Skip to content

Autour de Bosch

01/10/2017
tags:

Bosch_Jardindesdelices_MuseePrado

Le jardin des délices (1490-1500) de Hieronymus Bosch au Musée du Prado
(205.6cm X 386 cm) Descriptions et analyses de l’œuvre sur le site du musée
avec Pilar Silva, Reindert Falkenburg et Miguel Falomir.

« Pour travailler, Jérôme Bosch possède une valise de symboles. On le voit en permanence, armoiries et écussons alchimiques irriguent son Grand jardin. Le creuset où s’accomplissent les œuvres en trois couleurs, l’alambic où se conçoit l’acte érotique de l’alliance entre Mercure et Soufre, inaugure d’une manière permanente la dialectique de ses images. Ils accouchent cet enfant que l’on retrouve régulièrement, et non comme un anecdote, dans les représentations de cette poésie scientifique. »
Serge Pey dans Jérôme Bosch – Avertissement d’alchimie, p.45

Bosch_SergePey_p137d

PEY Serge (2016).  Jérôme Bosch – Avertissement d’Alchimie, éditions Voix, 318 p.
Extrait de Monologue des toupies p.137 Auteur également de plusieurs recueils de poésie sur le peuple Huichols du Mexique dont vous pouvez lire un extrait sur ce site sous Balade de la paix – parcours de sculptures et photographie sur la rue Sherbrooke qui se poursuit jusqu’au 29 octobre.

 

La semaine dernière, le public montréalais a été subjugué par une chorégraphie sublime & surréaliste de Marie Chouinard qui avait été spécialement créée pour commémorer le 500e anniversaire de la mort de Jheronimus Bosch.  Ce délice orgiaque pour la vue et l’ouïe sur la musique/effets sonores de Louis Dufort, avait été présentée en Première mondiale au Theatrefestival Boulevard le 4 août 2016.

Bosch_MarieChouinard_Clochedeverrehttps://www.facebook.com/DanseDanseMontreal/videos/10154914556841778/

Jérôme Bosch : Le jardin des délices par la Compagnie Marie Chouinard
Sera présenté à nouveau les 20 et 21 octobre au Dansens Hus à Stockholm
Et du 6 au 8 novembre au Israeli Opera à Tel-Aviv.

« Que le poème s’écrit lui-même toujours contre lui Que le chant est à l’Infini derrière nous Que le mélopées qui viennent de devant pardonnent à l’immensité ses promesses […] Que les créatures sont trois comme le sel le soufre et le mercure Que le principe de femelle est rempli de sperme mercuriel Qu’à la base des pieds des trois gardiens des heures déparssent les ailes d’un papillon de nuit Que la vérité est collée quelque part sur la paroi de verre Que les trois gardiens la dévisagent Que l’étranger est sans limites Que la lumière vieillit d’un seul coup » – extrait de La cloche de verre p.180 dans PEY Serge (2016).  Jérôme Bosch – Avertissement d’Alchimie, éditions Voix, 318 p.

Bosh_Jardindesdelices_Inspirations

Plusieurs artistes contemporains ont revisité le Jardin des délices, chacun à leur manière, soit Adad Hannah , Jan Fabre , Juan Ortiz-Apuy, Claire Douglas, Jack Milroy,  Wolfe von Lenkiewicz  dans le cadre de Persona- étrangement humain présenté au Quai Branly en 2016 et d’autres par (Llius Barba, Raqib Shaw, Emily Erb, Carla Gannis, Ali Banisadr) recensés sur ArtNews 7/3/2014. Le site Lustinfashion.com montre notamment quelques exemples de célèbres designers de mode utilisant le motif des jardins des délices (ex. Alexander McQueen, Dr.Martens, Guillaume Henry, Carven, Jun Takahashi).  De plus, des animations 3D par Studio Smack et Floris Kaayk ont été projetées au Moti Museum (Stedelijk Museum Breda) à l’exposition New Delights l’année dernière et les éditions De Geus ont pour l’occasion publié 21 nouvelles d’auteurs différents qui se sont inspirés du fameux triptyque.

Voir aussi les malformations du système musculosquelettique causées par des maladies congénitales ou infectieuses, observées sur Le cortège des estropiés de Bosch dans Isr Med Assoc J. 2001 Nov; 3(11):864-71 par J. Dequeker, G. Fabry et L. Vanopdenbosch.  Autres pathologies recensées par le rhumatologue Dr. Jan Dequeker publié dans Acta Reum Port. 2006 Janv-Mars 31(1):11-13 (Pathologies & Arts – Diapo du mois) et notez que le blogue Arts & Sciences fera relâche pour quelques semaines pour vous revenir toutefois, avec des bonnes adresses et expositions à voir au Portugal et en Espagne.

Autres expos à San Francisco

28/09/2017

SFDeYoungMuseum

Musée De Young  un « must »
En plein cœur du Parc du Golden Gate avec une vue à 360e  sur la ville de San Francisco
comprenant une collection de textiles, de costumes et  d’art des Amériques, de l’Afrique et de l’Océanie. Architecture originale de la firme suisse Herzog & de Meuron et Fong & Chan de  San Francisco.

« A tree is a network of ideas. A plan, a design. […]
Roots symbolize the oldest things, all those things that come to be part of a man’s life. […]
Evertyhing come from the tree, the tree of life »  Thornton Dial

SFDeYoungMuseum_ThorntonDial_LonnieHolley

Revelations : Art from the African American South
Ci-dessus Lost cows 2000 de Thornton Dial et Him and her holding the root 1994 de Lonnie Holley

Beyond the Surface: Worldwide Embroidery Traditions jusqu’au 25 mars

Teotihuacan: City of Water, City of Fire   jusqu’au 11 février

 

SFPier24_DianeArbus

SFPier24_EamonDoyle

Pier 24 Photography
The grain to the present jusqu’au 31 janvier
Première rangée : A box of ten photographies 1970 de Diane Arbus avec une note au bas
(* especially for R.A (Richard Avedon)) et Géant juif à la maison avec ses parents, Bronx, NYC 1970 / Deuxième rangée : State visit 2011 d’Eamonn Doyle où l’on voit des égouts de la ville de Dublin.
Notez que pour visiter l’exposition, il faut réserver à l’avance sur info@pier24.org

 

SFMinnesotaProject

SFMinnesotaProject_Vought_Bayus_McFarland

Minnesota Street Project lieu d’exposition comprenant une dizaine de galeries d’art
De gauche à droite : Œuvres en papiers d’Annie Vought à la Galerie Jack Fisher / Des installations de David Bayus où s’entremêlent spiritualité & technologie à la Galerie Bass & Reiner / Echo de Sean McFarland à la galerie Casemore Kirkeby jusqu’au 28 octobre et également au SFMoma à titre d’un des cinq récipiendaires du SECA Art awards destinés à des artistes de la région de la Baie de San-Francisco. Sur son site on retrouve l’exergue suivant de l’écrivain William H. Gass :  “We converse as we live by repeating, by combining and recombining a few elements over and over again just as nature does when of elementary particles it builds a world.”  Voir aussi Soil erosion à la Galerie Altman Siegel du Minnesota Street project dans le quartier Dogpatch de San Francisco à deux pas du Museum of Craft and Design.

 

Autres endroits à visiter

Museum of Craft and Design
Mixed messages jusqu’au 17 novembre
Exposition sur des télégraphes fabriqués par l’artiste Chris Eckert.
Près du Minnesota Street Project et en profiter pour prendre un café chez Philz
Puis manger un peu plus loin au restaurant The Ramp au 855 Terry François sur le bord de l’eau.

California Academy of Sciences face au Musée De Young avec Big Picture 2017 jusqu’au 29 oct.

Exploratorium ou Musée de la science et technologie au Pier 15 et visiter leur blogue.

Galerie Jules Maeght au 149 Gough street présente Derrière le mirroir jusqu’au 15 janvier
Plusieurs  restaurants autour, dont Otoro au coin de la rue pour du sushi sans prétention.

YBCA – Yerba Buena Center for the Arts
Space brains-Yerba Buena 3000 de Damon Rich and Jae Shin jusqu’au 28 janvier

Pacific Felt Factory Studios au 2830, 20th Street
Après une visite de ces studios d’artistes, vous pourrez manger
dans un restaurant mexicain traditionnel –  El Faro au 2399  Folsom Street.

Sculptures en forme de cœur au Union Square dans le cadre de la campagne de financement
de la Fondation du S-F General Hospital appelée Hearts in San Francisco. La vente de ses œuvres a permis de ramasser, depuis 2004, 11 millions de dollars. On peut y voir entre autre, Dynasty Memory no.8 de Pop Zhao et la liste complète des oeuvres se trouve sur sfghf.org.

Bouquiner dans une des 10 meilleures librairies de San Francisco d’après theculturetrip.com

Une traversée du Golden Gate à vélo vers Sausalito pour une petite bouchée au resto-bar Bocce puis retour en traversier, est une activité à faire absolument tout comme d’aller écouter live le chœur Gospel du Glide Memorial, pour une expérience unique en son genre. Évitez la file pour les brunchs du samedi ou dimanche, en allant chez Aracely sur Treasure Island. Et pour d’autres suggestions de sorties ou de restaurants, procurez-vous le livre de Marie-Joëlle Parent
300 raisons d’aimer San Francisco 2017 aux éditions de l’Homme, 288 p.

 

SFClarionAlleyMuralProject

Clarion Alley Mural Project
Entre la 17e et 18e rue dans le quartier Mission.
À gauche, We all deserve a healthy and safe community par Hospitality house
Tandis que sur celle de droite, par CK1 et Shagayegh Cyrous, 3 figures marquantes de la
littérature iranienne. De gauche à droite: Les poétesses Simin Behbahani (1924-2014),
Forough Farrokhzad (1934-1967) et la romancière & traductrice Simin Daneshvar
(1921-2012). Vous pouvez prendre un verre et déguster quelques fromages au Mission Cheese
sur la jolie rue Valencia, puis manger au Mission Chinese Food (chef Danny Bowien)
qui remet une partie de ses profits à la communauté.

Voir aussi les 3 précédents billets sur ce site.

Edvard Munch

26/09/2017

Munch_RedVirginiaCreeperRed Virginia Creeper 1989-1900 d’Edvard Munch du Munch Museet à Oslo

Edvard Munch – between the clock and the bed au SF Moma jusqu’au 9 octobre
Au Metropolitain Museum de New York du 5 novembre au 4 février 2018
Et au Munch Museet  à Oslo du 2 mai au 9 septembre 2018
Catalogue de l’exposition et Communiqué de Presse

Cette magnifique exposition rassemble 45 tableaux d’Edvard Munch dont une douzaine d’autoportraits tels Between the clock and the bed se trouvant en page couverture du catalogue qui est préfacé par l’écrivain Karl Ove Knausgaard surnommé « L’existentialiste du Nord». Ci-dessus, Red virginia creeper 1898-1900 d’Edvard Munch où l’on voit la Parthenocissus quinquefolia ou Vigne vierge, une plante grimpante de la famille des vitacées qui prend une teinte rouge vif en automne. « Confession personnelle » comme il dirait… car à cette époque Munch entretenait une affaire tumultueuse, voire sanglante avec Mathilde (Tulla) Larsen dont le père était marchand de vin. Vers la fin de leur relation, lors d’une querelle avec Tulla, il se blesse à la main gauche en tirant au fusil et perd un doigt.. On ne peut compter de surcroît, les publications scrutant l’état d’âme d’Edvard Munch. La plupart de ses tableaux témoignent de sa souffrance et de ses angoisses. Une partie de l’exposition – Sick room, est d’ailleurs consacrée à la maladie, la mort et la perte d’un être cher. Ci-dessous, le tout premier Sick child d’une série de six, dans lequel Munch dépeint sa sœur Sophie qui mourra de la tuberculose à l’âge de 14 ans et qui correspond à un des moments les plus douloureux de sa vie. Il a d’ailleurs souffert lui-même de cette maladie infectieuse qui emporta également sa mère lorsqu’il n’avait que 4 ans. On pourra voir, pour la première fois aux États-Unis, Man with Bronchitis 1920 et remarquez que son Self-Portrait After the spanish flu de 1919 présenté dans cette exposition, a déjà fait  la une de la revue Emerging Infectious disease Vol.9 no.3 en 2003 –  article de Polyxenie Potter. Quant à ses problèmes de vision, l’ophtalmologiste David Marmor explique clairement dans la revue Tate etc. no. 5 Été 2012 les problèmes de vision de l’artiste – soit une amblyopie de l’œil gauche limitant sa vision à 10 % suivie quelques années plus tard d’une hémorragie intraoculaire de l’œil droit. L’hémorragie intraoculaire ou hémorragie du corps vitré induit une vision floue avec l’impression parfois d’objets qui flottent, que l’artiste illustre et décrit  de manière explicite.  Heureusement que dans le cas de Munch, l’hémorragie s’est réabsorbée et qu’il s’en est remis après quelques mois seulement.  Dr. Jean Millot résume sa condition à l’émission Découverte et dans la revue Le Médecin du Québec vol.38 no 2 février 2003. Lire aussi MARMOR David et RAVIN James (2009). The artist’s eyes – vision and the history of art, éditions Abrams, 224 p.


«Sans la peur et sans la maladie, ma vie serait comme un bateau sans rames» 
“Mon art est une confession personnelle, c’est comme le SOS télégraphique d’un bateau qui sombre.
Mais cette angoisse et cette maladie me sont nécessaires.” – Edvard Munch

Munch_infectiousdisease

Munch_ProblemedeVision

« Je vois des taches noires qui ressemblent à des vols de corbeaux
qu’un mouvement brusque de l’œil  fait bouger et fondre sur moi. »

1ère rangée : The sick child  1885-86 du Musée National d’Oslo, The smell of death 1895 et Death struggle 1915 du Munch Museum d’Oslo présentés dans le cadre de l’exposition Edvard Munch – between the clock and the bed et Self-Portrait after the Spanish Flu 1919 du Munch Museum et en p.c. de la revue Emerg Infect Dis.  2e rangée : Illustrations d’Edvard Munch représentant ses problèmes de vision, tirées du film de 20 minutes sur http://munchmuseet.no/en/film.

Soundtracks au SFMOMA dans le précédent billet.

Sound Art à San Francisco

24/09/2017

 

SFMOMA_CelesteBoursierMougenot

Soundtracks jusqu’au 1er janvier
Au SF MOMA Musée d’Art Moderne de San Francisco
Ci-haut : Clinamen 2013 de Céleste Boursier-Mougenot
Photo de Rémi Bertrand de la Galerie Paula Cooper à N-Y.

Lors de son inauguration en 1935, le  SF MOMA fut le 1er Musée d’Art moderne de la côte ouest. Depuis 2016, les visiteurs ont droit à une version rénovée, agrandie et enrichie entre autre par l’impressionnante  Collection de Doris et Donald Fisher comprenant 1 100 œuvres de la deuxième partie du XXe siècle et une des plus grandes collections de photographies aux États-Unis  grâce à la Fondation Lisa et John Pritzker. Au 2e étage, sous le thème de Between two words : Art of California, quelques œuvres sont le résultat de l’observation du spectre des couleurs lors du coucher du soleil et du fameux smog. Dans les années soixante, plusieurs artistes profitent aussi de l’émergence des industries dans la région pour expérimenter l’utilisation de nouveaux matériaux. Au 7e étage, jusqu’à la fin de l’année, toute la famille pourra s’amuser avec les installations sonores immersives et interactives, toutes du XXIe siècle. On pourra écouter la musique de Mozart, Wagner et Cage dans Sphere packing de Rafael Lozano-Hemmer qui rend également hommage à Pauline Oliveros compositrice de musique contemporaine de la région de San Francisco, décédée en 2016 (Last breath). Parmi les vidéos sur place, on peut regarder l’artiste Amor Muñoz à l’oeuvre, suivant le rythme précis du métronome (Rythmic Manufacture). Quant à Christine Sun Kim et Thomas Mader, ils offrent une version du langage des signes dans laquelle les expressions faciales sont utilisées pour décrire la texture ou la position dans l’espace d’une table ou d’une fenêtre, inspirée des techniques d’improvisation du chorégraphe William Forsythe.

Ci-dessus Clinamen 2013, une œuvre méditative de Céleste Boursier-Mougenot que l’on connait pour ses pinsons jouant la guitare électrique au Musée des beaux-arts de Montréal  – voir le billet du 30/11/2015. Et terminez votre visite avec le concert The visitors 2012 de Ragnar Kjartansson qui avait ému et réchauffé le cœur du public au MAC de Montréal en janvier 2016. Ceux qui voudront poursuivre l’expérience auditive hors les murs, pourront le faire à travers une balade sonore,  dans les rues de San Francisco à proximité du Musée. Christina Kubisch vous propose une quinzaine de stations où vous pourrez entendre des variations de décibels et de  fréquences dans des lieux aussi variés qu’une église, une distributrice de billets, un garage, des poteaux électriques, des alarmes d’entrée ou le métro, etc.SFMOMA_NelsonSoaresMarcosMoreiraRafaelLozanoHemmer

SFMOMA_ChristinaKubisch

1ère rangée : O Grivo, Cantilena 2017 de Nelson Soares et Marcos Moreira et Last Breath 2012
de Rafael Lozano-Hemmer / 2e rangée Cloud 2011-2017 gracieuseté de l’artiste
et Drawing from Cloud 2017 de Christina Kubisch.

Voir aussi sur ce site Zlatev au carré – artistes de San Francisco alliant Art, Technologie & Musique et  Bach à Darwin et Darwin à Céleste en lien avec la visite de Céleste Boursier-Mougenot au MBAM en 2015 pour From here to ear V.19 ainsi que l’article de Damien Fiere sur les 3 installations
de Ragnar Kjartansson présentées au MAC de Montréal en 2016.

 

Prochain billet portera sur la magnifique exposition
Edvard Munch – Between the clock and the Bed jusqu’au 9 octobre au SF MOMA

 

Zlatev au carré

22/09/2017

GoldenGateBridge_SF2017

San Francisco – quelle ville merveilleuse ! Elle n’est pas seulement soucieuse de l’environnement et symbole de diversité ou de nouvelles technologies, mais c’est aussi une ville en pleine effervescence dans le milieu de l’art contemporain. On peut assister à des vernissages quasiment chaque soir de la semaine et visiter moult ateliers d’artistes. Deux d’entre eux, gradués du California College of the Arts, sont originaires de la Bulgarie et portent le même nom de [kɔ̃stɑ̃tin] Zlatevl’un épelé Konstantin et l’autre Constantine. Le premier est architecte de profession, le second travaille dans le milieu du design industriel, mais tous deux sont passionnés d’art. Ils se réfugient chacun dans leurs ateliers respectifs, qui hébergent plusieurs autres artistes qui y réalisent des œuvres issues de leur bouillonnante imagination. Konstantin Zlatev explore la transformation de l’image à l’aide d’algorithmes qu’il présente sous forme d’impressions digitales, de collages sur vélin, de sculptures  au laser en acrylique ou sous forme de vidéos filmés en temps réel et auxquels il joint de la musique électronique.  Ci-dessous, un détail de Ducks hit with meteorites, de 2015 et tiré de Zoomorphic, et The last 50 seconds of the life of Socrates, de la série Anthropomorthic, utilisant également des portraits d’Aristote, Homère et Dante.

ZlatevKonstantin_Zoomorphic

 

Quant à Constantine Zlatev, il fut récipiendaire du prix Arte Laguna de Venise en 2013 pour The last gun. Ce fusil robotisé transformé en flûte émet de la musique en fonction des exportations d’armes à feu des États-Unis de 1960 à 2010. Constantine collabore régulièrement avec  Kostadin Ilov et la musicienne Velina Russeva, qui était chargée de transposer les notes de la trame sonore du film The last of the mohicans de façon à ce que les pistons comprimant l’air puissent jouer une mélodie plus dramatique durant la hausse des ventes et une autre plus enjouée lors de la baisse des exportations américaines. Par la même occasion, l’œuvre nous incite à réfléchir au sujet de la régulation des ventes et du port d’armes à l’intérieur du pays.  (Lire aussi « 5 questions pour comprendre le mystère des armes à feu aux États-Unis » par Ximena Sampson sur le site de ici.radio-canada du 2/6/2016.) De retour de sa résidence à la Scuola del Vetro Abate Zanetti de Murano en 2015, Constantine Zlatev a fabriqué une série de munitions ironiquement délicates et de toute beauté, à partir du verre de Murano.  Il poursuit ensuite, avec Octographs, sa façon ingénieuse d’illustrer les statistiques de l’exportation (I) et de l’importation (II). Cette fois-ci, chaque rangée représente un pays ou une région du monde, tandis que les huit arêtes correspondent à une année en particulier, de 2004 à 2011. Pour en savoir plus sur la complexité de son travail, visiter le site web  de l’artiste.

ZlatevConstantine_TheLastGun

ZlatevConstantine_Octographs

 

Voir les gagnants du prix Arte Laguna en 2017, parmi lesquels Fabio Tasso,
artiste en résidence à San Francisco du 1er au 30 septembre.

Autres endroits à visiter actuellement à San Francisco
sur ma page facebook i.e. Linda Moussakova
et dans mes 3 prochains billets.

Fusion nucléaire

06/09/2017

Let there be light de Mila Aung-Thwin et Van Royko 80 min
PARISSCIENCE – Festival International du Film Scientifique du 2 au 9 octobre
À la Cinémathèque Québécoise et au Cinéma du Parc dès le 15 septembre

 

Let there be light raconte à l’aide d’entrevues, d’images d’archives et d’animations,  l’historique des avancées de la fusion thermonucléaire allant d’Arthur Eddington, suggérant en  1920 que l’énergie des étoiles provenait de la transmutation de l’hydrogène en hélium, jusqu’au gigantesque réacteur expérimental ITER – International Thermonuclear Experimental Reactor dont la mise en service est prévue pour 2025. Le coût de construction de cette centrale (17 millards d’Euros) se justifie par le fait que la fusion nucléaire permettrait de réduire significativement l’utilisation des énergies fossiles, menace terrible pour l’avenir de la planète.  Trente- sept pays participent à la construction du Totamak ITER qui est situé dans les Bouches-du-Rhône dans le Sud de la France. Réalisé par Mila Aung-Thwin et Van Royko,  le documentaire donne la parole à plusieurs intervenants de ce projet; De l’équipe d’ITER on entendra les propos du président actuel Bernard Bigot, du physicien des plasmas Mark Henderson responsable du chauffage cyclotronique électronique  et d’Alessandro Bonito-Oliva sous-traitant en charge de la production des bobines de champ toroïdal qui permettent d’assurer le confinement du plasma. On pourra entendre également les propos de Michel Laberge fondateur de la compagnie General Fusion et dont vous pouvez visionner la présentation TEDx de 2014 ainsi que ceux d’Eric Lerner connu pour son opposition à la Théorie du Big Bang dont le journaliste scientifique Laurent Sacco nous met par ailleurs en garde (voir son article sur Futura-Sciences). On assistera également à l’inauguration du Stellerator Wendelstein 7-X en Allemagne : Mme Merkel clamera alors l’importance d’investir dans la recherche fondamentale.

Pour en savoir plus visiter le site du Projet ITER ou celui de l’IRSN.

Notez par la même occasion que la dernière production d’EyeSteelFilm, Manic par Kalina Bertind, porte sur le père de la réalisatrice qui est atteint du trouble bipolaire. D’ailleurs, la compagnie se préoccupe depuis ses tout débuts aux démunis ou laissés pour compte et parmi ses documentaires on retrouve quelques-uns sur la nature et en lien avec la science ex. The Fruit Hunters de Yung Chang d’après le livre d’Adam Leith Gollner (voir billet sur ce site), Rainforest : the limit of splendour de Richard Boyce et Atanasoff  – the father of the computer de Mila Aung-Thwin et Daniel Cross. Compte rendu de Let there be light par Annie Tanguay sur lepetitseptieme.caJulien Leray hallu-cine.net et  Hugo Prévost sur pieuvre.ca.

 

“A star is drawing on some vast reservoir of energy by means unknown to us.
This reservoir can scarcely be other than the subatomic energy which, it is known exists
abundantly in all matter; we sometimes dream that man will one day learn
how to release it and use it for his service. The store is well nigh inexhaustible,
if only it could be tapped. There is sufficient in the Sun
to maintain its output of heat for 15 billion years.”

Arthur Eddington – The internal constitution of the stars 1926

FusionNucleaire_OliphantSpitzerEddingtonBetheRutherford_ITER
FusionNucleaire_FilmsLivres

De gauche à droite: Mark Oliphant (1901-2000); Lyman Spitzer (1914-1997); Arthur Eddington (1882-1944); Hans Bethe (1906-2005) Nobel de Physique; et Ernest Rutherford (1871-1937) Nobel de chimie / La réaction de fusion la plus efficace en laboratoire est la réaction entre deux isotopes de l’hydrogène (H), le deutérium (D) et le tritium (T). La fusion du deutérium et du tritium (D-T) produira un noyau d’hélium et un neutron. – Photo et légendes tirées du site ITER.org

Affiche du film Let there be light 2017de Mila Aung-Thwin et Van Royko par Eye Steel Film.

HULICK Kathryn (À venir). Real-world STEM : Develop fusion energy, Reference Point Press

Dossier Pour la science no.392 juin 2010 «La fusion nucléaire sera-t-elle un jour exploitable

MOISAN Michel et PELLETIER Jacques (2014). Plasmas collisionnels – physique des décharges RF et micro-onde, éditions EDP 516 p. Soulignons que la division Physique des plasma de la Société européenne de physique  à décerné le Prix de l’innovation 2017 à Michel Moisan pour ses contributions et applications innovantes dans le domaine des technologies basées sur l’utilisation des plasmas – comme on peut lire dans le communiqué de l’Université de Montréal.

PETIET Anne (2017). Le nucléaire vu de l’intérieur: Écologistes, Ingénieurs, Scientifiques, Médecins, éditions l’Harmatan 392 p. avec la contribution de Nicole Colas-Linhart.

Lire aussi Œuvres de Charles de Koninck  aux éditions Presses de  l’Université Laval, Tome 1 Vol.2 506 p. incluant les recherches de Sir Arthur Eddington au  1er chapitre de Philosophie de la nature et des sciences  et divers articles sur la fusion nucléaire de cette année par Nathalie Mayer sur futura-sciences.comÉtienne Thierry-Aimé science-et-vie.com, Brice Louvet sciencepost.fr, Yoann Gibert  lemondedelenergie.com et Julien Claudet  trustmyscience.com.

 

FusionNucleaire_EmissionsElectronsLibres

Voir  La course vers la fusion nucléaire à l’émission Découverte du 4 décembre 2016
Saison 29 épisode 13 sur ici.radio-canada.ca résumé par Frédéric Zalac et dans laquelle s’expriment également quelques protagonistes du film de Mila Aung-Thwin et Van Royko.

Ainsi que l’Émission Électrons Libre sur la chaîne de Télé Québec du 17 janvier 2017
Avec Pierre Chastenay, Rabii Rammal et Marianne Desautels-Marissal
Diffusée sur la chaîne de Télé Québec tous les vendredis  à 18h30
(Rediffusion mercredi à 14h) electronslibres.telequebec.tv

World Press Photo 2017

22/08/2017

WPP2017_JonathanBachman

World Press Photo à Montréal au Marché Bonsecours du 30 août au 1er octobre
Taking a stand in Bâton Rouge avec Iesha Evans – photo de Jonathan Bachman

 

Cette photo prise lors de la manifestation du mouvement Black life matters à Bâton rouge restera pour toujours marquée dans notre mémoire; On y voit Iesha Evans – infirmière de profession, protestant contre la mort d’Alton Sterling, abattu par des policiers. Le photographe Jonathan Bachman immortalisa ce moment d’autant plus significatif vu la  montée des suprémacistes blancs des derniers jours. Elle fera partie des 150 photographies exposées au  Vieux-Montréal dans le cadre du World Press Photo 2017. Le Grand Prix  a été attribué cette année à Burhan Ozbilici pour sa photo de l’assassin de l’ambassadeur russe en Turquie criant arme à la main, devant le corps de la victime, « Allahu akbar » soit Dieu est le plus grand.

C’est au tour du comédien et chanteur Sébastien Ricard d’être le porte-parole de cette 12e édition du WPP. Il reprendra d’ailleurs son superbe spectacle-cabaret La bibliothèque interdite alliant mythologie, poésie  & tango au Théâtre de Quat’sous du 12 au 14 octobre. Et pour accompagner la photographie de Lalo de Almeida d’une mère brésilienne tenant dans ses bras ses jumelles atteintes de microcéphalie à cause du Virus Zika. vous pouvez écouter le rap de l’entomologiste Andy Lima connu sous le nom de MC Bugg-Z  et lire Zika Virus What’s Next  de Keng Chuan Seng  sur poetrysoup.com ou Zika Virus de Daya Nandan sur poemhunter.com ou d’autres recensés par Brigitte Nerlich de l’Institut Science & Société à l’Université de Nottingham dans « Zika, poems and people » et consulter le site de l’OMS pour plus d’informations sur la maladie à virus Zika.

WPP2017_LaloDeAlmeidaVictims of the Zika Virus – Raquel de Araújo avec Heloá, Heloisa et Marcela par Lalo de Almeida

Zika Virus de Daya Nandan

Discovered in 1947 in the Zika forest in Uganda,
The virus spread far and wide like an effective propaganda,
Spread by infected Aedes mosquitoes to the people of earth,
Causing microcephaly in newborn infants at birth,

Thousands of babies being born with underdeveloped brains,
Because the virus infecting pregnant mothers without mercy or shame,
The shameless Zika virus of the flaviviridae species that we know,
When it infects people, there will be many symptoms that will show, […]

Autres poèmes en lien avec les maladies sous la rubrique MedPOE

WPP2017_DarrenCalabrese_RobinHammond

WPP2017_AmberBracken_JaimeRojo_AmiVitale

Dans la section Nature, outre Brent Stirton dénonçant à nouveau le braconnage de corne de rhinocéros, on retrouve les léopards se balandant dans un quartier résidentiel près de Mumbai (Nayan Khanolkar) , des daims dans leur milieu naturel (Bence Máté), Ye Ye un panda dont le petit fut relâché dans la nature grâce à un système mis en place par un Centre de recherche chinois sur le Panda géant (Ami Vitale) et ci-dessus une Caouanne – tortue de mer enchevêtrée dans un filet de pêche abandonné (Francis Pérez). Sur le site de Pêches et Océans Canada, vous pourrez lire le plan d’action mis en place pour la conservation de la torture caouanne du Canada et une mise à jour de la liste des espèces aquatiques en péril au Canada sur rcinet.ca. Au centre de la 2e rangée, des centaines de monarques (Jaime Rojo) qui se sont fait prendre par une extraordinaire tempête de neige au mois de mars dernier dans le plus grand sanctuaire au monde à Michoacán au Mexique – réf. sur ce site au billet du 22/5 /2015. À gauche, un photoreportage de la fameuse mobilisation contre la construction d’un oléoduc dans une réserve sioux du Dakota du Nord par Amber Brackencompte rendu sur liberation.fr 23/4/2017. À la première rangée, on aperçoit Lindsay Hilton championne de CrossFit née sans membres par Darren Calabrese et  Hellen Alfred du Soudan atteinte de trouble mental dans un pays où les soins psychiatriques sont rudimentaires voire presque inexistants par Robin Hammond pour Handicap International . Voir les billets sur ce site du World Press Photo de 2011 à 2016 dont celui de l’année dernière comprenant des recueils de poésie en lien avec les migrants.

 

TheatresMtl10_Logo

Voici par la même occasion quelques suggestions
de pièces de théâtre en lien avec les migrants, le racisme et prônant l’inclusion.

Dis merci Joe Jack et John au Théâtre Espace Libre du 26 janvier au 10 février par un collectif en collaboration avec Pénélope Bourque, sur des questions touchant la crise migratoire
et incluant un acteur avec déficience intellectuelle.

Vue du pont d’Arthur Miller au Théâtre du Nouveau Monde du 14 nov. au 9 déc.

Froid de Lars Noréen au Théâtre Prospéro du 17 octobre au 4 novembre

Bashir Lazhar d’Évelyne de la Chenelière au Théâtre d’Aujourd’hui 19 sept.-14 oct.

À te regarder ils s’habitueront d’Olivier Kemeid et Mani Soleymanlou
au Théâtre de Quat’sous 100 avenue des Pins du 5 au 30 septembre

Et d’autres aux Théâtre La Licorne, Théâtre Denise Pelletier,
Théâtre La Chapelle, Espace GoUsine C, etc.

Med-POE du Mexique

14/08/2017

Mexico20Nouvellepoesiemexicaine_tallMéxico 20 La nouvelle poésie Mexicaine
aux éditions Castor Astral 2016, 344 p.
Vf. J-L Lacarrière et J. Hocquenghem
Préface de Philippe Ollé-Laprune
Entrevue sur humanite.fr

 

Migraine de Liuigi Amara p.57-58

[…] Sous la langue
une nouvelle pastille se dissout
avec la douceur d’une promesse.
« Les supplices les plus simples
comportent la beauté du mal. »
Les gouttes se suivent
une à une,
toujours au même point,
en décharges de furie
d’une horloge de douleur.
Tout éclat me blesse
et tout brille;
chaque battement est un tambour qui fait irruption
avec des façons d’apprenti
dans la boîte crânienne. […]

Lauréat du Prix international de poésie
Manuel Acuña 2014 pour Nu)n(ca

 

 

Le syndrome de Tourette  de Christian Peña p.239-247

SyndromeTourette_ChristianPena_p240

[…] Quelqu’un, l’un de ceux dont j’ai déjà parlé,
ce jour ou cette nuit du début dont je parle, a dit : Ce que j’ai
a été décrit par Georges Gilles de la Tourette, un neurologue ami de Freud.
Ce que j’ai, d’après Tourette, se caractérise par des tics compulsifs, la répétition de mots
ou des actes d’autrui (écholalie et échopraxie), et par la prononciation d’une manière involontaire ou compulsive de jurons et d’obscénités.
[…]

Son recueil El síndrome de Tourette lui a valu le Prix national de poésie Amado Nervo 2009 et
plus récemment elle reçu le prix Bellas Artes de poésie Agauscalientes 2014 pour Me llamo Hokusai.

Site de l’Association Québécoise du Syndrome de la Tourette
Centre d’évaluation neuropsychologique et d’orientation pédagogique pour  enfants

 

 

LupusErythemateux_allodocteurs
Source de l’image –
allodocteurs.fr

Lupus érythémateux de Paula Abramo p.25
Lauréate du Prix de poésie Joaquím Xirau Icaza 2013 pour Fiat Lux aux éditions Feta.

[…] On te dit papillon. / Comme si sur-le-champ il fallait tout bourrer de coton, / fermer les fenêtres, lumière / proscrite / à partir de maintenant / et pour toujours, / jusqu’à ce que les os se dissolvent en sels blancs, / et la peau en labyrinthe tordus d’érythème. // […]
Mais tu n’es plus que croisée de points de piqûre, / tu portes avec toi une vaste carte historique / qui indique / la migration de la fistule, / le lever rosacé de la verrue, / la névrite qui boréale, métallique, s’infiltre dans ta hanche. / Voilà / ce que l’on appelle / un loup. […]

La principale caractéristique du lupus érythémateux, maladie autoimmunitaire touchant surtout les femmes, qui se manifeste par des éruptions cutanées et rougeurs au visage s’étalant sur les joues et le nez en forme d’ailes de papillon – Plus d’infos sur passeportsante.net. Notez que Le médicament Lupuzor développé par la chercheuse Sylviane Muller – finaliste au Prix de l’inventeur 2017 sera disponible dès 2018 lire l’article sur l’Office Européen des brevets epo.org.

 

 

Lire aussi dans México 20 La nouvelle poésie mexicaine

p.264-268 Regarder le ciel est différent depuis les yeux d’une vache de Karen Plata
« […] J’ai une maladie attachée à ma ceinture dans un vieux sachet de plastique où je dépose tous les matins ce que je ne peux plus expulser toute seule […] »

p.277 Apnée du sommeil de Xitlalitl Rodríguez Mendoza
« […] Ceci est de l’eau / je respire / une clairière d’oxygène dans une forêt branchiale / poisson dans l’air / je respire / micro rêves de trois ou quatre secondes sur un lit de sable […] »

p.165-168 Frictions de Maricela Guerrero avec en exergue une définition de la Fatigue de contact dans le domaine du Génie des matériaux et décrite par René Gras & Geneviève Inglebert en 1998. « Les ingénieurs n’ont pas voulu me montrer les manuels pour comprendre le fonctionnement des machines. Les ingénieurs avaient les ongles longs avec des applications brillantes de laques multicolores. Les ingénieurs ont développé des systèmes et ne sont plus jamais regardés dans les yeux. […] »

Ainsi qu’un poème de Mónica Nepote  (directrice du projet e-littérature au Centre de Culture Numérique du Mexico) sur le scandale de torture et d’abus par l’Armée Américaine et la CIA  à la prison irakienne d’Abou Ghraib en 2003 – « Une caméra filme / inévitable curiosité malsaine du point rouge / Inévitable signal REC comme la violence faite à l’être / la violette violence faite aux corps aimés […] »

Et 13 autres excellents poètes mexicains…

NuageMedPoeMars2017

Recueils de poésie en lien avec le domaine médical dans  la rubrique MedPoe  sur ce site
et ne manquez pas le Festival International de la Littérature qui se déroulera
du 22 septembre au 1er octobre à Montréal.

Outre-choeur

10/08/2017

 

OutreChoeur_LivreCD
Outre-chœur 20 poètes du monde entier par la musique et le chant
Aux éditions Bruno Doucey 2016, 136 p. distribution Harmonia Mundi
Compositions de Thierry Machuel interprétées par Territoires du souffle.

Ce livre-CD rend joliment hommage aux poètes du monde publiés ici dans leur langue d’origine.
Le compositeur et pianiste Thierry Machuel met en musique 20 poèmes qu’il a choisi et qu’il accompagne parfois de partitions graphiques évoquant l’atmosphère qui se dégage du texte. Lors d’un entretien qui s’est tenue à l’Université de Nantes, il explique sa démarche et en introduction, l’éditeur humaniste Bruno Doucey affirme sa poursuite perpétuelle pour démocratiser la poésie et mettre à l’avant « Lyrisme & Engagement ».

Entre des poèmes d’Ossip Mandelstam, Paul Celan, Mahmoud Darwich, on retrouve dans cette anthologie, plusieurs poèmes engagés d’auteurs des îles tel celui de Gerty  Dambury dédié à Jacques Bino – militant guadeloupéen du collectif contre l’exploitation LKP ou ces vers percutants d’Ernest Pépin « dis-leur que nos mots vont de créole en créole / sur les épaules de la mer / mais qu’il n’y aura jamais assez de sel / pour brûler nos langues » ainsi qu’un texte de Chantal T. Spitz qui débute comme suit : «  Je suis ici devant toi porteur de mémoires pour que tu les mêles aux miennes pour qu’à mon tour je les mêle aux  siennes. Je suis ici devant toi pour enfin réconcilier nos mémoires » chantés tous les trois par la soprano Caroline Chassany, membre de l’ensemble Territoires du souffle. La guerre et l’exil sont souvent abordés, soit emprunts de désespoir par Nicolas Kurtovich, soit nous laissant une lueur d’espoir comme dans Chaque fois on l’offre de Maram Al-Masri ou par Tanella Boni « Poème est mon nom d’initiation / espoir mon code passeur d’étoiles ». Notez qu’en page couverture, on retrouve un détail d’une aquarelle à quatre mains de Gilbert Conan et Robert Lobet et ci-dessous un poème d’Alexis Gloaguen qui observe de St-Pierre-et-Miquelon les fous de Bassan.

OutreChoeur_AlexisGloaguenp40

« Le tout porté par des musiciens venant d’horizons différents : de la musique classique,
du baroque, du jazz, des musiques du monde, du chant religieux, du rock, de l’opéra
ou de la musique contemporaine. Car Thierry Machuel applique au chant choral
les préceptes que Montaigne appliquait à l’éducation, valorisant l’art
de transformer ce que l’on emprunte aux autres :
«  Les abeilles pillotent de ça et de là des fleurs;
mais elles en font après le miel qui est tout leur;
ce n’est plus du thym, ni marjolaine. » » 
Bruno Doucey

Extraits musicaux sur http://videos-campo.univ-nantes.fr/mp3/2016/12/b_doucey1.mp3

Crânes et décapitations

02/08/2017

VisionsCapitales_JuliaKristeva

Visions capitales – Arts et rituels de la décapitation
De Julia Kristeva aux éditions Fayard / La Martinière 2013, 144 p.
Première édition parue en 1998 dans le cadre de l’exposition Visions capitales à Paris.

Visions capitales – Arts et rituels de la décapitation risque de plaire autant aux amateurs d’art qu’aux fans de Game of thrones, habitués de voir à l’écran des geysers de sang  giclé des carotides et des têtes roulées par terre. Vous pouvez d’ailleurs visionner sur le web  un montage des principales décapitations des saisons I à VI,  un autre en 28 secondes ainsi que la toute première  de la série –  Cœur sensible s’abstenir ! Dans ce livre, Julia Kristeva dresse l’historique de cette pratique qui remonte aussi loin que la préhistoire. Psychanalyste, auteure de  romans &  essais et récipiendaire de nombreux prix dont Anna Harendt 2006 pour la pensée politique, elle traite inévitablement du sujet sous tous les angles. Originaire de Bulgarie, Kristeva ne manquera pas d’aborder l’art de l’iconographie et la place du sacré dans l’Empire byzantin.  Au chapitre huit, elle passera à travers les décapitations marquantes de la Révolution française effectuées à l’aide du terrifiant couperet développé par les docteurs Antoine Louis et Joseph-Ignace Guillotin d’après des modèles datant du moyen-âge, mais fabriqué par Tobias Schmidt – un spécialiste du clavecin. Pour en savoir plus sur ce qu’on appelait  la « raccourcisseuse patriotique », dotée finalement d’une lame, ni en croissant, ni horizontale, mais en oblique, consultez le site unjourdeplusaparis.com et lire Physiologie de la veuve – une histoire médicale de la guillotine 2012 par Anne Carol aux éditions Champ Vallon, 320 p. –  résumé d’ I. Laboulais sur ahrf.revues.org. On retrouve dans ce même chapitre l’extrait d’un poème de Victor Hugo – fervent défenseur des droits humains qui lutta contre la peine de mort qui ne prit fin en France qu’en 1981 (au Canada 1976) et notez que le dernier condamné à avoir été guillotiné ne remonte qu’à 30 ans à peine, en 1977 à Marseille.

VictorHugo_VisionsCapitalesJuliaKristeva

Extrait de Le dernier jour d’un condamné 1829 de Victor Hugo
Visions capitales – Arts et rituels de la décapitation de Julia Kristeva p.98-99
Justitia 1857 de Victor Hugo à la Maison de Victor Hugo Hauteville House à Guernessy.
Lire aussi le résumé de l’exposition Louis Soutter Victor Hugo – dessins parallèles à Paris.

 

Julia Kristeva survole les traditions ancestrales vouées au culte du crâne depuis le début de l’humanité pour poursuivre avec une analyse des représentations féminines et de sa symbolique. Des crânes modifiés de la période néolithique, viennent d’ailleurs d’être trouvés dans le plus ancien temple de sépulture au monde – Göbelki tepe en Turquie réf. GRESKY J., HAELM J. et CLARE L. Science Advances 28 juin 2017 Vol.3 no.6 sur sciencemag.org.  Ne vous méprenez surtout pas … malgré la thématique abordée, Visions capitales – Arts et rituels de la décapitation est un livre magnifique ! Le lecteur sera subjugué par la beauté des toiles d’Artemisia Gentileschi (Judith et Holopherne), Tiepolo (La décollation de saint Jean-Baptiste), Caravage (David avec la tête de Goliath) ou Salomé de Cranach l’ancien en page couverture. Ci-dessous une autre œuvre de Cranach, sur lequel on aperçoit encore mieux  les structures anatomiques.

Cranach_JudithHolopherne

Cranach_anatomie

Judith avec la tête d’Holopherne 1530 de Cranach l’Ancien – Metropolitan Museum of Art
de New York sur lucascranach.org et Coupe transversale du cou au niveau
de la 5e vertèbre cervicale sur dnaillustrations.com.

 

Autres références et lectures en lien, sur le site Arts & Sciences :
Peine de mort, Opéra Dead man walking et injections létales, Thomas Edison et chaise électrique, Analyses du crâne de Farinelli, Trafic de cadavres et romans de Rankin, Cryptes des capucins à Vienne, Memento Mori , Crânes de Holbein, de Gaudi et d’artistes contemporains ex. Damien Hirst, Jason de GraafGuillaume Clermont, Valérie Potvin, Alexander McQueen, J-C de Castelbajac, etc.

Crânes_montageLMoussakova2011

%d blogueurs aiment cette page :