Skip to content

Émergence de l’Homo photographicus

10/09/2015
tags:

Mois de la photo 2015

Biennale du Mois de la Photo de Montréal  2015

La Condition Post-Photographique
Commissaire: Joan Fontcuberta

Jusqu’au 11 octobre

 

 

La Biennale du Mois de la Photo de Montréal présentera diverses expositions à travers la ville et activités interactives pour tous les âges. Ingénieure de formation, l’artiste Isabelle Le Minh encadrera les jeunes participants à la création d’une fresque au fusain Sur les traces de nos empreintes, les 26 et 27 septembre à la SBC Galerie d’Art Contemporain du Belgo espace 507. Les parents pourront en profiter pour voir l’exposition Tous décavés de Le Minh qui porte sur les techniques d’identification biométriques et ancestrales; le titre fait référence aux abréviations de la fiche anthropométrique de l’oreille, instaurée par le criminologue Alphonse Bertillon (1853-1914) et décrite à la p.181 de PIAZZA Pierre (2011). Aux origines de la police scientifique – Alphonse Bertillon, précurseur de la science du crime aux éditions Karthala. Lire les réflexions éthique et juridique qu’a jadis suscitées cette technique dans « Le portrait-robot génétique : Bertillon en rêvait, la science l’a fait ! » sur le blogue d’E. Mercinier de rue 89. Vous pourrez également entendre Isabelle Le Minh s’entretenir avec le commissaire du Mois de la Photo au Musée de Beaux-Arts de Montréal, le dimanche 13 septembre à 13h30.

Commissaire invité cette année, Joan Fontcuberta est photographe, professeur et essayiste catalan qui a déjà publié de nombreux textes sur la condition post-photographique et l’émergence, comme il dit, de l’Homo photographicus, issu de la révolution numérique et de la sursaturation d’images. Comme on peut lire dans l’entrevue de Marie-Philippe Mercier Lambert avec Fontcuberta dans le magazine Artichautmag.com de l’UQAM 12/12/2014: «l’analphabète de demain ne sera pas celui qui ignore l’écriture, mais celui qui ignore la photographie » – László Moholy-Nagy. Joan Fontcuberta : stranger than fiction fut présenté cet hiver au Musée National des Média à Bradford aux R-U, tandis que le magazine Matador publiait en début d’année sa série Gastéropodes 2013, d’images détruites par des escargots. Ci-dessous des photos d’Herbarium, Fauna et Sirènes ayant en communs d’inciter le spectateur à l’observation, l’analyse et la critique scientifique.

Joan Foncuberta

http://www.sciencemuseum.org.uk/visitmuseum/plan_your_visit/exhibitions/joan_fontcuberta.aspx FONTCUBERTA Joan (2013). The photography of nature & the nature of photography, éditions Mack, 224 p. Hydropithecus of Cerro de San Vicente de la série Sirènes 2000 / Solenoglyph Polipodida de la série Fauna 1987 / Braohypoda Frustrata de la série Herbarium 1984
© Joan Fontcuberta

 

Lectures en liens

Coll. (2015). La condition post-photographique , éditions Kerber Verlag, 232 p. Dans le cadre du Mois de la Photo de Montréal et comprenant des textes de Joan Fontcuberta, Derrick de Kerckhove, Suzanne Paquet, Fred Ritchin et David Tomas.

Coll. (2013). From here on : Post photography in the age of internet and the mobile phone, éditions Mul et RM/ARTS Santa Monica, 136 p. Textes de Joan Fontcuberta, François Hébel, Clément Chéroux et Vincenç Altaio.

Photographie et société

FONTCUBERTA Joan (2013). Pandora’s camera – photogr@phy after photography, édit.Mack

CHÉROUX Clément et ZIEBINSKA-LEWANDOWSKA Karolina (2015).
Qu’est-ce que la photographie ? éditions Xavier Barral, 180 p.

Coll. ( 2014 ).The point of being, éditions Cambridge scholars, 364 p.
Sous la direction de Derrick de Kerckhove et Miranda de Almeida

PAQUET Susanne et MERCIER Guy (2013). Le paysage entre art et politique,
éditions Presses de l’Université Laval, 276 p.

TOMAS David (2013). Vertov, Snow, Farocki – machine vision and the posthuman,
éditions Bloomsbury academic, 304 p.

RITCHIN Fred (2013).  Bending the frame – photojournalism, documentary,
and the citizen
, éditions Aperture, 176 p.

 

La programmation complète, incluant aussi des visites guidées
et discussions avec les artistes sur le site http://www.moisdelaphoto.com.

Ne manquez pas non plus l’exposition de Patricia Piccinini à la Galerie de l’UQAM !
Pistes de réflexions sur l’éthique biomédicale et les relations entre humanité & animalité que soulèvent les vidéos et installations de Piccinini dans le carnet no.14 de la Galerie de l’UQAM rédigé par Ariane de Blois. Détails ci-dessous de l’Index des oeuvres de l’artiste – http://www.patriciapiccinini.net

http://www.patriciapiccinini.net

Voir sur ce site Drone : l’image automatisée – Mois de la photo 2013
Et le précédent billet sur le World Press Photo 2015 qui se poursuit jusqu’au 27 sept.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :