Aller au contenu principal

Sciences Naturelles avec Kasper Bosmans au WIELS  

19/04/2022

Husbandry de Kasper Bosmans au Wiels jusqu’au 14 août
Commissaire Zoë Gray

Kasper Bosmans est un artiste belge pluridisciplinaire qui s’amuse dans cette exposition, à utiliser le langage visuel pour raconter des histoires issues de la mythologie ou des contes & légendes tout en évoquant le monde du numérique. Il s’intéresse ici, tout particulièrement à la façon que l’humain regarde la nature et l’influence d’où le titre de l’exposition Husbandry qui implique l’élevage, l’agriculture et de surcroit la domestication animale et végétale par la transformation ou contrôle humain. Étymologiquement husbondi signifie maître de la maison et viendrait du vieux norrois, une langue scandinave médiévale. Dans une entrevue pour le magazine The Word, l’artiste explique comment il a été influencé par Asger John (1914-1973) du mouvement CoBrA et l’importance pour lui de jouer avec à la fois l’intuition et les connaissances. On remarquera aussi dans l’exposition, les affinités de l’artiste avec le langage CoBrA d’Asger John, qui selon Willemijn Stokvis, a su utiliser un jargon plastique pour décrire un idéalisme social – réf. Le rappel au désordre. Asger John d’hier à d’aujourd’hui par S. Lecoq-Ramon. Rappelons que le mouvement CoBrA fondé à Paris en 1948, vient d’un acronyme des trois capitales Copenhague Bruxelles et Amsterdam d’où sont originaires les instigateurs. Et bien que Kasper Bosmans précise que son travail n’a pas un but didactique, voici tout de même quelques compléments scientifiques à certaines de ses œuvres.

1. Appaloosa

Appaloosa est une race de chevaux de la région des grandes plaines aux États-Unis dont le nom vient de la région appelée pelouse par les Canadiens français et d’une rivière du même nom – puis de la pelouse on est passé à la prononciation à l’anglaise de Appaloosa. C’est le gène dominant LP pour Leopard Complex qui est responsable des caractéristiques de la couleur de la robe, qui peut varier de complètement blanche à l’apparition d’une multitude de taches foncées, tels un léopard ou dalmatien. Les études en génétique ont montré que si le gène PATN1 pour first pattern gene était également exprimé, les taches étaient alors encore plus abondantes. La présence du gène LP provoque aussi des sabots striés et une sclérotique blanche et lorsque les deux gènes sont présents le cheval peut malheureusement être atteint de la cécité nocturne congénitale non évolutive – CSNB qui se manifeste dans un environnement à faible luminosité.

2. No more wings

Le scarabée, symbole de renaissance dans l’Égypte ancienne est un coléoptère [ koleos étui / pteron aile ]. Certaines espèces ont une paire d’ailes antérieures appelé élytre, soudée et leur empêchant parfois de voler.  La structure de cet exosquelette flexible & protecteur a fasciné les chercheurs qui ont découvert qu’elle pouvait dans le cas du Phloeodes diabolicus résister à une pression de 39 000 fois le poids de leur corps  – réf. Nature Vol. 586 p.543-548. Les sciences de l’ingénierie peuvent profiter de ce phénomène, pour développer selon ce modèle des matériaux plus résistants dans le domaine de l’aérospatial ou autres. Les scarabées du désert, de la famille des Tenebrionides, ont d’ailleurs, déjà été le sujet de biomimétisme pour leurs propriétés de capter l’eau du brouillard grâce à leurs bosses convexes hydrophiles. L’eau se rend ensuite à sa bouche, en glissant le long de sa carapace hydrophobe. En reproduisant ce système, à l’aide de tiges hydrophiles et plaques hydrophobes, on peut ainsi faire la collecte de plusieurs litres d’eau dans de grands bassins. Illustrations du phénomène dans l’article de T.Boisson et sur le site de Onisep.fr et retrouver plusieurs autres exemples sur la page facebook de l’Institut de Biomimétisme de Montréal fondé par Moana Lebel.

3. Wolf corridor

Corridor écologique ou biologique est ce qui désigne un couloir naturel permettant la libre circulation des espèces animales et végétales afin de protéger les écosystèmes contre la fragmentation des territoires causés par les humains. Les meutes de loups, par exemple, étaient absentes depuis plus de cent ans en Belgique, mais grâce à certaines réglementations et implantation de corridors écologiques, on les retrouve maintenant en Wallonie et dans la région de Limbourg d’où est natif Kasper Bosmans – les premiers louvetaux du couple August et Noëlla y sont nés en 2020. Voir aussi les dossiers pédagogiques du WWF et le site du Wolf Fencing Team qui aide à une meilleure cohabitation entre le loup et les éleveurs.

Quant aux œufs aux Pierres (estomac) que vous verrez à l’exposition, une affiche indique qu’ils proviennent réellement de la poule qui pour aider la digestion avalent des pierres, ce qui peut sembler contradictoire pour la majeure partie des gens. N’ayant pas de dents, la poule avale les grains qui sont emmagasinés et ramollis dans le jabot au niveau de l’œsophage, pour être dégradés par des enzymes et de l’acide chlorhydrique au niveau du proventricule. Ils passent ensuite dans le gésier qui grâce à sa couche musculaire, broie les graines et ce mécanisme est facilité par les cailloux qu’elles avalent. Toujours dans la même salle – Bird nose count sont des immenses panneaux en émail avec des représentations d’œufs de tailles diverses. Kasper Bosmans a pris la peine de recenser les 115 espèces d’oiseaux des peintures du XVIIe siècle du célèbre Melchior D’Hondecoeter et de les disposer sur cette murale en taille réelle. Vous pourrez lire la raison du choix de ce matériel dans le guide du visiteur.

Poursuivez maintenant avec les charmants & ludiques Podcas’Kets dans lesquels Kapser Bosmans & ses amis vous racontent les œuvres. Pour en savoir plus écouter les propos de l’artiste et de la commissaire Zoë Gray sur le site du Wiels et procurez-vous sa monographie  Dovetail parue en 2020. Ce centre d’art contemporain est situé dans les anciennes brasseries Wielesman-Ceuppens entre le parc de Forest et La Senne à Bruxelles.  Le bâtiment a été construit en 1930 par l’architecte Adrien Blomme et rénové en 2008 par la firme Art & Build. De gigantesques cuves de brassage en cuivre servent de décor à l’entrée d’une salle spacieuse pouvant servir à des événementiels. Vous pouvez prendre un verre ou grignoter sur place et bouquiner des livres d’art au niveau de la mezzanine. Ne quitter surtout pas les lieux avant de faire un tour au sommet de l’édifice pour une vue à 360° sur Bruxelles.

Également au Wiels
Tête à tête de Huguette Caland jusqu’au 12 juin
Fille unique de Bechara El-Khoury, 1er président du Liban
Dossier de presse sur la ligne Nour pour Pierre Cardin et séries telles que Bribes de corps, Hommage to Pubic hair, The Silent letters, etc. Vidéo de Brigitte Caland qui nous raconte la passion, l’élégance et l’humour de de sa mère ainsi que ses œuvres préférées. Ci-dessus : Nous deux 1972, Hommage to pubic hair 1992 et Appleton 1 2009.

Autres expositions à Bruxelles dans les précédents billets.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :