Aller au contenu principal

Musée de la pharmacie

11/01/2022

Musée de la pharmacie à Lisbonne

Le musée de la pharmacie de Lisbonne surprendra bien des visiteurs par sa riche collection couvrant 5000 ans d’histoire sur la santé, les médicaments et les rituels de diverses civilisations. Le site web et le livre ci-dessus complètent le parcours qui est absolument bien documenté. Pour nous mettre dans l’ambiance de l’époque, le musée a également reconstitué une pharmacie du XVIIe siècle de Manuel Rodrigues Barbosa au Monastère Paço de Sousa et deux pharmacies du XIXe siècle, celle de Pacheco Pereira avec des flocons en verre de produits pharmaceutiques d’Emilio Fragoso tels que les sels de fruits et la pharmacie Libérale fondée en 1890 avec des armoires aux motifs de décoration mauresque. Cette dernière, était dirigée par Adolfo Texeira et on y retrouvait des pots de l’usine de Sacavam avec le symbole des trois règnes de la nature – le palmier (végétal), le serpent (animal) et les rochers (minéral) qui devient ensuite l’emblème des pharmaciens pour ensuite ne garder que le serpent autour de la coupe d’Hygie comme caducée. Le musée de la pharmacie de Porto qui a ouvert ses portes en 2010, est quant à lui doté d’une pharmacie islamique d’un palais de Damas où se sont tenu des débats scientifiques de grands maitres tels que le célèbre Ibn Sina mieux connu sous le nom d’Avicenne et dont la thèse de S. Ayari de 2020 analyse la pharmacologie de son Canon de la médecine, également Abbâs al Majusi auteur d’un livre médical traduit en latin sous le titre de Pantegni et Ibn al Baytar a qui l’on doit une pharmacopée répertoriant 1400 plantes et une encyclopédie de la médecine islamique incorporant elle aussi l’usage des plantes pour guérir diverses maladies.

Ci-haut, en page couverture du catalogue du musée disponible également en anglais, une coupe et pierre de Goa du XVIIe siècle. Goa est un état en Inde qui fut une colonie portugaise de 1510 à 1961. Ce sont les jésuites de la région, suivit des frères capucins, qui ont exportés des bézoards artificiels en ventant leurs vertus médicinales. En médecine, les bézoards sont des amas compacts, souvent dans l’estomac, de substances non digérées qui avaient au moyen âge la réputation d’ « expulser le poison » comme son nom en farsi l’indique. Selon le savant Al Biruni les propriétés d’antidote s’expliqueraient par le fait que les chèvres, d’où provenait les bézoard, auraient consommé des serpents et ainsi développées une immunité contre son poison mais dans l’article de E. Hollen dans futura-sciences.com on apprend que d’après les recherches du minéralogiste René van Tassel, tous les bézoards de la collection d’Henri van Heurck, seraient composés d’un polyphénol antioxydant pouvant lui procurer des effets anti-âge.  

Outre les magnifiques objets, vases, instruments, affiches, etc. que vous pouvez voir dans la vidéo ci-bas, on y décrit aussi les avancées scientifiques en matières pharmaceutiques du XXe siècle et son expansion dans l’espace.  Le parcours du musée de pharmacologie de Lisbonne, se termine avec un hommage à Odette Santos-Ferreira (1925-2018) pour le rôle important qu’elle a joué à l’identification d’un deuxième type de virus d’immunodéficience humaine VIH-2 dans les laboratoires de l’Institut Pasteur à partir d’échantillons du Guinée-Bissau et du Cap-vert. Au Portugal, elle a également été à la tête du Comité nationale de la lutte contre le Sida et a mis sur pieds un programme pour la prévention de la transmission du HIV via les syringes contaminées.

Voici quelques autres objets de la collection du Musée de la pharmacie de Lisbonne:
1. Livre creux du XVIIe siècle servant à cacher poisons et antidotes / 2. Détails d’un panneau en bois sculpté du XVIe siècle représentant les frères jumeaux Saint-Damien patron des pharmaciens et Saint-Côme celui des médecins – voir les versions de plusieurs artistes allant de Fra Angelico à Mounir Fatmi sur le blogue Arts & Sciences /  3.  Nkisi Nkondi du Congo utilisé comme objet fétiche pour des rituels sacrés dans lequel ont caché des médicaments dans le creux de l’abdomen que l’on recouvrait de miroirs / 4. Figurine d’acupuncture utilisée pour enseigner les méridiens selon la médecine traditionnelle chinoise / 5. Albarelle en faïence de la fin du XVe siècle de la région de Sienne conçu pour contenir la Teriaga Magna soit de la thériaque appelée aussi à l’époque Triaca. Ce mélange, considéré comme une panacée, était composé de 87 plantes d’après une recette perfectionnée par Andromaque le médecin de Néron, dans laquelle il ajouta entre autres du venin de vipère et fier de sa concoction, il en fait des éloges dans un poème didactique de 174 vers élégiaques que Galien reprend dans son Antidote. Pour en savoir plus lire La thériaque – histoire d’un remède millénaire aux éditions Belles Lettres 2020, 436 p. ou « The real Theriac – panacea, poisonous drug or quackery ? » dans le Journal of ethnopharmacology vol. 281 5/12/2021.

Notez que dans le cadre de la 1ère biennale de joaillerie contemporaine de Lisbonne, se poursuit en parallèle l’exposition Sueur froide. Jusqu’au 31 janvier, on retrouvera tout au long du parcours, des pièces faisant échos à la collection permanente du musée, fabriquées par des artistes contemporains tels que Valentim Quaresma, Christoph Zellewegger, Alberto Gordillo, Typhaine Le Monnier, Carla Castiajo, Agniezka Knap, Kukas, etc.

Vous devriez terminer la visite avec un repas ou un apéro au restaurant Pharmacia du musée avec vue sur le Tage du mirador de Santa Catarina, relire les précédents billets sur Lisbonne et vous procurer le Dictionnaire Insolite de Lisbonne de Camille de la Rochère aux éditions Cosmopole 2015, 160 p.

Expositions et événements en cours à Lisbonne

A glance at the concept of eternity au Musée Calouste-Gulbenkian jusqu’au 22 mars

Cisnografia comprenant des solos de 3 minutes par 13 chorégraphes sous la direction de Luiz Antunes et André Mendes au Museu Nacional Arte Antiga jusqu’au 27 février

Just my imagination de Zanele Muholi et Ayugo Kingsley au Hangar jusqu’au 22 janvier

One Comment leave one →
  1. Elise L-Joubert permalink
    11/01/2022 17:17

    Quelles intéressantes informations! Super! Merci Linda

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :