Skip to content

Remedios Varo et femmes au FIFA

08/03/2015

FIFA 2015Festival International
du Film sur l’Art –
FIFA

Du 19 au 29 mars
Programmation :
artfifa.com

 

En cette Journée internationale de la femme, qui a pour thème cette année : Autonomisation des femmes – Autonomisation de l’humanité : Imaginez ! Voici quelques films du FIFA qui dresse le portrait de femmes remarquables. Certains des documentaires présentent des duos féminins tels Callas vs Tebaldi de René-Jean Bouyer, Chanel vs Schiaparelli de Katia Chapoutier ou Dietrich vs Garbo de Marie-Christine Gambart. Katherine Hepburn et Rita Hayworth font partie des autres déesses au cœur de documentaires du festival. Dans la section Le temps retrouvé, Brigitte Kramer retrace la carrière et les voyages en Asie d’Ulrike Ottinger – réalisatrice, photographe et peintre dont le film Jeanne d’Arc de Mongolie a été prisé à Montréal en 1989. Vous pourrez voir aussi un film sur Niki de Saint-Phalle qui révèle son rêve d’architecte. Ci-dessous, plusieurs autres femmes, moins connues du grand public, ou peut-être oubliée… que vous pourrez découvrir dans cette 33e édition du Festival International du Film sur l’Art. Quant à Ultan Guifoyle, il nous présente dans Making space – 5 women changing the face of architecture, les cinq architectes que voici, qui ont fait leur marque et continueront de briller pour encore plusieurs années – source des photos d’Amici productions LLC sur kickstarter.com. Projections au FIFA: Sa 21 McCord 16h #30 et Sa 28 CCA 13h30 #135.

Autres suggestions sur ce site dans les prochains billets….

Film de Ultan Guifoyle_Architecture

Alice Walker de P.Parmar et poème

Femmes au FIFA 2015

Femmes au FIFA 2015 suite

Alice Walker : beauty in truth de Patribha Parmar États-Unis 84 min
Première femme afro-américaine à remporter le Pulitzer pour La couleur Pourpre 1982.
Sa 21 GB 21h #46 et Di 22 UC 13h30 #61

Dorothea Lange : grab a hunk of lightning de Dyanna Talyor États-Unis 87 min
Photographe connu pour The Migrant Mother – symbole de la Grande Dépression.
Sa 21 MBAM 21h #48, Lu 23 CQ 18h30 #80 et Sa 28 CQ 21h #161

Escape from Moominvalley de Charlotte Airas Fin-Dan-Suède 58 min
Portrait de Tove Jansson peintre, dessinatrice et créatrice du monde des Moomins.
Sa 21 GB 18h30 #37, Ve 27 GB 18h30 #123 et DI 29 UC 13h30 #173

Afternoon of faun : Tanaquil Le Clercq de Nancy Buirsky États-Unis 91 min
Ballerine étoile épouse de Balanchine invalidé par la poliomyélite à l’âge de 27 ans.
Di 22 PDA 18h30 #77 et Di 29 PDA 13h30 #174

Violette Leduc, la chasse à l’amour d’Esther Hoffenberg France 57 min
Romancière dont l’autobiographie La bâtarde 1964, est préfacée par Simone de Beauvoir.
Sa 21 UC 18h30 #42 et Ma 24 GB 18h30 #92

Le retour est le mouvement du Tao : Zhu Xia-Mei et les variations Goldberg de Michel Mollard France 52 min. Discussions philosophiques sur la musique et sur des œuvres qui sont des « montagnes de l’âme », avec l’une des plus grandes interprètes de Bach.
Sa 21 PDA 13h30 #23 et Ve 27 UQAM 21h #134

Jeanne Renaud, Rose-Marie Arbour. Le temps qui reste de Michel Côté Québec 90 min
Parcours d’une pionnière de danse moderne au Québec et d’une historienne de l’art.
Ve 20 PDA 18h30 #8 et Me 25 UQAM 18h30 #96

Rosalind Krauss, une moderniste, une vraie de Marianne Alphant et Pascale Bouhénic France
Critique et historienne de l’art, auteure de nombreux ouvrages dont celui à paraître Willem de Kooning Nonstop: Cherchez la femme aux éditions ChicagoPress.
Sa 21 MAC 21h #47, Je 26 MAC 18h30 #107 et Sa 28 PHI 18h30 #151

I am a creative animal de Barbara Seller Suisse 52 min
Portrait de la spectaculaire soprano et chef d’orchestre canadienne Barbara Hannigan.
Ma 24 PDA 18h30 #95 et Di 29 MBAM 16h #180

Remedios Varo, mystère et révélation de Tufic Makhlouf Akl Mex-Fr 64 min
Sa 21 GB 16h #27 et Ma 24 MBAM 13h30 #82

 

« Remedios Varo  nous a laissé une oeuvre peu abondante, mais baignée d’une rare poésie. Remedios a édifié un monde de symétries, d’analogies et de transparences ; il en jaillit une fontaine de musique secrète que nous entendons avec les yeux »  Octavio Paz

Remedios Varo

Coffret DVD du film et 2 peintures de Remedios Varo – Celestial pablum  et Créations of the birds

Fille d’ingénieur, Remedios Varo (1908-1963) est tout autant fascinée par les sciences que les scientifiques le sont pour elle, comme le rapporte le physicien Alan J.Friedman dans  Remedios Varo/Catalogue Raisonné 2002 aux éditions Era p.75-87. La peinture de Varo intitulée  Phénomène de l’apesanteur fut même choisie comme page couverture de la première édition du livre de Peter Bergmann servant d’introduction à la Théorie de la relativité – The riddle of gravitation 1968. Alan J.Friedman (décédé en mai  dernier et a qui l’on lui doit le succès du Hall of Science à New York et Einstein as myth and muse (1989) aux éditions Cambridge UPress, 240 p.) explique que dans cette œuvre, la duplication de la chambre est superposée à un angle de 30 degrés – angle utilisé normalement pour expliquer les transformations de Lorenz  d’un point dans l’espace-temps (réf. ANGIER Natalie (11 avril 2000). “Scientific Epiphanies Celebrated on Canvas,” NY Times). Alan J.Friedman poursuit ainsi ses observations, à travers 9 autres tableaux dont Celestial pablum 1958 qui représente pour lui l’illumination de la lune par le soleil; celui-ci formé il y a 5 milliards d’années à partir d’une fusion nucléaire de gaz primitifs et de poussières d’étoiles. Il termine avec Creation of the birds 1957 – plus d’informations dans le document ci-joint. Lire aussi GARCIA Catherine (2007). Remeios Varo, peintre surréaliste ?  Création au féminin : hybridations et métamorphoses, éditions L’Harmattan, 198 p.

 

Et plusieurs autres femmes sont à l’honneur au FIFA dans des courts métrages
Ex.  Louise Bourgeois, Kara Walker, Marie-Hélène Poitras
et une chorégraphie de Françoise Sullivan.

Suggestions de films en lien avec la musique, l’histoire, l’art et la science à venir….

2 commentaires leave one →
  1. Robert Richard permalink
    08/03/2015 12:21

    Et parlant de femmes de génie, je viens de découvrir — ai-je vécu jusqu’ici sous un galet? — une pianiste plus que géniale du nom de MARIA TIPO. J’ai été bouleversé à écouter les interprétations de cette femme sur YouTube: les transcriptions Bach-Busoni, son Scarlatti, son Chopin, son Mozart, etc. — tous des merveilles pianistiques.

    Maria Tipo est née à Naples le 23 décembre 1931. Elle a donc 83 ans. L’intelligence pianistique et musicale de cette femme éclate dans chaque note, dans chaque accord. Tout chez elle est ‘pensé’, ‘réfléchi’. On a l’impression qu’elle a réfléchi longuement sur chaque oeuvre avant de la jouer en public ou sur disque — comme un peintre peut réfléchir longuement devant sa toile avant de commencer.

    Puis, elle est douée d’une technique exceptionnelle, comparable à celle de pianistes comme Vladimir Horowitz (1903-1989) et Arturo Benedetti Michelangeli (1920-1995). Ce dernier, jamais tendre à l’égard de ses confrères, a tout de même soufflé ce nom: « Mais il y a Maria Tipo! » C’est ainsi que j’ai découvert cette pianiste, grâce à ce petit mot soufflé de Michelangeli. Ce « mais il y a ELLE » est très touchant — et très juste.

    Je la situe — c’est subjectif, bien entendu — au-dessus de MARTHA ARGARICH (née en 1941), cette dernière étant certes plus flamboyante, mais musicienne tout aussi géniale. Je mettrais Maria Tipo à égalité avec CLARA HASKIL (1895-1960) dont les interprétations des concertos de Mozart sont d’une profondeur inouïe. Le style de Haskil est très différents de celui de Tipo. Haskel est plus ‘intérieure’, quasi insondable, Tipo plus… plus quoi? Bon, les mots me manquent. Plus nervurée, plus… Non, les mots ne parviennent pas à capter le style de Tipo.

    Finalement, ce jeu des comparaisons a quelque chose de futile: ces femmes ne se comparent pas entre elles. Elles ont chacune un génie qui lui est propre, qui est spécifique, et qui est, dans le vrai sens de ce mot, ‘incommensurable’.

    Il faudrait que quelqu’un réalise des documentaires sur chacune de ces femmes pianistes prises individuellement.

  2. 17/03/2015 16:14

    Merci de nous faire découvrir ces virtuoses du piano.
    J’espère un jour voir sur scène Martha Argarich.
    Sur le site http://marthargerich.blogspot.ca/ on indique
    que ses prochains concerts se tiendront à Buenos Aires.

    Si je reviens au film sur Rémedios Varo….
    On entendra le galeriste Guillermo de Osma
    lire un extrait du poème Renaissance d’un volcan
    écrit par son mari de l’époque, « au rire inépuisable »,
    Benjamin Péret (1899-1959)

    […] Je vais du violet au rouge en avalant le bleu
    […] Le ciel angélique devient anarchiste […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :