Skip to content

Exposition Automata

04/06/2016
tags:

Automata_PascalHaudressy_livre

Automata_Laric_Tresset_Caldwell_UjooLimHeeYoung

Pascal Haudressy aux éditions Skira, 80 p.
The hunter and the dog d’Olivier Laric (Fr)/ 5RNP Étude humaine #1 de Patrick Tresset (Fr)/
Compound eyes de Graham Caldwell (É.-U.) et Machine with hair caught in it
de U_Joo et LimheeYoung (Corée du Sud)

Exposition Automata : L’art fait par les machines pour les machines
Galerie Arsenal au 2020 rue William du 3 juin au 3 juillet

La Biennale Internationale d’Art Numérique (BIAN) s’est ouverte hier soir sur le beat d’Inferno, une performance robotique de Bill Vorn et Louis-Philippe Demers. Artistes de l’automation et spécialistes de l’ontologie et de la techno-esthétique du Cyberart, qui s’inspirent ici de l’œuvre de Dante; les participants arborent un exosquelette qui limite et induit leurs déplacements,  suscitant ainsi une réflexion sur le transhumanisme (références ci-dessous) et du concept de singularité véhiculé par Ray Kurzweil (réf. au billet du 23/5/2016). Le bâtiment de l’Arsenal, construit en 1853 pour fabriquer des bateaux à vapeur et comprenant aujourd’hui la Galerie Division est le lieu tout indiqué pour accueillir  une quarantaine d’artistes internationaux du BIAN alliant art, technologie et numérique.  Plusieurs oeuvres cinétiques ont attiré l’attention des visiteurs, telles que les installations zen – Moving objects no. 1703-1750 et 1415-1702 de Pe Lang (Suisse) ainsi que Full Turn de Benjamin Muzzin (Suisse) et Machine with hair caught in it de U_Joo et LimheeYoung (Corée du Sud) ci-haut.
Pascal Haudressy quant à lui, pousse à bout la programmation au point de profiter de l’esthétisme de la défaillance électronique. Par ce type de Glitch Art, l’artiste aux origines ouzbek, séduit les visiteurs agglomérés autour des pulsations d’un cœur illuminé en rouge faisant partie d’un triptyque avec cerveau (bleu) et poumons (vert) de la série somewhere we will meet again 2009. Il transpose également via des algorithmes des classiques de Caravage. À l’ère Narcisse 2.0 de selfies et snapchat, son double Narcisse 2015 en boucle numérique est un incontournable. Dossier de l’artiste avec textes de David Rosenberg et entrevue avec l’artiste par R.Punj sur Artdependence.com 18/11/2015. L’inauguration officielle de son œuvre primée If , d’après L’arbre aux corbeaux de Caspar David Friedrich, se tiendra officiellement le 10 juillet à la Cité Internationale de la tapisserie d’Aubusson.

Pour en savoir plus sur Pascal Haudressy, lire la monographie 2011 aux éditions Skira :
«Virus, clonage, nanotechnologies, robotique, réalité virtuelle : les mutations du réel et la pluralité
des expériences qui en découlent constituent le point nodal de la réflexion et de la pratique
artistique de Pascal Haudressy.[…] À son sujet, Pierre Sterckx écrit : «Pascal Haudressy
expérimente un espace-temps qui me fait songer à la récente «Théorie des Cordes»».

 

LivresTranshumanisme

Publications récentes sur le transhumanisme

ROUX Marc et COEURNELLE Didier (2016). Technoprog : La contre-culture
transhumaniste qui améliore l’espèce humaine
, éditions FYP 224 p.

LE DÉVÉDEC Nicolas (2015). La société de l’amélioration – La perfectibilité humaine des Lumières au transhumanisme, éd. Liber, 268 p. lire l’article de M.Bilodeau sur le site de l’ACFAS.

FERRY Luc (2016). La révolution transhumaniste – comment la technomédecine
et l’uberisation du monde vont bouleverser nos vies
, éditions Plon, 216 p.

JOUSSET-COUTURIER Béatrice (2016). Le transhumanisme
faut-il avoir peur de l’avenir ?
éditions Eyrolles, 188 p. avec préface de Luc Ferry.

KOEST Pierre (2015). Aux frontières de l’humain – essai sur le transhumanisme,
éditions de L’Harmattan, 186 p.

DAMOUR Franck (2015). La tentation transhumaniste, éditions Salvator, 158 p.

Lestransformables_expo

Voir aussi sur ce site la section Philosophie & Éthique de la rubrique « Livres »
dans chacune des listes de 2005-2015 et visiter le Eastern Bloc au 7240 rue Clark
pour l’exposition Les transformables V.102 jusqu’au 12 juin.

One Comment leave one →
  1. 09/06/2016 10:54

    Ne manquez pas non plus d’observer les photomosaïques de Paolo Almario chargé de cours à l’UQAC. Dans son projet Dyforme, les portraits d’éminents savants et chercheurs ayant marqués l’Histoire de la technologie moderne sont programmés à se démanteler. Du XIXe siècle – Ada Lovelace et Charles Babbage; Du XXe siècle – Vannevar Bush, Grace Hooper et John Von Neumann; Et encore actifs aujourd’hui – Adele Goldberg, Elon Musk et Ray Kurzweil.
    Lire le texte de Paul Kawczak sur http://paolo.almario.ca/portfolio/dyforme/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :