Aller au contenu principal

Salon d’Automne du Sursock

20/01/2019

Voir le précédent billet sur le Musée Sursock

Le Salon d’Automne est une tradition du Musée Sursock. Il remet, depuis son ouverture en 1961, des  prix visant à donner de la visibilité à des artistes du Liban et encourager des artistes émergents. Pour ceux qui auraient manqué l’événement, qui s’est poursuivie cette année jusqu’en janvier,  voici quelques œuvres en lien avec la nature & l’environnement et un extrait de la déclaration du jury de l’année 2018 :

« […] The jury noted a significant number of works that dealt with the traces of the temporal processes of decay and disintegration; these works were not satisfied with merely documenting or criticizing the polluted conditions in which we live but instead intentionally exposed themselves to these conditions, exploring their effects through sophisticated protocols. In these works, paint drips, pigments transform, moss and rust cover their surfaces as they react to a polluted environment. […] »

1re rangée : Last year’s snow (on going) de Ieva Saudargaité Douaihi et Mistatement o the Libanus-circumscribed disorders 2018 de Tarek Mourad   2e rangée : The river 2018 de Lara Tabet – Prix du Musée Sursock et Revisiting : Hold your breath de Nour Sokhon – Prix d’artiste émergent.

La pollution et la gestion des déchets au Liban sont des thèmes qui ont été abordés par plusieurs artistes de cette 33e édition du Salon d’Automne au Musée Sursock. Les visiteurs resteront consternés par la vidéo Dreamland de Fadi Mansour filmant les camions de Bourj Hammoud déversant des tonnes de déchets directement dans la mer méditerranée sans aucun triage, suite à la fermeture du site d’enfouissement de Naameh. Architecte de formation, Fadi Mansour, explique plus en détail ce drame écologique dans « From trash dump to dreamland – solid waste machine : an entangled history of toxicity  and capital »publié dans les actes du colloque Places that remain qui s’est tenue en mars dernier à l’Université Américaine de Beyrouth.

Dans le même esprit, Ieva Saudargaitè Douaihi – architecte également, nous expose  la pollution, saleté et détritus humains laissés après la fonte des neiges au Mont-Liban. Depuis 2015, elle prend systématiquement en photo, le terrain et constate que d’année en année la neige blanche, autrefois immaculée se retrouve de plus en plus souillée. Elle transpose ensuite ses photos sur un matériel qui se décompose avec le temps tel que la glace, la cire et ci-dessus de la calcite et du sel.  

La rivière à Beyrouth n’est malheureusement pas épargnée, comme le montre cette vidéo dans le libnanews de septembre dernier qui cite que d’après le Human Rights Watch, l’implantation d’incinérateur ne réglera pas pour autant la crise de santé publique qui ravage le pays depuis 2015. Médecin, microbiologiste et photographe,  Lara Tabet met toutes ses fonctions à son service pour une création Bio-Art qui lui a valu le Prix du Musée Sursock. Elle utilise les bactéries de la rivière comme médium artistique créant ainsi un regard plus diagnostique sur ce cours d’eau. À partir de plusieurs échantillons d’eau de la rivière, elle isole les colonies sur des plaques de Pétri ; inocule ces bactéries sur une pellicule de 120 mm; scan le résultat de la décomposition physico-chimique provoquée par les bactéries et la lumière  puis l’imprime en grand format sur du textile ; résultat : une tapisserie de chimigramme bactérien absolument mirifique ! Pour en savoir plus sur le chimigramme, consultez le site de Pierre Cordier qui a inventé le terme et qui a produit un grand nombre d’œuvres. Vous pouvez voir d’autres photographies de Lara Tabet à la Galerie Janine Rubeiz  jusqu’au 20 février. 

Le milieu aquatique est également au cœur du projet de Nour Sokhon, récipiendaire du Prix des jeunes talents du Salon d’Automne du Musée Sursock« We are water, hence we must not destroy ourselves by contaminating our waters » dit-elle en parlant de Revisiting : Hold your breath qui fut projetée au musée. Bien qu’avec cette vidéo, elle déplore la pollution sonore dans le monde marin, Nour Sokhon met aussi en valeur les effets bénéfiques du son & de la musique dans son documentaire People on sound.  Artiste multidisciplinaire, spécialisée en art sonore & performances, elle se fait un devoir de stimuler les sens à l’intérieur d’un univers immersif qu’elle instaure, peu importe le médium exploité. Vous pouvez visionner ses  créations sur son site noursokhon.com.

Tarek Mourad touche quant à lui à un constat en sociologie de la santé, voire la progression des maladies mentales partout dans le monde comme en témoigne ces statistiques de 2017  de consommation de psychotropes sur fr.statista.com. Entre deux couches de plexiglas, Tarek Mourad expose une série de 7 simili-photomicrographies auxquelles il attribue de manière aléatoire des noms fictifs d’affections imaginaires ex. Clepto-Angustia neuropatia, Biopinary Disorder, Pseudo-purus Dementia ou Pecunia-Alienus Cogito Syndrome ci-dessus. Pour les Misstatement o the Libanus-circumscribed disorders de Tarek Mourad, il n’existeaucun traitement, sauf une certaine amélioration après un exil de 18 mois. Lire aussi La psychiatrie au Liban – une histoire et un regard de Sami Richa aux éditions Deghma 2015, 318 p. que résume M.Khoury sur le site aldep.com.

Voici d’autres lauréats du Salon de l’Automne au Musée Sursock : Détails de Maria Kassab – Prix du Public, Hala Ezzeddine – Prix  des jeunes talents, et des Mentions spéciales du jury ont été attribués à Balsam Abo Zour et Alain Vassoyan.

Expositions en cours au Musée Sursock à Beyrouth

10 Stories from the Sursock Museum Collection – voir le billet précédent
Gregory Buchakjian : Abandoned dwellings. Display of systems jusqu’au 11 février
Small street trades – a selection of images from The Fouad Debbas Collection 11/2/2019

Laure et Mazen : Correspondance(s) du 31 janvier au 26 août

Et notez Adagio: Notes on an Aging Body qui se tiendra le 24 janvier
Discussions avec Petra Serhal et la chorégraphe Salwa Aoun El Khatib.

One Comment leave one →
  1. Carole Lachance permalink
    20/01/2019 11:25

    Bonjour Linda,

    Beaucoup de travail pour toi mais combien intéressant pour nous!

    Merci!

    Carole

    Envoyé de mon iPhone

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :