Skip to content

Preuve par l’image 2017

07/12/2017

PreuveImage2017_LoicMiraucourt

Concours de l’ACFAS – La Preuve par l’image 2017 

Vision nocturne mise en lumière de Loïs Miraucourt – Université McGill

Rétine d’un têtard (Xenopus laevi), utilisée comme modèle d’étude en neuroscience, sur laquelle on aperçoit en vert la cellule ganglionnaire qui joue un rôle important dans le système endocannabinoïde en augmentant la sensibilité à la lumière et permettant ainsi une meilleure vision nocturne menant peut-être à l’utilisation de la marijuana à des fins thérapeutiques pour certaines pathologies oculaires. Pour en savoir plus lire l’article dans theguardian.com du 26/10/2017 et visionner le
vidéo de présentation de l’ACFAS. Ci-dessous une description de l’œil en vers de
Joachim Gagnière tirée de Les principes de physique – livre IV publié en 1773.

JoachimGagniere_Principesdephysique1773

 

PreuveImage2017_Laureats

Lauréats du concours de l’ACFAS – La Preuve par l’image  2017

Intestin dépolluant de Jean-Baptiste Burnet –  Polytechnique Montréal
«How does the cladoceran Daphnia pulex affect the fate of Escherichia coli in water?» 7/2/2017
Vidéo de présentation

Des réserves en or de Guillaume Grosbois – Université du Québec à Chicoutimi
« Under-ice availability of phytoplankton lipids is key to freshwater zooplankton
winter survival. » Scientific Reports 7 14/7/2017

Migration des minéraux de Nelly Manéglia – Université Laval
« Minéraux indicateurs du district aurifère de Meliadine (Nunavut) »  Thèse de maîtrise 8/2017
Vidéo de présentation

Flamboyante galaxie de Marie-Lou Gendron-Marsolais,
Julie Hlavacek-Larrondo et Maxime Pivin Lapointe – Université de Montréal
« Is there a giant Kelvin–Helmholtz instability in the sloshing cold front of the Perseus cluster ? » Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, Vol. 468, no. 2, 21/6/2017 p. 2506–2516
Vidéo de présentation

SylvestreClancier_TemoinIncertain_pcp

CLANCIER Sylvestre (2016). Le témoin incertain, éditions L’herbe qui tremble, 112 p.
En page couverture:  Tableau de l’artiste et art-thérapeute Auck

Et un extrait de Proses de l’intérieur du poème 2015 de Marc Alyn, éd. Castor Astral, 267 p. p.201

L’univers avec ses milliards de galaxies, ses toupies solaires actionnées par le fouet des comètes, tenait sur la pointe d’une aiguille. Quelles lunes extralucides couvaient leurs braises en l’inconscient des puits ? Le ciel laissait sur la langue de l’alchimiste un goût de divinité ancienne si bienveillante que son nom seul semblait dorer chaque chose et son contraire. Certains mots à haute tension grésillaient à sa tempe tandis qu’il prêtait l’oreille à la respiration caverneuse du cosmos dans l’espoir de capter la note fondamentale qui enroule sans fin les derviches tourneurs sur la bobine de la nuit.

Photos des 20 finalistes sur le site de l’ACFAS
Voir aussi sur ce site Preuve par l’image 2016 – 2015 – 2014 – 2013 – 2012
Ainsi que l’onglet «  Sciences en images »  et la rubrique  « Poésie ».

Autres musées et bonnes adresses à Lisbonne

04/12/2017

Lisbonne_LourencoDeGusmao

À droite, murale à l’aéroport de Lisbonne représentant Bartolomeu Lourenço de Gusmão, inventeur à l’origine d’un précurseur du dirigeable dont il fit la démonstration en 1709 au roi João V du Portugal, soit trois quarts de siècles avant celui des frères Montgolfières (1783). À gauche, illustration de son engin volant disponible sur alamy.com et description de l’événement sur earlyaviators.com et en résumé sur futura-sciences.com.

 

Lisbonne_Museedelapharmacie

Musée de la pharmacie
Vidéo de leur collection retraçant 5 000 ans d’histoire et provenant des quatre coins du monde.
Murale de Luis Dourdil 1945 réalisée à l’époque pour le Laboratoire sanitaire à Lisbonne et autres photos disponibles sur le site de la Sauvegarde du patrimoine pharmaceutique. Et ne manquez pas de jumeler votre visite avec un repas au restaurant Pharmacia décrit par lisboacool.com.

 

 

Lisbonne_Azulejo_Hopital1

Lisbonne_Azulejo_Hopital2

Photographies d’une façade de carreaux du XVIIIe siècle de la salle des sphères à l’Hôpital Sao José,  tirées de L’Azulejo à Lisbonne aux éditions Zest 2016, 128 p. et autres images du Centre Hospitalier de Lisbonne : cadran solaire vertical de 1856, civière du XVIIIe et détails d’azulejos au Nobel Hall de l’Hôpital Sao José et pour d’autres trésors cachés du patrimoine culturel du CHL voir leur site au chlc.min-saude.pt. Visitez aussi le MNAz Museu Nacional do Azulejo.

Musée de la musique à l’intérieur même du métro Alto dos Moinhos sur la ligne bleue.

Et à Belém :  Musée Berardo  pour sa collection d’art moderne.
Musée de la Marine faisant partie du Monastère des Hiéronymites;
Monastère des Hiéronymites et la tour de Belém – patrimoine mondial de l’Unesco.

Écouter du Fado au Tasca do chico au 39 rue Diário de notícias 39 dans le quartier Bairo Alto ou assister à des concerts ou jam sessions au Real Sociedade au 147 rue dos Remédios 147 à Alfama. Passer la nuit au Lx boutique Hotel après avoir fait la fête dans une ancienne maison de débauche au Pensaoamor au 19 rue do Alecrim. Prendre un verre sur la terrasse branchée du Park Lisboa au 58 Calçada do Combro ou romantique du Lost in Lisboa au 56 Dom Pedro V et autres suggestions sur week-end-voyage-lisbonne.com. Manger chez The Decadente au 81 rue São Pedro de Alcãntara ou à n’importe quel kiosque du Time Out Market de Lisbonne.

Voir les 5 précédents billets sur Lisbonne –  Musée Calouste-Gulbenkian, Musée d’Art antique, Casa Fernando Pessoa, New Art Fest’17 et la Librairie Ler Devagar au LX Factory.

Librairie Ler Devagar

03/12/2017

Librairie Ler Devagar au LX Factory et quelques livres sur Lisbonne vue par des écrivains.

Lisbonne_LibraireLerDevagar

Lisbonne_LisboainPessoa_Requiem_ATabucchi

Lisbon in PessoaA tour and literary guide of the portuguese capital de João Correia Filho  aux éditions Livros d’hoje, 2011, 376 p. et Requiem : an hallucination d’Antonio Tabucchi ou traduction française par Isabelle Pereira aux éditions Gallimard 2006, 192 p.

 

Lisbonne_Saramago_JourneytoportugalBut what captivates the traveller most of all is the sight of the vault over the transept. Twenty-five metres high above a floor twenty-nine by nineteen metres. The vaulting soars in a single arch, with no pillar or column to support it. Like the hull of a giant ship turned upside down, this soaring belly shows its ribs, its innermost structure, so amazing the traveller he does not know wether he should kneel on the spot and praise whoever conceived and designed this miracle. (Monastère des Hiéronymites)

SARAMAGO José (2002). Journey to Portugal, éditions Vintage, 464 p.

 

 

Lisbonne_JCPires_livredebord

De Lisbonne on peut dire que même les daltoniens discutent de sa couleur. Regardez de préférence l’ocre de l’époque Pombal, recommande un byronien de passage. Le vert, le vert oppose quelqu’un tout de suite après, les yeux sur la Terreiro do Paço, « même le cheval de D. José tourne au vert, mangé par la mer », disait déjà Cécília Meireles. Ou le blanc, le blanc évoque l’écume de l’océan, la chaux des murs, la Méditerranée; «  On ressent une nostalgie blanche… » a écrit Mary McCarthy dans une Lettre au Portugal, et Alain Tanner, cinéaste civilisé l’a tout simplement appelée Ville Blanche.

PIRES Cardoso José (1998). Lisbonne – livre de bord, Gallimard, 104 p.
Notez la section Les lettres souterraines de p.67-69 sur la géométrie & l’art dans le Métro de Lisbonne aux stations Restauradores, Avenida, Rotunda do Marquês, Campo Grande, Sete Rios ou Sá Nogueira.

 

Lire aussi Lisbonne: géocritique d’une ville sous la supervision de Alain Montandon , Pressses Universitaires Blaise-Pascal Clermont-Ferrand 2006, 288 p. suite au colloque organisé par les Universités de Lisbonne, Limoges et Clermont-Ferrand. Visitez également une des plus anciennes librairies au monde, Bertrand library inaugurée en 1732 à Lisbonne et autres bonnes adresses à venir…

Fernando Pessoa

02/12/2017

Lisbonne_FernandoPessoa_exp

Casa Fernando Pessoa à Lisbonne
The Gods lean over the stair rail jusqu’au 10 février

Exposition qui se tient  à la maison dans laquelle a vécu l’écrivain, durant les quinze dernières années de sa vie. Convertie depuis 1993 en musée, la Casa Fernando Pessoa détient une riche collection d’œuvres d’art en plus de ses effets personnels et de sa bibliothèque numérisée que les visiteurs peuvent consulter  à leur guise. Le titre « Les dieux qui sont là regardent par-dessus la rampe de l’escalier » est tiré d’une ligne de son poème Note (Apontameto) signé Alvaro de Campos –  un de ses plus célèbres hétéronymes  et dont une traduction est disponible sur argitato.com. Notez qu’en octobre dernier dans le cadre du  FIL –  Festival International de la Littérature à Montréal, Paul Savoie avait pour l’occasion sculpté 72 bustes d’hétéronymes de Pessoa recensés à partir des milliers de pages découverts dans une malle après sa mort. Sur l’affiche ci-dessus,  on voit au centre Fernando Pessoa (1888-1935) à son bureau par José de Almada Negreiros, en haut à droite les détails d’une tapisserie d’Antonio da Costa Pinheiro, en dessous Livre du silence offert à la Casa Fernando Pesoa par Jean-Michel Folon et deux caricatures de Pessoa – celle du haut par Júlio Pomar et en bas à droite Le banquier anarchiste de Mário Botas qui correspond au titre d’une nouvelle sur les injustices sociales disponibles aux éditions La Différence ou 10/18.  Dans l’édition bilingue de Poètes de Lisbonne  vous pourrez lire des poèmes de deux autres hétéronymes soit de son médecin Ricardo Reis ou d’Alberto Careiro  ex. Le mystère des choses p.169 traduit par Élodie Dupau.

[…] Parce que l’unique sens secret des choses / C’est qu’elles n’ont aucun sens secret, /
C’est plus étrange que toutes les étrangetés / Et que les rêves de tous les poètes /
Et les pensées de tous les philosophes,/Que les choses soient réellement ce qu’elles semblent être/
Et qu’il n’y ait rien à comprendre. // Oui voilà ce que mes sens ont appris tous seuls : /
Les choses n’ont pas de signification : elles ont une existence. /
Les choses sont l’unique sens secret des choses.

Lisbonne_FernandoPessoaCasa_DosSantos_Hatherly

Plusieurs œuvres d’art de la collection sont inspirées des poèmes de Fernando Pessoa  tels Ode Maritime VI 1988 de Barthomeu Cid Dos Santos d’un poème éponyme écrit sous le nom d’Alvaro de Campos / Oblique rain 1996 d’Ana Hatherly d’après un poème publié dans Orpheus 2 en 1915 et Only the stars to teach us light par Jorge Martins 1976 basé sur le sonnet XIV des 35 écrits par Pessoa et tous disponibles sur gutenberg.org. et traduit ci-bas sur litteratura.free.fr par Armand Guibert :

Nous qui, nés au couchant pour mourir avant l’aube,
Du monde connaissons l’obscurité totale,
Comment appréhender sa vérité, nés aux ténèbres,
Impénétrable fruit du non-rayonnement ?

Les seuls astres étant nos maîtres de lumière, nous saisissons
A perte de pensée leur ténu poudroiement,
Et, bien que leur regard perce des nuits le masque,
Il n’annonce jamais le visage du jour.

Pourquoi ces infimes dénis de l’intégral
Charmeraient-ils notre œil plus que le noir total ?
La prétendue valeur, pourquoi l’âme captive

L’accorde-t-elle à l’exigu pour en priver le grand ?
Ainsi, par amour de la lumière souhaitant la nuit plus vaste,
Accédons-nous confusément à une nocturne notion du jour.

Fernando Pessoa Sonnet XIV

Lisbonne_Poetes_LuísdeCamoes

Poètes de Lisbonne – édition bilingue traduit par Élodie Dupau et illustrée par André Carrilho aux éditions Lisbon poets & co. 2016, 208 p. Sur la page couverture: Fernando Pessoa, Cesárío Verde, Florbela Espanca, Mário de Sá-Carneiro et Luís de Camões. Ci-dessus un extrait de la p.35 Les Lusiades de Luís de Camões (1524-1580) et en note de bas de page on peut lire 1. Épopée nationale qui sous le couvert de narrer le voyage de Vasco de Gamma  aux Indes (1497-1499), chante la gloire de du Portugal. 2. Nom poétique donné à Lisbonne, dont on attribue parfois la fondation à Ulysse.

Autres suggestions de lectures et librairies de Lisbonne dans le prochain billet.

Museu de arte antiga

01/12/2017

MNAA – Musée national d’art antique à Lisbonne

Musée dans lequel vous pourrez admirer les «  trésors nationaux » tels que l’ostensoir de Bélem en or, ramené de l’Inde par Vasco de Gama, sur lequel sont sculptées par Gil Vincente des sphères armillaires – emblèmes du roi Manuel Ier, une salière en ivoire du Bénin et un tableau anonyme de l’Enfer  que met en contexte Francisco Bethencourt  dans son livre Racisms: From the Crusades to the Twentieth Century aux éditions Princeton 2014, 464 p.p.107-108. De plus, les visiteurs pourront s’extasier dans une même salle devant la Tentation de St-Antoine de Bosch, St-Jérôme de Dürer et Salomé et la tête de St-Jean Baptiste de Cranach. La version de Salomé recevant la tête de St-Jean Baptiste par Paulus Moreeles se trouve également au MNAA et pour en savoir plus sur l’histoire de cette macabre pratique lire Visions capitales –  Arts et rituels de la décapitation de Julia Kristeva aux éditions Fayard/ La Martinière – billet du 2/8/2017.

Lisbonne_MuseuAntiga_StSebastien4

Lisbonne_Bosch_StAntoine

Première rangée : Saint-Sébastien (4X) par Diogo Pires, Gregório Lopes et autres artistes anonymes au Musée d’art antique de Lisbonne. On le représente transpercé de flèches, symbole d’une attaque par la peste comme Apollon le fit  avec son arc dans l’Iliade et d’où le culte que l’on voue à St-Sébastien de saint antipesteux.  Deuxième rangée : Triptyque de la Tentation de St-Antoine par Hieronymus Bosch  et voir aussi comment de nombreux artistes contemporains ce sont inspirés de Bosch au billet Autour de Bosch du 1/10/2017.

 

Outre l’aperçu du Musée Calouste-Gulbenkian, d’autres suggestions pour Lisbonne suivront..

New Art Fest’17

28/11/2017
tags:

Lisbonne_NewArtFest17

The New Art Fest’ 17 – when art meets technology à Lisbonne jusqu’au 30 nov.

Les artistes Portugais de ce festival du nouveau média sont l’équipe du projet Second City, Silvestre Pestana – l’auteur de Computer Poetry décrit sur le site ilovepoetry.com, Jorge Castanho & Alexandre Barão créateurs du vidéo Linha de Código,  Margarida Sardinha (Loop hyperbolic polyhedra),  André Sier (Héliades), Leonel Moura (Bebot-robot artiste) Pedro Zamith, Miguel Palma, les photographes João Bettencourt Bacelar, Rita Burmester, Manuel Casimiro et Mariana Castro, les illustrateurs Guttguff,  António Salvador Carvalho et Travassos, puis dans le domaine de l’art sonore Nuno N. Correia, Ricardo Jacinto, Kazike et Shhpuma,  ainsi que le chercheur en art, hypermedia & sociologie Pedro Andrade et l’anthropologue-artiste en neuroscience Maria Lopes. Plusieurs artistes internationaux font partie aussi des invités dont Alice Buknell qui s’intéresse au cyborg, Kathryn Zazenski (float),  Ken Rinaldo (Borderless bacteria/ colonialist cash) et pour clôre le festival le public pourra entendre Ressonância 7.84 de Carlos Henrich & Kazike – concepteurs d’une sphère translucide vibrant selon la fréquence de la planète Terre.

Lisbonne_NewArtFest17_Margarida ardinha

Lisbonne_NewArtFest17_AndreSier_LionelMoura_KenRinaldo

Loop Hyperbolic Polyhedra de Margarida Sardinha / Héliades d’André Sier /
Bebot de Leonel Moura /  Borderless bacteria ou colonialist cash de Ken Rinaldo.
Voir aussi tous les billets sur ce site en lien avec le Transhumanisme,
le Bio-art ainsi que sur les Arts Sonores.

Musée Calouste-Gulbenkian

28/11/2017

Lisbonne_CalousteGulbenkian_Livre_AntonioPalolo

Musée Calouste-Gulbenkian à Lisbonne

Le musée Calouste-Gulbenkian est un arrêt incontournable, hors du centre touristique de Lisbonne,
avec des jardins fréquentés par les étudiants et résidents du quartier.  La Fondation Calouste Gulbenkian offre aux Lisboètes une riche programmation de concerts, conférences et autres activités culturelles tout au long de l’année. Le premier pavillon comprend plus de 6 000 œuvres classiques, qui remontent aussi loin au troisième millénaire avant notre ère. Outre des chefs d’œuvres de Rubens, Rembrandt, Fragonard, Turner, Manet et Degas on peut y voir L’astronome Pierre Charles Le Monnier  de Nicolas-Bernard Lépicié, une horloge astronomique indiquant la position de la lune en plus de l’heure, et un baromètre- thermomètre de Claude Siméon-Passemant décoré en céramique par Charles-Nicolas Dodin. Le 2e pavillon, conçu par l’architecte Leslie Martin, est consacré à l’Art moderne et représente la plus grande collection d’art portugais du XXe siècle. Ci-dessus Horrid silence of your body  d’António Palolo (1946-2000) connu pour ses couleurs vives, formes géométriques, déconstruction du corps et nombreux films expérimentaux. Une sélection de
100 œuvres parmi les 9 000 de la collection, se retrouve dans ce catalogue publié en 2010.

Lisbonne_CalousteGulbenkian_AlbertoCarneiro

Tree in seven mirrored images d’Alberto Carneiro (1937-2017), pionnier de l’art écologique  ou de la pratique de l’art en communion avec la nature allant au-delà du Land Art. On retrouve plusieurs de ses oeuvres en plein air à travers le Portugal dont une conçue pour le Centre Culturel de Belém, intitulée  A tree is a work of art when recreated as a metaphor   réf. sigarra.up.pt.

Lisbonne_CalousteGulbenkian_LeonelMoura_MiguelPalma

Amália # 6 1987 de Leonel Moura en hommage à la reine du Fado Amália Rodrigues (1920-1999) et visitez le site l’artiste qui allie art & robotique / Tecnico Miracles 2013 par Miguel Palma de la série présentée à l’IST-  Instituto Superior Tecnico  à partir de photographies anciennes de Mario Novais (1899-1967) faisant partie de  Portugal em flagrante – Operacion 1, 2, 3 qui vient de se terminer. Notez que ces deux artistes participent au New Art Fest’17 qui se poursuit jusqu’au 30 novembre.

Exposition en cours au Musée Calouste-Gulbenkian:
Ana Hatherly and the baroque jusqu’au 15 janvier
Beyond the mirror jusqu’au 5 février

Autres musées à Lisbonne
dans les prochains
billets…

Nobel 2017 en images

23/11/2017

Nobelprize.org

Nobel2017_images


Nobel de Chimie
– Jacques Dubochet, Joachim Frank et Richard Henderson
Illustration de la glutamate déshydrogénase, une enzyme mitochondriale dont la résolution à droite atteint 1.8 Å soit 0,18 nanomètre  grâce au développement de la cryo-microscopie électronique. Richard Henderson explique dans ce vidéo l’évolution dans le domaine de la cryo-microscopie permettant de visualiser la structure des protéines à l’échelle atomique et on y voit en introduction un modèle 3D de la gamma-secretase impliquée dans la Maladie d’Alzheimer.  Lire le résumé de H. Ratel sur le site de scienceetavenir.fr pour en savoir plus sur la contribution de chacun des lauréats.

 

Nobel de Physique – Rainer Weiss, Barry C. Barish et Kip S. Thorne
Illustration par Aurore Simonnet de la fusion de deux trous noirs avec au bas la détection du signal gravitationnel par deux interféromètres LIGO durant 0,3 secondes le 14 septembre 2015 que commente l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet sur son blogue Luminesciences et lire le résumé de Laurent Sacco sur futuras-sciences.com.

Nobel2017_Poem4_AndrewSteane_LIGOno9

Extrait d’un poème d’Andrew Steane – physicien à l’Université Oxford, publié dans le magazine LIGO no.9  en 2016. Dans le numéro suivant vous pourrez lire celui de la linguiste Ananda Lima «What I think about when I think about gravitational waves ». Voici aussi Ripples of love, court poème de Sara Goudarzi publié sur blogs.scientificamerican.com allant comme suit : Two black holes collide in the distance / making waves across the universe. / Some billion years later / we hear the sound of their union, a chirp.

 
Nobel de Physiologie ou médecine – Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young
Schéma du mécanisme moléculaire responsable du rythme circadien qui débute par l’activation du gène Period responsable de la synthèse de la protéine PER qui s’accumule durant la nuit et se dégrade durant le jour.  C’est la liaison de la protéine PER avec la protéine TIM produite par le gène Timeless qui permet à la protéine PER d’entrer dans le noyau lorsque le gène Period est inhibé. Tandis qu’un troisième gène appelé Doubletime, contrôle la fréquence des oscillations – résumé par D. Thiebaud sur le site pourlascience.fr. Vous pourrez voir quelques œuvres d’art et poèmes inspirés du rythme circadiens aux billets Horloge Florale et Rythmes circadiens. N.B.  La 68e réunion de Lindau réunira du 24 au 29 juin 2018 de nombreux lauréats du Prix Nobel de Physiologie ou médecine.

 

Prix Nobel de littérature – Kazuo Ishiguro
« pour ses romans de grande force émotionnelle,
a découvert l’abysse sous notre sens illusoire de connexion avec le monde ».
Nobel2017_KazuoIshiguro
Nobel2017_KazuoIshiguro_Nocturnes

Nocturnes – cinq nouvelles de musique au crépuscule de Kazuo Ishiguro, éditions Gallimard, 304 p.
Traduction d’Anne Rabinovitch – extraits de la p.174 et en anglais aux éditions Faber & Faber ou Penguin random house Canada.

 

Prix Nobel de la Paix – Campagne Internationale pour l’abolition des Armes Nucléaires (ICAN)
Documents disponibles sur le site d’ICAN ex. Chronologie des armes nucléaires,
Conséquences humanitaires des armes nucléaires
sur la santé, la société et l’environnement.

Nobel2017_Paix_ICAN[…] ce matin-là
un éclair de dix mille degrés
a imprimé sur une épaisse dalle de granit
les hanches de quelqu’un

sur les marches fissurées rouge pâle
en traces de sang écoulé avec des entrailles fondues en boue
une silhouette carbonisée […]

Poèmes de la bombe atomique de Tôge Sankichi aux éditions Laurence Teper 2008, 176 p.
Traduction par Ono Masatsugu et Claude Mouchard.  Autres poèmes de Sankichi sur aquariumvert.wordpress.com et lire le compte rendu sur le site Le Matricule des anges. Et voici un cri du cœur de Daniela Boccacio dans Mes derniers alexandrins du XXe siècle qui débute comme suit: Messieurs les Grands, si vous voulez jouer à la guerre, / Détruisez vos bombes, vos armes nucléaires / Qui déciment les peuplent et meurtrissent la terre […]

Prix de la Banque de Suède en sciences économiques – Richard H. Thaler
« pour sa contribution à l’économie comportementale » et auteur de Nudge – Émotions, habitudes, comportements : comment inspirer les bonnes décisions aux éditions Vuibert 2010, 288 p. et récemment Misbehaving – the making of behavioural economics 2015 aux éditions W.W. Northon & cie et comprenant également un blogue.

Prix Ig Nobels  2017 sur le site Improbable.com

 

 

Activités à venir autour des prix Nobel

Rencontres avec Jules Hoffman (Nobel 2011) à Madrid, Barcelone et Séville du  27 au 29 nov.

Concert  de l’Orchestre philharmonique royal de Suède dirigé par Gustavo Dudamel
Au programme Jupiter de Mozart ou symphonie no.41 et Ainsi parlait Zarathustra
de Richard Strauss – Vendredi le 8 décembre à Stockholm.

Discussions avec d’anciens lauréats et autres personnalités inspirantes
The Future of truth le 9 décembre à Göteborg.

Cérémonie de remise des Prix Nobel et banquet  le 10 décembre à Stockholm.

Exposition Literary Rebellion au Musée Nobel à Stockholm
Photographies de Kim Manresa et Xavi Ayén jusqu’au 28 janvier 2018.

Voir aussi sur ce site Nobel en images 2016 / 2015 / 2014 / 2013 / 2012 / 2011
ainsi que L’Art des Prix Nobel  portant sur les diplômes et médailles des prix Nobel ou
The Art of the Nobel prizes  sur le blogue Lindau Nobel Laureate Meetings blog.lindau-nobel.org.

Autres villes au Sud de l’Espagne

20/11/2017
tags:

Terminons ce voyage sur les pas de Game of thrones incluant les jardins de l’Alcázar –  lieu de la principauté de Dorne et la Plaza de Toros d’Osuna que Khaleesi survole avec son dragon après la bataille de Hardhome. Cordoue, Grenade et Vejer  dans la région de Cadix , font partie des villes d’Andalousie que vous devriez également visiter tout comme la région côtière d’Alicante sur la Costa Blanca. Voir aussi les précédents billets de bonnes adresses à Séville, Valence (Cité des Arts et des sciences, Musée de la céramique et le Musée de l’illustration et de la modernité ), Musée d’Histoire de la médecine à Valence et le Festival Intramurs à Valence et le restaurant 3 étoiles Michelin de Quique DaCosta dans la ville de Dénia.

Espagne_GameofThrones_SevilleOsuna

Espagne_CordoueAlicanteVejer

Espagne_Alhambra

Pour en savoir plus lire Andalucía – L’histoire à rebours par Gilles Bibeau aux éditions Mémoire d’encrier 2017, 194 p. qui nous faire découvrir Cordoue, Séville et Grenade à travers les fantômes qui les habitent, issus de différentes civilisations. Il résume et nous recommande également trois ouvrages, soit la nouvelle Rinconète et Cortadillo de Cervantès, la comédie en 3 actes El Arenal de Sevilla de Lope de Vega et Le trompeur de Séville de Tirso de Molina avec comme protagoniste le célèbre Don Juan ainsi que Poema del cante jondo de Federico García Lorca dans lequel on retrouve Petite ballade de trois rivières dont voici quelques strophes. Il nous rappelle aussi qu’en 1936,  les Phalangistes espagnols ont brûlé les livres de FGL qui étaient interdits durant le règne de Franco.

Andalucia_GillesBibeau_lLe fleuve Guadalquivir
Va entre orangers et oliviers.
Les deux rivières de Grenade
Descendent de la neige au blé.
Ay, amour, Qui s’en fut
Et ne revint pas !

Le fleuve Guadalquivir
À la barbe de grenat.
Les deux rivières de Grenade
L’une sanglot et l’autre sang.
Ay, amour, Qui s’en fut dans les airs !

Pour les bateaux à voile
Séville a un chemin;
Mais dans les eaux de Grenade
Ne rament que les soupirs.
Ay, amour, Qui s’en fut
Et ne revient pas !

Guadalquivir, haute tour
Et vent dans les orangeraies.
Darro et Genil, tourelles
Mortes au-dessus des étangs.
Ay, amour, Qui s’en fut dans les airs ! […]

Petite ballade de trois rivières de Federico García Lorca tiré de Œuvres complètes vol.1 aux éditions Gallimard 1981, 1968 p. et aux pages 177 et 178 d’Andalucía – L’histoire à reboursDans une section sur Sénèque , Averroès et Maïmonide – tous trois nés à Cordoue,  l’anthropologue Gilles Bibeau fait la réflexion suivante : « Je ne suis pas si sûr que notre monde, fut-il globalisé, hypertechnicisé et sur-bureaucratisé, ait à ce point changé qu’on puisse se permettre d’oublier les enseignements d’Ibn Rushd et de Maïmonide ou même de ceux, plus anciens encore, que Sénèque a transmis à ses compatriotes romains en leur apprenant la sévère beauté du stoïcisme. Oui , les sciences ont considérablement avancé dans la maîtrise des choses matérielles, mais qu’avons-nous appris au juste de vraiment nouveau au sujet du bonheur, de l’amour, de la vie et de la mort, en un mot de ce qui nous définit en tant qu’humains. Sur ces choses fondamentales, je ne suis pas vraiment sûr qu’on ait beaucoup avancé » – Gilles Bibeau p.26

 

Séville

17/11/2017
tags: ,

Seville_Alcazar

Seville_Alcazar_Tapisserie

Real Alcázar de Séville

Palais de style Mudéjar avec de magnifiques jardins.
Patrimoine de l’Unesco avec l’Archivo de Indias et la Cathédrale de Séville incluant sa Giralda.
Ci-dessus une des douze tapisseries de l’Alcázar, représentant la Conquête de Tunis d’après un modèle de Cornélius Vermeyen que l’on reconnait à droite et qui était au côté de l’empereur Charles Quint lors de son expédition en 1535; elle fut tissée par le Bruxellois  Willem  de Pannemaker en 1554 avec de la soie de Grenade. Notez que le nord se trouve en haut et lire « Pourquoi sur les cartes
géographiques le nord est-il en haut » sur franctvinfo.fr.

 

Seville_Cathedrale_JuandeMesa

Tête de Jean-Baptiste par le sculpture Juan de Mesa (1583-1627) à la Cathédrale de Séville
On y retrouve également le tombeau de Christophe Colomb, orgues en acajou et tableaux de Goya (saintes Juste et Rufine), Zurbarán (Thérèse d’Avila et Christ en croix) et Murillo (L’Ange gardien, Saint Isidore, Saint Léandre et Ferdinand III ). Lire aussi  Visions capitales –  Arts et rituels de la décapitation de Julia Kristeva aux éditions Fayard/ La Martinière – billet du 2/8/2017.

 

Seville_ClaraCampoamor_Feministe

Sculpture d’Anna Jonsson sur la rue Cuesta del Rosario

Hommage à Clara Campoamor (1888-1973) députée et limitante pour diverses causes telles que le droit de vote aux femmes, contre la guerre et le fascisme. Les femmes en Espagne ont eu le droit de vote en 1924 mais la loi excluait les femmes mariées et les prostituées jusqu’en 1931. Et notez qu’en 2015, Rita Bosaho est devenue la première femme noire députée de la République d’Espagne depuis la mort de Franco en 1975. Pour en savoir plus sur le droit de vote des femmes lire The Feminist encyclopedia of Spanish literature par Janet Pérez & Maureen Ihrie et Qui veut la peau de Vénus ? de Nassim Bruno Aboudrar aux éditions Flammarion – billet du 9/8/2016.

Seville_Pharmacie

Pharmacie Santa Catalina de la rue Jose Manuel Canero Solis
et quelques bonnes adresses à Séville :

Restaurants de la rue Mateos Gago (Mama)
et pour apéro du vin à l’orange à la Fresquitat ou des
Tapas debout pour une ambiance festive à la Plaza El Salvador ou
Casa Morales au 11 García de Vinuesa pour des tapas traditionnels dans un lieu convivial ou
Albarama en face de l’Hôtel de Ville à la Plaza San Francisco pour des tapas revisités
13 autres recommandations par Mathieu Belay sur le site yonder.fr

Spectacles de chants andalous à La carboneria au 21 rue Céspedes ou au 3 rue Mariscal ou également au Bar El Rejonio rue Betis  ou plus commerciales Casa del Flamenco au 28 Ximenez de Enciso et Tableo Flamenco Los Gallos  à la Plaza Santa Cruz.

Acheter des pâtisseries artisanales fraîches tels que des yemas à base de jaune d’œuf, des madeleines ou des pestinos directement du couvent San Leandro au 1 Plaza San Ildefonso et voir sur spain.info d’autres sucreries divines tels les « os de saint » à partir de marzipan.

Comme souvenirs à rapporter, de la céramique sur la rue Sierpes au 66 (Sevillarte) ou 74 (Martian), une robe de Flamenco à la plaza Alfafa ou des souliers chez Roberto Garrudo au 9 rue Córdoba.

Sud de l’Espagne en images dans le prochain billet…

 

%d blogueurs aiment cette page :