Skip to content

Polymères

09/02/2015
tags:

Polymers by Adam Dickinson

DICKINSON Adam (2013). The polymers, éditions House of Anansi Press, 128  p. figure de la p.5

Le polytéréphtalate d’ethylène,  mieux connu sous l’abréviation PET ou PETE, est utilisé pour produire les bouteilles  de plastique recyclable de type  1. Par ailleurs sa récupération n’est que partielle et limitée. Sur les sites recyc-quebec.gouv.qc.ca et equiterre.org, vous trouverez des fiches sur l’impact environnemental de ces bouteilles qui nécessitent 30 g de PET pour chacune d’elle et 1000 années de décomposition. Par ailleurs, plusieurs pistes sont en développement pour faire face à ce problème, que ce soit de transformer le PET en papier minéral (infohightech.com 20/01/2015), en briques comme on le fait avec les sacs en plastique (unpeudecologiedanslenord.fr 1/02/2015) ou en le remplaçant complètement par du plastique végétal (lesechos.fr 14/01/2015). Voir aussi Plastic paradise d’Angela Sun et autres références sur ce site dans le billet FTA-2013.

Cups and knives and forks and spoons

[…]We drink in a new century
At the precise point
it make more sense
to ship alcohol in plastic bottles,
a decision that relieves us of forethought
when it comes to throwing up
or throwing at, […]

Our time is literal, not historical,
and we spend it on clique
tectonics and pigeonholes,
learning to fake our own deaths
in accumulated coffee cups
foaming the mouths of the penstocks
above the hydro dam. […]

The polymers d’Adam Dickinson
aux éditions House of Anansi Press p.87-88

Des molécules imaginaires se retrouvent également dans le recueil d’Adam Dickinson,  telles que le Dartetraiodoallwinene p.97 en partant de la molécule C3I4,  suite à une analyse de L’Origine des espèces de Darwin ou le Polyfederalsiloxane p.100 basé sur la Charte canadienne des droits et libertés tandis qu’à partir d’une section de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement il crée l’anagramme Coca-cola Dasani p.42. En anagramme aussi avec les lettres de Polyethylene terephtalate,  il compose Halter top p.9. Et comme tout bon scientifique qui se respecte, il explique à la fin du livre sa démarche pour chacun des textes dans la section Matériels et méthodes.

Adam Dickinson explique en entrevue, à Sina Queyras, les analogies entre le plastique et la littérature ainsi que les métaphores qu’il évoque et le rôle important que peut jouer l’Écopoésie dans notre société en citant aussi plusieurs auteurs de Poésie scientifique contemporaine.
En exergue pour The polymers, il choisit :

D’où un étonnement perpétuel, le songe de l’homme devant les proliférations de la matière,
devant les liaisons qu’il surprend entre le singulier de l’origine et le pluriel des effets.
Cet étonnement est d’ailleurs heureux, puisqu’à l’étendue des transformations,
l’homme mesure sa puissance, et que l’itinéraire même du plastique
lui donne l’euphorie d’un glissement prestigieux le long de la Nature.
Mythologies (1957) de Roland Barthes
éditions Points 1970 p.60 Le plastique

Adam Dickinson participera au colloque World of Matter : extractive ecologies and unceded terrains qui se tiendra cette année à Montréal du 19 au 21 février. Cet évènement débutera par une discussion sur l’écologie du pétrole et de l’eau avec l’artiste Ursula Biemann dont on a pu voir Deap Weather à la Biennale de Montréal – billet du 06/11/2014. Les auteurs des livres suivants feront également partie des invités de ce colloque rassemblant artistes, scientifiques et chercheurs.

World of Matter. Exposer l’écologie des ressources
Organisé par Michèle Thériault et Krista Lynes de l’Université Concordia
Galerie Leonard & Bina Ellen au 1400 boul. de Maisonneuve Ouest
Du 20 février au 18 avril

World of matter 2015

BOETZKES Amanda (2010). The ethics of earth art, éditions UPress Minesota, 284 p.

KOHN Eduardo (2013). How forests think – toward an antrhopology beyond the human,
éditions U California Press, 288 p.

BROWN Nicholas et KANOUSE Sarah (2015). Re-collecting Black Hawk – landscape, memory,
and power in the American Midwest
, éditions UPress Pittsburgh, 288 p.

DENEAULT Alain (2012). Paradis sous terre – comment le Canada est devenu la plaque tournante de l’industrie minière mondiale, éditions Écosociété 192 p. Auteur de Paradis fiscaux la filière canadienne – Prix Pierre-Vadeboncoeur 2014. En conférence également au
Cégep de Saint-Laurent le vendredi 25 fév. à 12h.

BOETZKES Amanda (2010). The ethics of earth art, éditions UPress Minesota, 284 p.

STARIOLESKI Nicole (2015). The undersea network, éditions Duke UPress, 312 p.

Ainsi que les revues suivantes

Networked cultures avril 2014 sous la dir. de Peter Mörtenböck and Helge Mooshammer.

Seachange journal 2013 incluant l’article Media for the anthropocene de Rafico Ruiz.

 

Autres poèmes scientifiques sur ce site dans la rubrique  » Poésie« .

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :