Skip to content

Musique et génie de l’Antiquité

10/04/2016
tags:

MusiqueetGenieAntiquePompeivilladeCiceronmusiciens
Les musiciens ambulants – mosaïque de Dioskuridès di Samo de la Villa de Cicéron
à Pompéi  au Musée national archéologique de Naples.

Musiques de l’antiquité grecque et romaine – Texte de présentation en hyperlien
Conférence présentée par François Filiatrault au MBAM pour la fondation Arte Musica

Qu’ont en commun syrinx, tympanum, tibia et fistula ? Parties anatomiques et anomalie d’une connexion entre deux organes dans le cas du dernier ? Exact ! Mais ce sont également des instruments de musique que François Filiatrault nous a décrits et fait écouter cette semaine lors de sa deuxième conférence dans le cadre de l’exposition Pompeii au Musée des beaux-arts de Montréal. Le public a eu une opportunité inouïe,  d’entendre un Chœur de l’Oreste d’Euripide dont la partition sur un papyrus d’Hermopolis date du IIe siècle avant J.-C. ou l’Épitaphe de Seikilos trouvée sur une colonette de marbre (ci-dessous) et qui est considérée comme la 1ère mélodie complète qu’il nous reste de la musique de l’Occident. Nous avons eu droit à une conférence résolument instructive sur cet univers musical pour lequel il existe si peu d’informations et encore moins d’archives sonores. On peut reconnaitre toutefois certains vestiges de cette musique antique dans les chants grégoriens, mais ce n’est que depuis une vingtaine d’années que plusieurs enregistrements ont été faits à partir de portions de papyrus retrouvés. La tâche la plus difficile étant le décodage de la partition pour ensuite remplir les espaces manquants du mieux que l’on peut.  François Filiatrault nous a fait entendre des enregistrements des ensembles De Organographia, Kérylos, Atrium de Madrid et Musica Romana. Les morceaux choisis furent jumelés à des œuvres aussi variées que des vases grecs, des monnaies, des mosaïques et des fresques splendides de Pompéi et d’Heraculum, toutes représentant des personnages faisant de la musique.

MusiqueAntiqueEpitapheSeikilos

Source de l’image : http://www.mfiles.co.uk/seikilos-epitaph.jpg

 

Ci-dessous un extrait de L’hymne au soleil de Mésomède de Crête, composé  environ en 130 après J.-C., où l’on entend l’hydraulis ou orgue hydraulique inventé par Ctésibios d’Alexandrie au IIIe siècle avant J.-C. et décrit dans le dernier tome du De Architectura de Vitruve. Ctésibios est un ingénieur qui inventa un grand nombre d’appareils hydrauliques et pneumatique tels que l’horloge hydraulique appelée clepsydre, les pistons, le monte-charge, etc. Sa première ébauche d’orgue consistait en un tube courbé, rattaché à un robinet émettant un son dès que l’on faisait couler l’eau. Maîtrisant le principe de la mécanique des fluides, il y rajouta ensuite un système de pistons. Le clavier comportait 24 touches, contrôlant chacun un clapet pour empêcher le retour de l’air dans les 24 tuyaux de longueur variables. Héron d’Alexandrie perfectionna ensuite l’instrument et un siècle plus tard l’alimentation en eau des orgues sera remplacée par des soufflets manuels les rendant ainsi plus portatifs. Vous trouverez une plus longue description de l’évolution de l’orgue hydraulique dans le chapitre II de De l’orgue quantique au cosmos médiéval – L’orgue cosmique de la mécanique céleste à la mécanique cantique 2012 par Dominique Proust aux éditions Hermann p.35-43 (lire aussi Orgue & Astronomie) et sur le site du Musée des technologies des Grecs de l’antiquité. Philippe Fleury de l’Université de Caen précise dans un fascicule ci-joint que c’est un instrument « pneumatique dans lequel le liquide ne joue que le rôle de régulateur de pression ».

Que fassent silence l’azur tout entier, la terre, la mer et les vents, les montagnes,
que le Tempè* se taise, la musique et le chant des oiseaux; car il va venir vers nous, […]
Tandis que, pour toi, le chœur serein des astres danse auprès de l’Olympe souverain,
entonnant sans cesse un chant élancé, quotidien dans les volutes de sa blanche lignée;
et, de ton côté, ton esprit généreux resplendit, faisant tournoyer l’univers chamarré.

Hymne au Soleil de Mésomède de Crête (IIe siècle)

*La vallée de Tempè, creusée par le fleuve Pénée située entre le mont Olympe et le mont Ossa.
Voici aussi l’Hymne à la muse de Mésomède de Crête par Atrium Musicae de Madrid:

Compte rendu sur ce site des conférences antérieures 2011-2016 par François Filiatrault incluant Portraits masculins du Musée en musique avec l’image d’un papyrus d’Oxyrhynque, Portraits féminins du Musée en musique avec un buste d’Aphrodite jouant des crotales, et Les destins d’Orphée avec tableau d’Apollon et ses 9 muses.

Lectures en lien, et par la même occasion, quelques ouvrages sur la médecine de l’époque:

MusiqueAntiqueLivres
(Notez que la tibia, la crotala et le tympanum sont les instruments des Musiciens ambulants à la Une.)

Site Kerylos d’Annie Belis – spécialiste de la musique de l’Antiquité grecque et romaine.   

HAGEL Stefan (2010). Ancient Greek Music – a new technical history, PU Cambridge, 506 p.

GULGONEN Séline (2010). Des lyres et cithares, musique et musiciens de l’antiquité,
éditions Les Belles-Lettres, 300 p. précédé d’un entretien avec Annie Bélis.

PÉCHÉ Valérie et VENDRIES Christophe (2001). Musique et spectacles dans la Rome antique et dans l’Occident romain, éditions Actes Sud, 120 p.

Coll. (2001). Chanter les dieux. Musique et religion dans l’Antiquité grecque et romaine
Actes du colloque des 16-18 décembre 1999 à Rennes et Lorient. PU Rennes, 358 p.

DELAVAUX-ROUX Marie-Hélène (2011). Musiques et danses dans l’Antiquité, Rennes, 324 p.

Coll. (2006). Musique & Antiquité, Actes 25-26 oct. 2004 à Amiens, Belles-Lettres, 316 p.

MedecineAntiqueLivres

WALSHE M.Thomas (2016). Neurological Concepts in Ancient Greek Medicine, Oxford, 224 p.

Coll. (2015). Homo Patiens: Approaches to the Patient in the Ancient World, éd. Brill, 548 p.
Sous la direction de Georgia Petridou et Chiara Thumiger.

HOLMES Brooke (2012).  The Symptom and the Subject : The emergence of the physical body in ancient Greece, Princeton UPress, 384 p.

Coll. (2013). La coupe d’Hygie : médecine et chimie dans l’Antiquité, éditions
Universitaires de Dijon, 130 p. Sous la direction de Muriel Pardon-Labonnelie.

Revue électronique Clystère – spécial 5 ans no.50 Mai 2016 Médecine antique.
Autres suggestions sur le blogue Historiens de la Santé d’Alexandre Klein.

L’exposition Pompeii au Musée des beaux-arts de Montréal se poursuit jusqu’au 5 sept.
Lire partie II La musique à Naples au temps de la découverte de Pompéi et partie I,
résumant les tests d’ADN et CAT- scan sur des moulages des victimes ainsi que l’article
d’aujourd’hui Le mont Somma-Vésuve en 79  sur le blogue Eau, Terre, Feu et Air.

One Comment leave one →
  1. 10/04/2016 21:10

    A reblogué ceci sur tibaert.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :