Skip to content

Les Impatients 2017

17/03/2017

LesImpatients2017_banderole

 

L’exposition Parle-moi d’amour des Impatients fête son 25e anniversaire au Musée d’Art Contemporain de Montréal. Vous avez jusqu’au 29 mars pour miser sur des œuvres
d’artistes-patients ou d’artistes professionnels.
Catalogue en ligne

 

 

LesImpatients2017_FontRacineTremblayViger
LesImpatients2017_DesrochersCEmanuelleLemyreLafontaine

Quelques exemples : Mercedes Font , Robert Racine, Richard-Max Tremblay, Louise Viger, Clémence Desrochers, Claude-Emmanuelle, Isabelle Lemyre et Lucie Lafontaine . Notez que le dernier volet du Cycle Lunaire de Rober Racine : « Là-haut, au loin, dans la nuit, la Terre brille
sur elle-même » est présenté aux Galeries Bellemare Lambert jusqu’au 15 avril.

 

 

 

LivresArtTherapie2017

Publications récentes en Art-thérapie:

DIKANN Alain (2017). La Land Art-Thérapie – c’est partie !, éditions Jouvence – numérique.
GUEST Jennifer (2017). The Art Activity book for psychotherapeutic work, éd. Kingsley, 128 p.
GARNER L.Rick (2016). Digital Art Therapy – material, methods,… UBC Press, 232 p.
HOROVITZ G.Ellen (2017). A guide to art therapy – materials, methods and applications, 184 p.
DUFFLOT Carol (2017). L’art-thérapie en soins palliatifs, éditions Érès, 200 p.
KAPITAN Lynn (2017 revue et augm.). Introduction to Art Therapy teaching, Routledge, 368 p.
DUBOIS Anne-Marie (2017). Art-thérapie – principes, méthodes et outils pratiques,
éditions Elsevier-Masson, 2e édition revue et augmentée.

Voir aussi Les Impatients 2016,  2015,  2014201320122011Impatiences musicale 4.2
Collection de l’Hôpital Sainte-Anne , Art Brut – collections de Stadshof & Decharme
Et le prochain billet annonçant un film de Gaëtan Leboutte – Les pélèrins de Bouge,
sur les bienfaits du théâtre dans le cadre du FIFA.

Le Pavillon des Douze au FIFA 2017

13/03/2017
tags:

ClaudeFrancois_affiche_PavillondesDouzeFestival International des Films sur l’Art

Le Pavillon des Douze de Claude François
Vendredi 24 mars à 20h45 au CCA
Centre Canadien d’Architecture
1920 rue Baile à Montréal

@ARTFIFA  #lefifa
23 mars au 2 avril

 

 

La 35e édition du Festival International des Films sur l’Art qui nous réserve chaque année un florilège de surprises et d’émerveillements débutera dans exactement 10 jours. Démarrons donc sans tarder le compte à rebours avec Le Pavillon des douze du réalisateur belge Claude François – membre du jury au FIFA 2014 qui nous avez présenté deux ans auparavant Le désordre alphabétique 2012, un magnifique documentaire faisant un survol des figures marquantes du surréalisme belge. Il nous présente, cette fois-ci et tout en délicatesse également, 12 tableaux d’artistes belges desquels se sont inspirés 12 écrivains. Le plasticien et pataphysicien André Stas signe ici, les apostilles visuelles fort réussies en plus de prêter son dessin de la Grotte de Chauvet jumelé à un texte d’Éric Dejaeger.

« MERDRE ! Que se passe-t-il ? Encore un cauchemar ! Qui ressemble à Lascaux. Non, c’est Chauvet. La grotte de Chauvet revisitée par Jérôme Bosch. Avec Nessie qui a quitté son loch. Un couple de phénix amoureux. Ça se reproduit comment, ces volatiles ? Voilà le garde-manger sur pattes des troglodytes. Les bestiaux sont poursuivis […] » – Éric Dejaeger

Quant à la trame sonore du Pavillon des douze, ce n’est nul autre que la dentelière du son Margarida Guia qui avait fait celle de Viva Dada de Régine Abadia, primé d’ailleurs comme Meilleur film éducatif au FIFA 2016.

Parmi les douze artistes peintres, on pourra découvrir une femme remarquable Cécile Douard (1866-1941) dont le dernier tableau a été avant de perdre la vue Le Terril 1898 (ci-dessous). Elle y représente « une scène dantesque de la misère », des femmes qui travaillaient très durement à la surface des mines de charbon, à glaner le charbon, à le trier (des hiercheuses, dit-on en wallon). Outre les arts visuels, Cécile Douard excellait aussi au violon et enseignait la littérature; elle est l’auteure de divers écrits tels qu’Impressions d’une seconde vie (1921) et Paysages indistincts (1929) – réf. Écrit(ure)s de peintres belges sous la direction de Laurence Brogniez, où Alexia Creusen écrit p.113 à 121 : « Son identité de peintre et d’aveugle la conduit à faire l’éloge des sens comme vecteur d’épanouissement de l’être et comme outil de compréhension » ).  Cécile Douard fut la présidente de la Ligue Braille de 1926 à 1937 et tout comme Claude François dans son Pavillon des Douze, elle nous fait regarder autrement.

CecileDouard_LeTerrilCiel en tourments, montagne noire sans horizon,
brouillards de poussières, de sueurs,

un crassier que des troupes lentes,
dos courbés grattent des doigts

en cherchant son maigre pain dans les scories.

Le feu du soir sera faible

et la fatigue longue, ensorcelante.

Le courage se consume dans le désordre des pentes.

Il faut inventer des chemins,

mais la monotonie des jours obscurcit les mémoires.

Pas même les étoiles n’illuminent le terril immobile.

L’insouciance appartient aux nuages,
nous grandissons dans les avalanches,

Jack Keguenne

 

Le Terril 1898 de Cécile Douard – La Boverie – Musées des Beaux-Arts – Ville de Liège.
Texte de l’artiste et écrivain Jack Keguenne en entrevue sur soonsckindt.com

Pour en savoir plus sur les autres œuvres du Pavillon des Douze
écoutez l’entrevue de Dimitra Bourras avec Claude François
sur le webzine no.222 janvier 2017 de cinergie.be

 

Notez aussi que Le Pavillon des Douze de Claude François cache en fait une treizième œuvre… le Pavillon des Passions humaines qu’on voit aussi sur l’affiche du film. Achevé en 1897, il a été conçu en 1890 par  le célèbre architecte Victor Horta (1861-1947) pour abriter Passions humaines, un haut-relief en marbre du « Rodin belge »,  Jef Lambeaux (1852-1908). En 1989 déjà, Claude François avait réalisé un court-métrage sur cette œuvre monumentale alors inaccessible au public depuis des années et pour bien longtemps encore. Cette fois, le réalisateur a déplacé ce petit édifice situé en réalité dans le Parc du Cinquantenaire, à Bruxelles, dans une région industrielle du centre de la Belgique.

Ces Passions humaines avait comme titre provisoire Le calvaire de l’humanité et se retrouve au cœur de la pièce d’Erwin Mortier dans une mise en scène de Guy Cassiers pour le Toneelhuis d’Anvers, publiée en 2015 dans une version bilingue aux éditions De Bezige.

JeffLambeaux_PassionsHumaines

Autres suggestions pour le Festival International des Films sur l’Art sur ce site sous  Femmes au FIFA 2o17 et FIFA 2017 – Sutu Campbell et Thomas Deyriès ainsi que dans les prochains billets.

Rober Racine et Raymond Gervais

12/03/2017

Galeries Bellemare Lambert au 372 Ste-Catherine # 501-502 jusqu’au 15 avril

RoberRacine_re_entry2008_GalerieBellemareLambertRober Racine – Dernier volet du cycle lunaire  Ci-dessus « Re-entry » (2008)
Belle occasion de relire L’ombre de la terre de Rober Racine aux éditions du Boréal 2002, 276 p.

RoberRacine_Lombredelaterrepc200201Voir aussi La couleur des mots comprenant C’est moi, Bi de Rober Racine et visitez le site de l’artiste pour d’autres œuvres radiophoniques, littéraires, chorégraphiques, etc.

 

RaymondGervais_Ecrireauloin2000_GalerieBellemareLambert

Raymond Gervais – VIA  Ci-dessus : Écrire au loin à distance – détails (2000)
Raymond Gervais répond ainsi à une note de son ami philosophe Jean Papineau (1950-1995) qui lui avait écrit : « il semble que tout y compris le jazz ne soit pas encore tout à fait foutu ? … courage.». Il aligne des boîtiers CD en deux rangées; la première avec le nom de musiciens jazz, décédés aujourd’hui et l’adresse où ils ont habités dans les années cinquante tandis qu’en dessous on peut lire en code morse « Jazz Messenger », nom d’un groupe jazz, évoquant ici la communication & l’échange avec ceux qui nous ont quittés.  Pour en savoir plus sur cet artiste-conceptuel qui a marqué le monde de l’art par son imaginaire sonore, consultez le site de encyclopédiecanadienne.ca.

 

Romany-Eveleigh-2017

Romany Eveleigh – Edge  Profil de l’artiste sur le site cca.concordia.ca

 

Profitez de votre visite au Belgo pour vous arrêter à la Galerie Visual Voice #421
pour l’exposition Hoshano: Penser Fukushima autrement également jusqu’au 15 avril
avec des photographies et vidéo de Michel Huneault, Ai Ikeda et Hideki Kawashima.
Et lire sur ce site des extraits de jets de poèmes – dans le vif de Fukushima
aux éditions Érès 2016, 300 p. de Ryôichi Wagô.

FIFA 2017 – Sutu Campbell et Thomas Deyriès

10/03/2017

Festival International du Film sur l’Art du 23 mars au 2 avril

Section Nouvelles Écritures

FIFA2017_SutuCampbellSource des images : sutueatsflies.com, modernpolaxis.com et australiancomicjournal.com

Le FIFA présentera cette année,  la 1ère édition de Nouvelles Écritures (réalité virtuelle, webséries, documentaires interactifs); section dans laquelle on trouvera, plusieurs œuvres de Sutu Campbell alliant Art & Technologie dont une BD en ligne – These Memories Won’t Last et d’autres sur le temps & le cosmos avec Modern Polaxis et Neomad. Le public pourra également écouter, au Salon FIFA situé au dernier étage de la SAT – Société des Arts Technologiques au 1201 boulevard Saint-Laurent ou en ligne, Le Grand Orchestre des Animaux réalisé par Thomas Deyriès à partir des enregistrements du bioacousticien Bernie Krause –  Lire aussi le billet Paysages sonores naturels autour du livre de B. Krause intitulé Chansons animales & Cacophonie humaine Manifeste pour la sauvegarde des paysages sonores naturels aux éditions Actes Sud 2016, 112p.

FIFA2017_ThomasDeyries

 

Voir le précédent billet pour des suggestions de films au FIFA mettant les femmes à l’honneur.

Femmes au FIFA 2017

08/03/2017

FIFA2017_AfficheNathalie McNeil – Directrice générale du FIFA /Anita Hugi – Directrice de la programmation générale / Nicole Gingras – Directrice de la section FIFA expérimental

 

En cette Journée internationale des femmes, voici sept portraits de femmes –
artiste, danseuse, pianiste ou écrivaine, dont cinq par des réalisatrices,  que l’on présentera
au Festival International du  film sur l’Art qui se déroulera à Montréal du 23 mars au 2 avril.

FIFA2017_GriselidiReal_MEdeGrave

FIFA2017_ZhuXiaMei_Varicella_TrishaBrown

FIFA2017_EvaHesse_WhoisOdaJaune

 

Belle de nuit sur Grisélidis Réal par Marie-Ève De Grave – Belgique 74 min
Mardi 28 mars à 20h45 séance #61 à la Cinémathèque québécoise

Zhu Xiao-Mei : How Bach defeated Mao de Paul Smaczny – Allemagne 58 min
Vendredi 24 mars à 20h45 #13 MBAM et Dimanche 2 avril 12h30 #106 UQAM

Varicella sur deux jeunes ballerines par Victor Kossakovsky – Norvège 25 min
Samedi 25 mars à 18h #27 MBAM et Vendredi 31 mars à 20h45 #85 Pointe-à-Callière

Dans les pas de Trisha Brown de Marie-Hélène Rebois – France 79 min
Dimanche 26 mars à 13h15 #44 Concordia et Samedi 1er avril à 18h #98 Pointe-à-Callière

Eva Hesse de Marcie Begleiter – Allemagne 109 min
Mercredi 29 mars à 18h #63 Musée des beaux-arts de Montréal

Who is Oda Jaune ?  de Kamilla Pfeffer – Allemagne 79 min
Lundi 27 mars à 20h45 #57 Cinémathèque québécoise

Danser l’espoir : Portrait de Germaine Acogny
par Vali Fugulin et Martin Morissette – Canada 43 min
Lundi 27 mars 18h #55 CQ et Vendredi 31 mars 18h #77  P-à-C

 

FIFA2017_BenoitRossel_LutzGregor_ClaudeFrancois

Ainsi que la photographe-vidéaste Valérie Jouve & l’artiste plasticienne Julie Mehretu  dans le film In art we trust #66 de Benoit Rossel, l’auteure-compositrice et musicienne malienne Fatoumata Diawara dans Mali Blues #11/#97 de Lutz Gregor. Vous entendrez également des textes de Corinne Hoex, Caroline Lamarche et Dominique Loreau dans Le Pavillon des douze #9 de Claude François et y découvrirez en plus des femmes peintres moins connues telles que Gilberte Dumont (1910-1989) et Cécile Douard (1866-1941) qui présida la Ligue Braille pendant une dizaine d’années –
plus de détails dans un billet à venir…

Programmation complète sur artfifa.com incluant dans la section Grand Panorama, Objectif femmes de Manuelle Blanc & Julie Martinovic sur les femmes photographes (Jane Evelyn Atwood, Sarah Moon, Dorothée Smith et Christine Spengler) ainsi que Artistes femmes, à la force du pinceau sur neuf femmes peintres de la renaissance au XXe siècle et une série de Claudia Müller – Femmes artistes (Annette MessagerJenny Holzer, Katharina Grosse et Kiki Smith).

BGL et le syndrome de Stendhal

25/02/2017

bgl_filmbhogue_photormtremblayBGL de fantaisie de Benjamin Hogue présenté en Première Mondiale aux RVCQ
Photo du collectif BGL 2008 par Richard-Max Tremblay
Sortie en salle le 26 mai 2017
Bravobgl.ca

Le réalisateur Benjamin Hogue nous fait visiter l’atelier du collectif BGL auquel on s’attache dès les premiers instants de ce documentaire. Jasmin Bilodeau, Sébastien Giguère et Nicolas Laverdière sont ces 3 ingénieux lurons ayant comme mascotte Ganesh, qui ont représenté le Canada à la Biennale de Venise 2015. S’exprimant sans gêne ni filtre, on les voit travailler sur divers projets dont l’immense roue à Montréal Nord sur le boulevard Pie-IX intitulée La vélocité des lieux et Pool Lane devant le centre sportif Pan Am de Toronto. Dans la bande-annonce du documentaire, vous les entendrez affirmer qu’ils  ne  visent rien de moins que le Syndrome de Stendhal – trouble psychique décrit par Dr. Graziella Magherini à la fin des années ‘80. Le nom de Stendhal vient du fait que lors d’un voyage à Florence, après avoir resté des heures à admirer Les Sibylles du Volterrano (Baldassare Franceschini) au plafond de la basilique Santa Croce, l’auteur décrit une sensation de vertige, de tachycardie, etc. propre à ce syndrome qui touchent les voyageurs en extase devant une œuvre d’art. Un neurochirurgien de l’Université de Sao Paulo suppose que Dostoïevki aurait été lui aussi atteint de ce syndrome devant Le Christ mort de Hans Holbein au musée de Bâle – Arquivos de neuro-psiquiatria vol.63, no.4 2005. Pour en savoir plus,  lire l’article de I.Bamforth publié dans le British Journal of General Practice 2010 Déc. 1 vol.60 no.581 p. 945 et décrit aussi par M.Laronche LeMonde et C.Rosane sur le site profondeurdechamps.com.

volterrano_eglisesanta-croce

stendhal_romenaplesetflorenceiiip102

STENDHAL (1826). Romes, Naples et Florence tome II p.101-102
Plafond de la chapelle Niccolini de la basilique Santa Croce à Florence

 

Les Rendez-vous du Cinéma Québécois se poursuivent jusqu’au 4 mars
et voir les films en lice du Prix Collégial du Cinéma Québécois sur le site du PCCQ.

RVCQ 2017 – Sciences

22/02/2017

Rendez-vous du cinéma québécois du 22 février au 4 mars

rvcq2017_cyclotron

Le Cyclotron d’Olivier Asselin 95 min – Lu 27 février 20h45 QL
« Le film fait dialoguer la physique fondamentale et la grande histoire, le comportement des particules élémentaires et le comportement humain, l’incertitude quantique et l’incertitude morale. Mais il reste une œuvre de fiction : à partir des faits, il imagine une tout autre histoire – sur le modèle de la mécanique quantique, de l’histoire alternative et du conte philosophique. » Olivier Asselin
en entrevue avec François Grondin publié dans lepetitseptieme.ca 13/2/2017.

rvcq2017_arrival
Arrival
de Denis Villeneuve 116 min – Sa 25 février 18h15 QL
Basé sur le roman de science-fiction « Story of your life » de Ted Chiang qui fait référence aux travaux du linguiste Kenneth Lee Pike (1912-2000) à l’origine de la théorie tagmémique qui consiste à étudier une langue comme un tout à l’intérieur même d’une culture ou société. Le livre, aussi bien que le film, fait aussi allusion à l’hypothèse de Sapir-Whorf soutenant que la langue façonne également la structure de pensée de l’individu. Lire aussi « La linguiste et les extraterrestres » de P.Lapointe sur sciencepresse.ca 6/9/2016 et celui de G.Uyeno du site de la revue Scientific American 2/9/2016. Pour en savoir plus, consulter la page de Jessica Coon -professeure à l’Université McGill qui a agi comme consultante scientifique pour le film Arrival.

arrival_lecturessuppl

CHIANG Ted (2016). Stories of your life and others, Penguin Random House, 304 p.
Coll. (2003). Language and life – essays in memory of Kenneth L.Pike, SIL editions, 676 p.
WHORLF L. Benjamin (2012 v.o. 1956). Language, thought and reality, MIT Press, 290 p.
SAPIR Edward. Culture, language and personality– selected essays, California UPress, 640 p.
EVERETT L. Daniel (2017). How language began – the story of humanity’s greatest invention, 384

Suggestions pour les Rendez-vous du Cinéma Québécois aux deux précédents billets.

RVCQ 2017 – Soins et médecine

21/02/2017

Rendez-vous du cinéma québécois du 22 février au 4 mars

Voici quelques documentaires en lien avec le Manoir Gaulin, l’aphasie, l’accouchement, le clitoris, la fermeture de l’hôpital Hôtel-Dieu de Montréal fondé par Jeanne-Mance en 1645 et un autre basé sur les témoignages du Dr. Georges Boogaerts, chirurgien belge prisonnier au camp de concentration du Struthof.

rvcq2017_soinsetmedecine

Manoir de Pierre-Luc Latulippe et Mathieu Fournier 70 min et
Le Grand Monsieur Aubry d’Emily Laliberté 12 min – 1er mars 18h-19h30 CQ
Avant l’aube d’Amélie Boutin 8 min – Ve 24 février 19h30-20h48 Annexe UQAM
Le Clitoris de Lori Malépart-Traversy  3 min – Di 26 février 16h-17h24 CQ
Le dernier souffle – au cœur de l’Hôtel-Dieu de Montréal
d’Annabel Loyola 72 min –  Sa 25 fév. 15h Annexe UQAM

Prisonnier 9157 d’Emmanuelle Vandycke et André Elias 30 min – Sa 4 mars 18h-19h36 CQ
Lire aussi Hippocrate aux enfers – les médecins du camp de la mort par Michel Cymes aux éditions Stock 2015, 216 p. et le site du United States Holocaust Memorial Museum ushmm.org
pour en savoir plus sur les expériences médicales effectuées par les nazis
sur les détenus des camps de concentration.

livres_naziexperimentsWEINDLING Paul (2015). Victims and survivors of nazi human experiments, Bloomsbury
Coll. (2014). Silence, scapegoats, self-reflection: The shadow of nazi medical crimes
on medicine and bioethics
sous la supervision de E.Lepicard, V.Roelcke et S.Topp, 279 p.
RYLKO-BAUER Barbara (2014). A polish doctor in the nazi camps, Oklahoma UPress,
Coll. (2013). Nurses and midwives in Nazi Germany, Routledge, 282 p.
HILDEBRANDT Sabine (2016). The anatomy of murder: ethical transgressions
and anatomical science during the Third Reich
, Berghahn books, 374 p.
(5 suggestions via Histoiresante.blogspot.ca)

Autres films aux RVCQ en lien avec la science dès demain…

RVCQ 2017

20/02/2017

rvcq2017

Rendez-vous du cinéma québécois du 22 février au 4 mars 2017
Aperçu de la programmation des RVCQ en 2 minutes par un montage de Sébastien Denault
rvcq.quebeccinema.ca et @Qc_Cinema

La formule 4 écrans (télé, web, tablette ou mobile) vous permettra cette année de visionner les films sur la plateforme de votre choix tandis que l’Espace Rendez-vous au 330 rue Émery, offrira au public d’expérimenter 8 installations différentes de réalité virtuelle dont cinq nouvelles de Felix & Paul Studio. Rendez-vous aussi, pour aller à la rencontre de nombreux artistes & musiciens à travers des documentaires sur le collectif BGL (Jasmin Bilodeau, Sébastien Giguère et Nicolas Laverdière ), Hermenegilde Chiasson, Alfred Pellan, Aristide Gagnon, André Montpetit, Oscar Peterson, Tomas Jensen, Stephen Ching, Viola Léger ainsi du danseur de ballet Vincent Warren, l’architecte Roger d’Astous, le cinéaste Paul Sharits et sur l’approche théâtrale d’Éric Jean – directeur du Théâtre du Quat’sous de 2004 à 2016. Les films de fictions et documentaires sur les autochtones ont également une place importante dans la programmation des RVCQ dont les deux suivantes en Première mondiale et TUKTUT de Robin Aubert en Première montréalaise.

rvcq2017autochtones

Indian time de Carl Morasse 87 min – Di 26 février 17h30-19h07 Annexe UQAM
À peau d’homme de Marie-Ève Nadeau 78 min – Sa 25 février 13h-14h30 Annexe UQAM
Tuktuq de Robin Aubert  94 min – Je 2 mars 18h-19h34 Quartier Latin

Et quelques parutions récentes en lien avec la nordicité et l’autochtonie

Coll. (2016). Voix, visages, paysages: les premiers Peuples et le XXI siècle, Univ.Laval, 260 p.
HAREL Simon (2017). Place aux littératures autochtones, Mémoire d’encrier, 100 p.
VERMETTE Katherena (2017). Ballades d’amour du North End, Mémoire d’encrier, 100 p.
JOE Rita (2016). Nous sommes les rêveurs, éditions Mémoire d’encrier, 160 p.
DESY Jean et DUVAL Isabelle (2017). La route sacrée, éditions XYZ, 412 p.

rvcq2017_livresnordiciteautochtonie

Les 2 prochains billets porteront sur des films du RVCQ en lien avec Science & Médecine.

Eurêka

17/02/2017

eureka_poebaudelaireluminetpcp12

Eurêka  –  l’Univers selon Edgar Poe
aux éditions Dunod 2017, 208 p. Extrait de la préface p.12

Replongez-vous dans la description poétique de l’Univers par Edgar Allan Poe (1809-1849) admirablement traduit par Baudelaire et présenté par l’astrophysicien & poète Jean-Pierre Luminet. Vous réaliserez encore mieux le génie intuitif d’Edgar Allan Poe en complétant votre lecture d’Eurêka avec  « Douze petites cosmologies d’Edgar Poe » de son ouvrage Illuminations, cosmos et esthétique aux éditions Odile Jacob 2012 p. 464-476. Jean-Pierre Luminet y met en lumière les découvertes scientifiques, réalisées dans certains cas un siècle après la publication d’Eurêka en 1848, démontrant ainsi à quel point l’intuition poétique de rêveurs tels que Poe, rejoint celle des savants. Edgar Allan Poe aborde, par exemple au chapitre IV p.50, des concepts de Georges Lemaître (1894-1966) à l’origine des modèles du Big Bang qui repose dorénavant sur la mécanique quantique utilisant comme image celle d’une goutte d’écume se détachant d’un océan agité d’où le terme de « Création spontanée » – réf. LUMINET Jean-Pierre (2014). 100 questions sur L’Univers, La Boétie, 238 p.  Tandis qu’au chapitre VI  p.67, Poe décrit dans de si beaux mots, la théorie du chaos popularisée dans les années soixante-dix par le météorologue Edward Lorenz.  De plus, la courbure dans l’espace-temps des rayons lumineux imposée par la relativité restreinte est le sujet du chapitre XIII à la p.173. Il est important toutefois de souligner que les 16 courts chapitres de cet écrivain phare, connu surtout pour ses contes fantastiques, ne doivent pas être lus comme une source de vérité absolue mais plutôt pour la beauté des mots et de l’imaginaire !

« C’est avec une humilité non affectée – c’est même avec un sentiment d’effroi –
que j’écris la phrase d’ouverture de cet ouvrage; car de tous les sujets imaginables,
celui que j’offre au lecteur est le plus solennel, le plus vaste, le plus difficile, le plus auguste.
Quels termes saurai-je trouver, suffisamment simples dans leur sublimité –
suffisamment sublimes dans leur simplicité – pour la simple énonciation de mon thème ? »

Edgar Allan Poe – Eurêka (1848)

luminet_livres20102016

Lire aussi Dialogues sous le ciel étoilé avec Jean-Pierre Luminet et Hubert Reeves adaptés par Iolande Cadrin-Rossignol dans le cadre du documentaire Du Big Bang au Vivant, éditions Robert Laffont, 180 p., Les bâtisseurs du ciel aux éditions J-C Latès ainsi que De l’infini – horizons cosmiques, multivers et vide quantique de Jean-Pierre Luminet et Marc Lachièze-Rey, Dunod, 248 p. Voir aussi les parutions récentes en physique et la rubrique « Livres » sur ce site.

N.B. Festival littéraire international de Montréal Metropolis bleu du 24 au 30 avril 2017.

%d blogueurs aiment cette page :