Aller au contenu principal

Musée de la BD 1/2

07/04/2022

Centre belge de la bande dessinée par Pieter De Poortere (Dickie / Boerke)
et dossier pédagogique avec en page couverture un dessin de Philippe
Geluck (Le chat)

Musée de la BD à Bruxelles

Le centre belge de la bande dessinée est situé dans un magnifique édifice de style Art nouveau que le célèbre architecte Victor Horta (1861-1947) avait conçu en 1906 pour abriter les magasins Waucquez. Un large escalier avec une rampe ornée de fleuron et un lampadaire d’époque en fer et granite, sous une grande verrière forment le hall d’accueil de cet édifice entièrement rénové en 1989 par l’architecte & urbaniste Pierre Van Assche. Au rez-de chaussée, de ce que l’on appelle communément le musée de la BD, se trouve une librairie dans laquelle les amateurs de bande dessinée pourront y passer des heures et un café doté de la luminosité et des courbes propres à Victor Horta.  Notez que plusieurs immeubles de Horta font partie du patrimoine mondial de l’Unesco. Vous pouvez également visiter la maison dans laquelle il a habité dans le quartier Saint-Gilles ainsi que Le pavillon Horta au parc du Cinquantenaire avec un bas-relief de Jeff Lambeaux décrit dans le documentaire de Claude François – Le pavillon des douze.

Au premier étage du Centre belge de la BD, on vous présentera un aperçu succinct de l’histoire de la bande dessinée et de chaque étape du processus de création d’une BD. Deux autres espaces sont dédiés à Peyo (1928-1992) le père des Schtroumpfs ainsi qu’à Boerke ou Dickie de Pieter De Poortere. À vous maintenant, de les repérer sur l’affiche ci-haut ! Quant aux origines de la bande dessinée moderne, que plusieurs pays se disputent la paternité, on s’entend tous, qu’elles remontent à la préhistoire avec l’art pariétal suivie des fresques hiéroglyphiques de l’Égypte ancienne. Les vases antiques grecs, narratifs à partir du IXe siècle AEC et la colonne dorique de Trajan à Rome avec sa frise de 200 m de long et ses 2 570 personnages ainsi que la tapisserie de Bayeux de 70 m sur la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant regroupant 626 personnages sont d’autres exemples d’ancêtres de la bande dessinée. En Asie, autour du VIIIe siècle, ce seraient les rouleaux peints soit les emaki au Japon ou leurs précurseurs en Chine et en Corée. Dans ce bref parcours historique, on pourra voir un ancien modèle d’histoire découpée par cases, accompagnée d’une photo du manuscrit médiéval cistercien de la bible du XIIe siècle dit d’Étienne Harding. Sur cette séquence d’enluminure de 17 cases, on y voit le roi David qui se bat contre un lion, une autre contre Goliath et une du roi jouant de la harpe devant Saül qui s’apprête à le tuer. La bande dessinée gagne en popularité avec le développement des procédés de gravures, de lithographie et l’invention de l’imprimerie. L’Histoire de monsieur Jabot et Les amours de monsieur Vieux Bois par le suisse Rodolphe Töpffer (1799-1846) sont considérés comme étant les premiers albums de bande dessinée, imprimés en estampes selon un procédé de lithographie appelé l’autographie décrit sur topfferiana.fr d’après la thèse de doctorat de C. Filliot sous la direction de J.Dürrenmatt. Les journaux feront alors la place aux caricaturistes et bédéistes satiriques qui en profiteront pour aborder des sujets sociétaux & politiques comme le flamand Abraham Verhoeven (1575-1652), William Hogarth (1697-1764) en Angleterre ou Charles Fillipon (1800-1862) en France et dont on voit un aperçu des trois à l’exposition. Lire aussi Naissance de la bande dessinée « de William Hogarth à Winsor McCay en passant bien sûr par Töpffer, Cruikshank, Oberlander, Cham ou Gustave Doré » par Thierry Smolderen 2009 aux éditions Les Impressions nouvelles 2009, 144 p. Voir aussi le site phylacterium.fr sur ce l’origine de ce rouleau qui se défile et servant de bulle déjà au Moyen-Âge. Pour plus d’informations sur l’expositions permanente L’invention de la BD au Centre belge de la bande dessinée, consultez le dossier pédagogique de Jean Auquier et de Fanny Kerrien ainsi que les références ci-bas.

Bulletje & Bonestaak de George van Raemdonck – pionnier de la bd en Belgique
et autoportrait de l’artiste en 1917 pour le Amsterdammer

Au deuxième étage, dans une des trois expositions temporaires, les visiteurs pourront découvrir George Van Raemdonck (1888-1966), un pionnier de la bande dessinée en Belgique. Peintre, caricaturiste et illustrateur né Anvers,  il s’associe avec l’écrivain allemand Adrianus Michael De Jong pour la création d’une série de bande dessinée avec comme personnages deux jeunes garçons Bulletje & Bonestaak, traduit en français par Les aventures de Fil-de-fer et Boule-de-gomme. On apprend, qu’avec le dessinateur Liégois Georges Ista, vingt ans plus tôt, ils étaient parmi les rares à avoir un personnage récurrent et aussi qu’à la même époque, le peintre & graveur flamand Frans Masereel publia en France et en Allemagne, ce qu’on l’on appellerait aujourd’hui un roman graphique sans paroles; Et que les principaux dessinateurs flamands de bande dessinée qui succèderont à Van Raemdonck sont Willy Vandersteen (1913-1990) et Marc Sleen (1922-2016).

Autres expositions temporaires au Centre Belge de la Bande Dessinée
Blake et Mortimer – Le secret des espadons jusqu’au 1er avril
Bulles de Louvre jusqu’au 11 septembre et aperçu dans le prochain billet

Suggestions de lecture en lien avec l’histoire de la BD à travers le monde

PEETERS Benoit (2022). 3 minutes pour comprendre 50 moments clés de l’histoire de la bande dessinée, éditions Trédaniel, 162 p. Extrait disponible sur le site de l’éditeur.

SMOLDEREN Thierry (2009). Naissance de la bande dessinée de William Hogarth à Winsor McCay, éditions Les Impressions nouvelles 144 p.

GROENSTEEN Thierry (2017). La bande dessinée au tournant, Les Impressions nouvelles, 128 p.
Auteur également d’Un art en expansion – 10 chefs-d’œuvre de la BD moderne 2015,
 M. Töpffer invente la bande dessinée 2014 et plusieurs autres.

BELLEFROID Thierry (2015). L’âge d’or de la bande dessinée belge, Les impressions nouv., 96 p.

CASSIAU-HAURIE Christophe et MEUNIER Christophe (2010). Cinquante années de bandes dessinées en Afrique francophone, éditions Harmattan, 108 p. Du même auteur Histoire de la BD Congolaise et Histoire de la BD au Cameroun

DAUBER Jeremy (2021). American comics – A History, éditions Norton, 592 p.

KOYAMA-RICHARD Brigitte (2022). Mille ans de manga, Flammarion, 272 p.
man – dérisoire / ga – image

ALDAMA Luis Frederick et GONZALEZ Christopher (2022). Encyclopedia of World Comics
Manga, Anime, Tintin, and more from around the globe,
éditions Greenwich 807 p.

PAQUES Frédérick (2011). Avant Hergé – Étude des premières apparitions de bande dessinée en Belgique francophone (1830-1914) [Thèse de doctorat, Université de Liège sous la direction de Jean-Patrick Duchesne]

Le site de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image à Angoûlème

Les femmes à l’honneur en BD aux éditions Calaméo

Voir aussi le musée Félicien Rops à Namur

 

Et sur ce site le billet sur le Musée de l’imprimerie à Lyon, la rubrique Science en images,
quelques BD scientifiques de 2014, 2015, 2016 et 2017
ainsi que les Sciences dans les albums de Tintin.

Aperçu de l’expo Bulles de Louvre dans le prochain billet….

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :