Skip to content

Prix Met Bleu 2016 1/3 Anne Carson

28/03/2016

MetropolisBleu2016AnneCarson

Festival littéraire international de Montréal Metropolis bleu du 11 au 17 avril

Remise du Grand Prix littéraire international Metropolis bleu 2016 à Anne Carson
Biographie de cette poète, essayiste, traductrice, professeure et spécialiste de grec ancien
sur encyclopediecanadienne.ca et portrait par S. Anderson dans « The inscrutable
brillance of Anne Carson
» NYTimes magazine 14/03/2013.
Samedi 16 avril 16:00 #65 Grande Bibliothèque

Lectures publiques avec Anne Carson, Douglas Babington, Jay Parini et Derek Webster
Vendredi 15 avril 20:00 #45 Hôtel 10 Espace Godin

Antigonick /at home Lecture par Anne Carson avec vidéo & musique
Antigonick (Sophokles) traduction d’Anne Carson aux éditions McClelland & Stewart 2012 avec des illustrations de Bianca Stone et compte rendu par E.Stokes dans The Guardian 8/6/2012.
Samedi 16 avril 20:00 #78 au Musée d’Art Contemporain de Montréal

MetropolisBleu2016AnneCarsonlivresŒuvres ci-dessus et autres sur le site de Knopf, Brickbooks et Penguin Random House.

 

[…] My father lives in a hospital for patients who need chronic care / about 50 miles from here./
He suffers from a kind of dementia // characterized by two sorts of pathological change /
first recorded in 1907 by Alois Alzheimer./ First, the presence in cerebral tissue //
of a spherical formation known as neuritic plaque,/ consisting mainly of degenerating
brain cells./ Second, neurofibrillary snarlings// in the cerebral cortex and in the hippocampus./
There is no known cause or cure./ Mother visits him by taxi once a week// for the last five years./ Marriage is for better or for worse, she says,/ this is the worse. […] 

Extrait de The Glass Essay p. 1-38 du recueil Glass, Irony & God, New Directions 1995, 160 p.
Disponible en partie sur poetryfoundation.org ou traduit par Claire Malroux sous
Verre, ironie et Dieu aux éditions José Corti 2004, 256 p.
(Capsule sur le Dr. Alzheimer – lecerveau.mgill.ca)

 

“The python does retain vestigial traces of hind legs, those two tiny protuberances on the underbelly that poke up like the soles of forgotten feet. Every time I noticed them I felt strange; a wind rushed by. Is there such a thing as evolutionary pathos? Two bumps of bone evoking a 130-million-year-ago hesitation in whatever random process or brooding intelligence was nudging creation along at the time. Snakes also carry inside them the remains of a pelvis. Does this make it uncomfortable to grind along the floor on your belly? But snakes don’t feel pain the way we do, do they? Snakes have this in common with zombies, or so I have heard, although my real opinion is that, even from our lofty place on the ladder of being, we don’t really know what snakes feel or zombies think. We don’t know who has a soul and who doesn’t. There’s no test for soul.”

Extrait de We’ve only just begun d’Anne Carson publié dans Harper’s magazine janvier 2016.
Lire aussi Mutam ou Autopsy dans son recueil Nox , éditions New Directions 2009 poets.org.

 

(Notez que le Grand Prix littéraire Metropolis bleu fut décerné en 2015 à Nancy Huston.)
Voir aussi la rubrique « Poésie » sur ce site ainsi que les 5 prochains billets
en lien avec le Festival littéraire international Metropolis bleu 2016.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :