Aller au contenu principal

Foire 1-54 de Marrakech

17/02/2019

Foire d’art contemporain africain 1-54 de Marrakech du 21 au 24 février

La foire d’art contemporain africain 1-54 fait référence aux 54 pays du continent. Fondé en 2013 par Touria El Glaoui, c’est à Londres qu’a débuté ce rendez-vous de collectionneurs d’art, puis New-York à partir de 2015 et Marrakech depuis l’année dernière. Dans une conférence TedX, Touria El Glaoui souligne le rôle de l’art comme outil de mémoire, d’identité, de réflexion et de déclencheur de changement à travers des œuvres de divers artistes dont Omar Victor Diop et Hassan Hajjaj tous deux présent cette année à la foire. Commissaire de cette 2e édition à Marrakech de 1-54, l’historienne de l’art Karima Boudou s’est inspiré du trompettiste jazz, peintre surréaliste et poète Ted Joans (1928-2003). Son poème I too at the beginning  fait mention de la Beat Generation et de son ami Charlie Parker, quant à son recueil Our thang 2001, il est illustré par son épouse Laura Corsiglia. La programmation du Forum 1.54  inclura d’ailleurs des films & discussions autour de Ted Joans avec Karima Boudou (22/2 18h à l’ESAV),  Joanna Pawlick (23/2 12h30 à La Mamounia) ainsi que Soukaina Aboulaoula et Yvon Langué du Collectif Untitled (24/2 19h30 au Le 18).

I am the early Black Beat / I read with some of the / Best Beat minds /
When the Apple was Beat Generating / I lived in Greenwich Village /
I was there / Where I read poems and painted poetry / Whilst worthy constituents /
Dwelled elsewhere / It was me myself and I / Who created the original / “BIRD LIVES” […]
I too at the beginning de Ted Joans

Vous pourrez découvrir plus de 65 artistes, plusieurs dénonçant des inégalités sociales dont Aboudia, Nú Barreto, Ibrahim El-Salahi, William Kentridge, Carla Busuttil et Pieter Hugo (rappelons également sa série apocalyptique du site de déchets électroniques d’Aglogbloshie au Ghana) pour ne nommer qu’eux… D’autres s’impliquant au quotidien dans des causes environnementales tels Hassan Darsi avec son projet de réhabilitation du Parc de l’Hermitage et plus récemment la  protection de la forêt de Benslimane afin d’éviter l’exploitation de carrières dans cette région ou Abdoulaye Konaté qui révèle en entrevue l’importance du respect de l’environnement et de la transmission des savoirs traditionnels; Lors de son exposition majeure Useful dreams à Berlin, le public a pu revoir sa Lutte contre HIV 1995. Les soins et la guérison sont des thèmes qu’aborde Soly Cissé qui s’est fait amputer une jambe il y a quelques années et dont certaines œuvres rappellent Basquiat. Certains artistes de la foire 1-54, représentent le corps humain dans tous ses états –   alvéolé par Ghizlane Sahli, cicatrisé par Joana Choumali ou fragmenté par Marcia Kure qui est une des six artistes ayant participé à l’exposition Body Talk: Feminism, Sexuality and the Body in the Work of Six African Women Artists tandis que Peju Alatise se porte à la défense des jeunes filles pour abolir le mariage de mineures avec la campagne Child not bride au Nigeria et voir aussi Go Girls ! de l’Unicef.

Études pour The head & the load (twelve birds) 2018 de William Kentridge
et Encyclopedisme 2018 de Farah Khelil – source des photos 1-54.com/marrakech

Notez que les artistes marocains sont bien représentés à la foire 1-54 de Marrakech,  que ce soit ceux exposés au MAACAL – Musée d’Art Africain Al Maaden, à La Mamounia ou dans les galeries du quartier Guéliz ex. de gauche à droite sur l’image du haut: Hicham Benohoud, Najia Mehadji, Abdelmalek Berhiss, Regragui Bouslai, Fatiha Zemmouri, Mohamed Lekleti, Safaa Erruas, Nabil El Makhloufi, Mounir Fatmi, Ghizlane Sahli, Ali Maimoun, Mahi Binebine & Hassan Darsi. Pour terminer,  voici la liste des 18 Galeries participantes, dont L’Atelier 21 et la Loft Art Gallery de Casablanca et la Galerie SINIYA28 de Marrakech. Voir aussi les Projets Spéciaux dans la région de Marrakech, incluant l’exposition Poésies Africaines avec des œuvres de Mohammed Kacimi, Mustapha Akrim, Mohamed Arejdal,  Youness Atbane,  Hassan Bourkia , Larbi Cherkaoui, Simohammed Fettaka et Khalil Nemmaoui au Comptoir des Mines Galerie.

2 commentaires leave one →
  1. Pierre-Jean Bégin permalink
    17/02/2019 16:57

    J’ouvre une galerie d’art à Saly au Sénégal, je vous y invite.

    • 17/02/2019 17:19

      Ah oui ? Je rêve d’aller un jour à la Biennale de Dakar ! Nous ferons un détour vers Saly avec grand plaisir…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :