellbeing: Reparation and connection, éditions Routledge, 178 p.

B. Jonkers et W. Von Genk Coll. De Stadshof
Gravure de Bertus Jonkers et Project Asberry II de Willem Van Genk – Collection De Stadshof

Profitez des deux expositions en cours d’Art Brut à Paris, pour découvrir un large éventail d’artistes considérés marginaux et qui malheureusement, pour la plupart d’entre eux, ont vécus trop longtemps dans l’ombre. La Halle Saint Pierre vous offre un échantillon de la Collection néerlandaise De Stadshof qui a été transféré depuis une douzaine d’années au Musée Dr.Guislain à Gand en Belgique. Parmi les 41 artistes à la Halle, certains utilisent du sang (Michel Nedjar), des pigments de plantes (Jon Serl), des fils électriques et ampoules pour construire un scorpion (Markus Meurer) ou d’autres, tout ce qui leur tombent sous les mains comme Bertus Jonkers (1920-2001) – peintre, photographe, sculpteur, écrivain et fort attachant Homo ludens. Vous pouvez également suivre le blogue Poignard subtil de l’artiste Bruno Montpied.

Lubos Plny Coll. de Bruno Decharme
Lubos Plny – Collection de Bruno Decharme

La Maison Rouge vous propose quant à elle, une partie de la Collection de Bruno Decharme– fondateur de l’association ABCD pour Art Brut Connaissance & Diffusion, dans un parcours couvrant 12 thématiques dont le Chaos, les Chimères, le Langage, les Anarchitectures, les Cartographies mentales et les Hétérotropies scientifiques où frontières entre art & science n’existent plus. L’artiste tchèque Lubos Plny signant ses œuvres « Lubos Plny modèle académique » est un passionné d’anatomie et ses œuvres fourmillent de détails reproduits avec grande précision. En mémoire à ses défunts parents, il place respectivement leur cendre au centre d’un tableau dans un contenant transparent et retranscrit en spirale la date de chaque jour de leur vie de leur naissance à leur mort – images ci-dessus.

 

Art Brut à Gugging Coll. Decharme et Stadshof

La Collection de Bruno Decharme compte des œuvres d’au moins douze artistes de Gugging.
En voici 5 de gauche à droite : Rudolf Horacek, Johann Garber (collection De Stadshof), Philipp Shöpke, August Walla et Oswald Tschirtner que l’on suit au quotidien à la Maison d’artistes située à 20 km de Vienne dans le documentaire Gugging (1996) d’Anne-Marie Rocher et Richard-Max Tremblay,  primé comme Meilleure production vidéo de l’année aux Rendez-vous du cinéma québécois.

 

Lectures en lien
Livres sur l'Art Brut

Livres sur l'Art Brut

AZIMI Roxanna (2014). La folie de l’art brut, éditions Séguier, 176 p.

SAFAROVA Barbara (2014). Art brut – la collection abcd/Bruno Decharme, éd. Fage, 224 p.

THÉVOZ M., ZANZI A. et al. (2013). Véhicules – la série Art brut, éd. 5 continents, 168 p.

Coll. (2013). Outsider art from Japan, éditions W books, 144 p.

Coll. (2005). Écriture en délire, éditions 5 continents, 128 p. Incluant un texte de Dr. Jacqueline Poret-Forel médecin qui rédigea une thèse sur Aloïse et un autre du neuropsychiatre Guy Roux président de la Société Internationale de Psychopathologie de l’Expression et d’Art-thérapie à Paris. Voir aussi les publications de la SFPE-AT et de La SIPE.

Coll. (2014). Drawing autism, éditions Akashic books, 160 p.

Coll. (2014). Deleuze and the schizoanalysis of visual art, éditions Bloomsbury academic, 320 p.

« Tout savoir sur l’Art brut » Dossier dans Arts Magazine Septembre 2014 no.90 128 p.

 

Autres livres en référence sur ce site au billet du 09/10/2012 et sous ceux en lien avec
Les Impatients anciennement appelée Fondation pour l’art thérapeutique et l’art brut du Québec :
Les impatients 2014, 2013, 2012, 2011 Voir aussi le projet en collaboration avec Danse-cité
La trace des impatients de janvier à juin 2015 proposant des
ateliers de création chorégraphique.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :