Skip to content

Med POE partie 2

17/09/2016

Pour faire suite à la recension Med POE 2011-2016 et aux deux précédents billets i.e.
Cœur de bête hôpital par Christine Germain et Clinique de Roseline Lambert,
voici quelques autres recueils de poésie touchant le milieu hospitalier,
l’insomnie, l’anorexie, l’alcoolisme, l’amputation, la détresse, etc.

medpoe_goudreault_drolet_fontaine_paquin

 

GOUDREAULT David (2012). Premiers soins, éditions Écrits des forges,

p.23 Un docteur en bonne et due forme / M’explique les corps et leur réparation / La facilité de ce qui se fait seul souvent / Puis vient le moment où / Recoudre / Visser / Amputer / Sans autres choix / Avec les cicatrices et les séquelles.

N.B. Soirée de poésie dans le cadre du Festival International de la Littérature
Vendredi 30 sept. de 21h30 à 23h30 au Quai des brumes 4481 rue Saint-Denis.

DROLET Patrick (2008). Un souvenir ainsi qu’un corps solide ont plusieurs tons de noirceur, Éditions Somme toute, 40 p. poème également sur Rachmaninov. Illustrations
de Steve Adams dont un détail ci-dessus accompagnant le poème L’Insomnie.

p.40 L’horreur de mon corps / La douleur / L’insomnie / Vivre éternellement / Essayer de repeindre des visages : Offrir une maladie / à la peinture / à la vie / à la naissance / Un visage se goûte / se simplifie dans le bonheur / Un visage / prend goût à jouer / mais il aime qu’on l’oublie

FONTAINE Myriam (2012). Larmes d’espoir – une adolescence brisée, éd. du Gref, 230 p.

[…] Dormez d’illusions / Je dors de somnifères / De chimie rondes et blanches / L’artificielle opacité m’a volé / Mes rêves, mes espoirs / Je n’ai plus que du noir / Et la lourdeur de ma dépouille ! […]

PAQUIN Éric-Guy (2014). Morgues, éditions Triptyque, 107 p.

p.95 J’invoque les morgues que je ne puis encore quitter / phase exploratrice mauvais timing liberté je ne sais quoi // calme d’une dignité sidérale et millénaire / Astrobol m’explique les griots de son pays / préposés à la mémoire des lieux / privés du repos qu’offriraient le feu la terre et l’eau / leurs dépouilles pliées fœtales / délicatement insérées dans le creux des baobabs / arbres à palabres caveaux mortuaires.

 

medpoe_stejustine-fleury_labrie_dorion

Coll. (2008). Poèmes du lundi – de jeunes anorexiques en chemin de vivre,
éditions Satas / CHU Sainte-Justine, 108 p.  Préface du Dr Jean Wilkins

p.100 Un halo de lumière transperce le fond du couloir / Il vient comme une auréole éclairer mon âme / Anéantir les songes qui terrassent mon cœur / Délivrer ma hantise // Les hordes d’anges noirs quittent ma tête / Après la nuit cauchemardesque renaît enfin le jour / Promesse d’une nouvelle harmonie.

FLEURY Michelle (2013). Je Tu  et Antres, éditions Cornac, 72 p. Illustrations de Chantal Bard

p.42 Le passé tel un virus insidieux dans un monde oblique nous fait mollusques Mollusques nous resterons sans l’appel de l’infinitude  Il ne manque qu’un nouveau  TOI chemin d’eau sans alcool    pour me ranimer p.70 Ouvrir des bouteilles jusqu’au message d’amour naufragé jusqu’à la carte au trésor Bannir la souffrance expulser les épines aplanir la douleur Araser mon être devenir néant Il est des lieux qui imprègnent Mais que durent les roses La mandragore recouvre le maintenant  Le fond des sacs bruns entoure la bouteille des errants froid.

LABRIE Pierre (2015). Les antagonistes du sommeil, éditions D’Art le sabord

p.39 Les insomniaques meurent chaque jour de quelques heures. Respirer. Ne pas y arriver. Il y a des images qui s’activent. Chez les morts aucun pansement n’est toléré. Les plaies se rouvrent sans cesse. Ne pas croire au contraire. p.71  (Ici la grande faucheuse est une impuissante brute amarrée à un trouble terminal du sommeil)  p.75 Il y a la mécanique définitive des astres. Où sommeil est un mot ouvert, avec une moitié terrestre. Et l’autre évacuée dans les nuages. Un mot quasi défunt. Étouffé entre deux espaces divins.

DORION Hélène (2012). Cœurs, comme livres d’amour, éditions L’Hexagone,  92 p.

p.13 Cœur organe : central / situé entre les deux / poumons. //  Sur le lac, le vent saisit mes lèvres. / L’imperceptible pulsation du sang / mon souffle heurté, le ciel, la neige, l’ombre / avec la lumière se confondent. / Je ne reconnais rien du paysage / à l’intérieur de moi // je cherche le centre. […]

FIL2016banderole

N.B. Dans le cadre du Festival International de la Littérature, Hélène Dorion participera à
Temps 9 – Concert littéraire avec Hélène Dorion et Les Violons du Roy
Dimanche 25 sept. 16h  Place des Arts 5e salle
Librettiste d’un soir avec aussi D.Arcand, G.Turp, E.de la Chenelière et C.Binamé
Vendredi 30 sept. 19h Bibliothèque Nationale et Archives Nationales du Québec.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :